larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Genève

Joseph Gorgoni, alias Marie-Thérèse Porchet, a vu la mort tout proche

Joseph Gorgoni a vu la mort tout proche et son récit est poignant

Joseph Gorgoni alias Marie-Thérèse Porchet a frôlé la mort trois fois.
Image: Keystone (archives)
L’humoriste, alias Marie-Thérèse Porchet, a frôlé trois fois la mort en quelques mois, dont une à cause du Covid. Dans L'Illustré de mercredi, il raconte tout. Et ça prend aux tripes.
31.03.2021, 11:4731.03.2021, 13:05
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

La vie qui chavire sans crier gare. Le naufrage qui dure. Les batailles et le retour à la lumière. Joseph Gorgoni, alias Marie-Thérèse Porchet, a vécu l'enfer. Dans l'Illustré de ce mercredi, l'humoriste de 54 ans raconte longuement comment, ces derniers mois, il a frôlé la mort à trois reprises.

Tout commence par une fibrose, soldée par une greffe des poumons. Première victoire, une merveille. A peine remis, le Genevois attrape le coronavirus en automne. La frayeur se change en catastrophe. Le virus attaque ses nouveaux poumons. Il confie à nos confrères:

«On m’a mis une sorte de masque de plongée pour respirer. J’avais l’impression d’étouffer. C’était horrible. Je me voyais mourir. Je leur ai dit: "Faites votre boulot, intubez-moi." Et si je meurs, tant pis.»

La force de l'amour

Le réveil, la deuxième victoire. Le sort s'acharne: on détecte un champignon mortel proche de son oeil. Il prend un médicament canon. Troisième victoire.

Dans le récit bouleversant (et parfois très drôle) de Joseph Gorgoni, on sent la force de la confiance, de la résilience. Mais aussi celle de l'amour. Florian, son compagnon depuis plus de vingt ans, a été son phare dans la nuit.

«Le fait d’être soutenu par Florian change tout et, après cette épreuve, ça renforce tout. On a la chance de s’aimer. J’ai compris que même si on ne décidait pas de son destin, on n’avait pas fait tout ça pour rien.»

Aujourd'hui, l'humoriste veut vivre. Plus que tout. Il veut mettre en scène ses expériences dans un spectacle. Il veut faire rire parce que c'est ce qu'il sait (si bien) faire. Malgré les blessures au corps et à l'âme qui cicatrisent encore.

Pour vous faire sourire, notre Marie-Thérèse Porchet nationale

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«J'ai perdu un travail en Suisse parce que je suis raëlien»
Informaticien d'origine neuchâteloise, Antoine est raëlien depuis plus de 30 ans. Ils nous raconte comment il a rejoint le mouvement, l'impact que cela a eu sur ses proches et sa vie de tous les jours. Il retrace ses rencontres avec Raël et s'exprime sur les controverses qui entourent le groupe.

Le médaillon qu'il porte autour du cou - une croix gammée entourée d'une étoile de David - donne une indication précise sur son appartenance religieuse: Antoine est raëlien. Ça fait plus de 30 ans que cet affable informaticien romand a rejoint le mouvement qui affirme que la vie sur Terre a été créée par des extraterrestres. Suite à la diffusion d'un documentaire sur Netflix, sorti début février, il a accepté de répondre à nos (nombreuses) questions. Interview.

L’article