DE | FR
Bild

Panne des numéros d’urgence: pourquoi ça a peu de chances de se (re)produire en Suisse

La France a été handicapée, hier, par une panne globale de son réseau de téléphonie Orange, qui a occasionné un grave problème d’accès aux numéros d’urgence. Le problème prend des proportions politiques. En Suisse, des solutions existent.



L’incident a déclenché des réactions jusqu’aux plus hautes sphères de l’Etat, et le PDG d’Orange a été sommé de s’expliquer au ministère de l’Intérieur, ce matin, après la panne gigantesque survenue la veille. Celle-ci a rendu inatteignables les numéros d’urgence dans tout le pays, et deux personnes serait décédées en conséquence, selon un premier bilan. Matignon a ouvert une enquête.

Cette situation a déjà eu lieu en Suisse aussi, mais à bien moindre mesure. En février 2020, les numéros 117, 112, 144 et 188 ont été rendus indisponibles pendant 1h30 à cause d’une panne chez Swisscom. Une situation inquiétante qui avait fait réagir l’OFCOM et déclenché le dépôt d’une motion du Conseil des Etats, afin d’établir des garanties pour que les appels d’urgence soient traités de manière optimale, même en cas de panne.

Qu’est-ce qui a changé depuis?

Contacté, Swisscom a confirmé avoir pris un certain nombre de mesures depuis l’incident de l’année dernière:

Et la porte-parole de la firme précise: «Au moment des pannes survenues début 2020, tous les centres de contrôle n'avaient pas mis en œuvre ce routage. Depuis, Swisscom a collaboré avec les centres d'appels d'urgence, pour s'assurer que le système est pleinement mis en œuvre dans tous les centres.»

Que faire si ça se reproduit quand même?

Swisscom explique avoir pris des mesures pour garantir la disponibilité des centres d’appels d’urgence. Ce qui veut dire, en clair, que même en cas de panne du réseau, les numéros locaux (ceux de chaque poste de police ou d’hôpital qui figurent dans l’annuaire) sont une alternative.

Et si les lignes ne fonctionnent pas?

«Pour en arriver là, il faudrait que tous les réseaux fixes et mobiles de tous les opérateurs soient HS en même temps, qu'internet soit coupé également, et cela a peu de chance de se produire», explique la porte-parole de Swisscom.

En clair, une panne généralisée et globale du service de communication devrait survenir à peu près en même temps que la fin du monde.

Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle

1 / 7
Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle
source: zoo de bâle / zoo de bâle
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour sauver ses chiens, une femme s'attaque à un ours à mains nues

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

Le géant de l’agrochimie Monsanto ramasse 400 000 euros d’amende

Personnalités publiques, journalistes et militants ont été fichés illégalement par l’entreprise d’agrochimie Monsanto en France. Résultat: une grosse prune.

Le gendarme français des données personnelles (la Cnil) a prononcé mercredi à l'encontre de l'agrochimiste Monsanto (propriété de Bayer) une amende administrative de 400 000 euros, soit l’équivalent de 432 000 francs suisses.

Sa faute: avoir fiché illégalement quelque 200 personnes, dont des personnalités publiques, des journalistes et des militants. L’objectif était d'influencer le débat public sur l'interdiction du glyphosate.

Le régulateur, destinataire de 7 plaintes «émanant notamment de …

Lire l’article
Link zum Artikel