DE | FR
Vidéo: watson

Harcèlement scolaire: la France veut punir pénalement. Et en Suisse?

Alors qu'en France le harcèlement scolaire est en passe de devenir un délit pénal passible d'une peine pouvant aller jusqu'à dix ans de prison, en Suisse, il est loin d'être considéré comme un crime. On fait le point.
11.12.2021, 18:3813.12.2021, 06:56
Suivez-moi

Le Parlement français a voté cette semaine la création de ce nouveau délit, à la suite de plusieurs cas tragiques de harcèlement scolaire. Approuvé par l’Assemblée nationale, le texte doit maintenant être examiné au Sénat en vue d’une adoption définitive en février prochain.

Mais alors que fait-on en Suisse pour lutter contre le harcèlement scolaire? Et est-ce que la répression serait un moyen efficace que l'on pourrait adopter? On a fait le point avec Zoé Moody, professeure à la Haute école pédagogique du Valais et collaboratrice scientifique au centre inter-facultaire en droit de l'enfant à l'Université de Genève.👇

Vidéo: watson

L'éruption du Semeru

1 / 19
L'éruption du Semeru
source: sda / trisnadi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Voici le robot humanoïde le plus réaliste au monde

En lien avec ce sujet

«iel» entre dans le dico (et ça crée des débats enflammés)

Link zum Artikel

«iel»: Ce que les nouvelles entrées dans le dictionnaire font ressortir

Link zum Artikel

Le Larousse 2022 lui aussi victime de la pandémie

Link zum Artikel

Le Covid a (encore) fait émerger un nouveau mot

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«L'espace public n'est pas toujours accueillant envers les LGBTIQ+»
Rencontre avec la spécialiste Carolina Topini à l'occasion du 17 mai, Journée internationale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie

Ce 17 mai, c’est la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie. Elle commémore le retrait par l’OMS de l’homosexualité de la liste des maladies mentales, il y a de ça 32 ans.

L’article