larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Femmes

Grève féministe 2023: l'égalité débattue au Parlement

Grève du 14 juin: le Parlement ne parlera que d'égalité ce mercredi

Frauen demonstrieren anlaesslich dem Frauenstreik, am Montag, 14. Juni 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)
La place fédérale à Berne, le 14 juin 2021.Keystone
Alors que la question de l'égalité n'est toujours pas réglée, en Suisse et à travers le monde, les parlementaires vont tenter de trouver de nouvelles solutions, en accord avec les différents partis politiques.
14.06.2023, 05:4514.06.2023, 06:47
Plus de «Suisse»

En ce 14 juin dédié à la grève des femmes en Suisse, le Parlement tient un débat spécial sur l'égalité. Salaires, discrimination, harcèlement: toutes ces questions seront discutées dans le cadre d'interventions déposées par la gauche et la droite.

Le 14 juin est consacré depuis quelques années à la grève des femmes. Cette date fait référence à la votation populaire du 14 juin 1981 qui a consacré l'égalité homme-femme dans la Constitution. Dix ans plus tard a eu lieu la première grève des femmes qui a rassemblé 500 000 femmes à travers tout le pays.

Beaucoup reste à faire de l'avis de nombreux élus à Berne. Les élus des deux Chambres ont donc déposé une série de motions et postulats.

Salaires

La gauche en a déposé plusieurs. Laurence Fehlmann Rielle (PS/VD) et sa collègue sénatrice Eva Herzog (PS/BS) ciblent l'égalité salariale entre femmes et hommes. Selon elles, cette question est devenue urgente après l'acceptation du relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans:

«Les entreprises d'au moins 50 travailleurs et non 100 comme c'est le cas aujourd'hui devraient effectuer une analyse de l'égalité des salaires.»

Valérie Piller Carrard (PS/FR) et Marina Carobbio (PS/TI) demandent elles que la prévention contre le harcèlement sexuel au travail soit ancrée dans la formation professionnelle et la maturité gymnasiale:

«Ce type d'agression est un problème encore important. Il vaudrait la peine d'agir de manière précoce en renforçant la prévention dans le cadre de l'école post-obligatoire.»

Discrimination

La droite n'est pas en reste. En 2019, le Tribunal fédéral a conclu qu'il n'était pas contraire à la loi de ne pas engager quelqu'un en raison de son orientation sexuelle:

«En clair, il est permis de ne pas engager une lesbienne»

Melanie Mettler (PVL/BE) veut corriger ce biais. Elle demande une modification de la loi sur l'égalité.

Marcel Dobler (PLR/SG) demande lui un rapport qui analyse en détail les causes inexpliquées de l'écart salarial. Des analyses ont mis en évidence des différences aux dépens des femmes mariées mais pas entre hommes et femmes célibataires:

«Le Conseil fédéral doit surtout se pencher sur l'impact de la maternité, l'interruption de travail, l'état civil ou l'expérience professionnelle.»

Reste maintenant à voir si des mesures concrètes vont être prises à l'issue de cette session dite «extraordinaire», puisqu'ajoutée au programme ordinaire à la demande d'un certain nombre de parlementaires. (ats/jch)

La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
1 / 12
La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
La première grève des femmes* de Suisse avait impliqué plus de 500 000 femmes à travers le pays.
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le PLR vient de perdre ses 2 vice-présidents romands
Johanna Gapany et Philippe Nantermod ne brigueront pas un nouveau mandat de vice-présidence du PLR Suisse. Le parti cherche déjà leurs successeurs.

La conseillère aux Etats Johanna Gapany (FR) et le conseiller national Philippe Nantermod (VS) renoncent à se représenter pour un nouveau mandat à la vice-présidence du PLR Suisse. Le parti a déjà lancé le processus pour leur trouver des successeurs.

L’article