en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Genève

Genève: La ministre réagit au scandale des «fillettes voilées»

Des affiches sur la votation cantonale et sur la loi sur la laicite de l'Etat avec le portrait de Pierre Maudet sur une affiche, photographie ce dimanche 20 janvier 2019 a Geneve. Les citoyens Ge ...
Au moment de la campagne pour ou contre la loi sur la laïcité. Genève, 20 janvier 2019.Image: KEYSTONE

La ministre, la syndicaliste et les «fillettes voilées»: clash à Genève

Révélée par watson, l'affaire du visuel scolaire aux «fillettes voilées» a fait réagir la cheffe de l'Instruction publique genevoise, Anne-Emery Torracinta, sollicitée par un réseau laïque suite à des propos tenus par une syndicaliste enseignante.
03.02.2023, 05:5303.02.2023, 16:30
Plus de «Suisse»

Tout est parti de la distribution d’un «visuel pédagogique» illustrant un manuel d’apprentissage de la lecture. C’était en octobre, dans une école primaire genevoise, en cours de français. Il y avait sur cette image des fillettes voilées. Des petites musulmanes, caractérisées par un signe religieux.

Jugeant cette représentation «sexiste», contraire à «l’égalité entre les filles et les garçons», la mère d'un élève faisait part de son mécontentement au Département genevois de l’instruction publique (DIP). Qui lui donnait raison trois semaines plus tard en ordonnant le retrait du visuel, comme le relatait watson à l’époque. Le DIP invoquait l’égalité entre les sexes et renvoyait à sa brochure «La laïcité à l’école», qui date d'avant la loi genevoise sur la laïcité, votée en 2018 par le Grand Conseil.

«Je ne vois pas où est le problème»

La décision du DIP n’était pas du goût de tout le monde dans le personnel éducatif. «Je ne vois pas où est le problème», s'étonnaient certains. L’enseignante «stagiaire» à l’origine de la diffusion de cette image avait voulu faire preuve d’«inclusion» vis-à-vis des musulmanes, représentées voilées pour l’occasion. Leur jeune âge sur le visuel, là non plus, ne semblait pas constituer un «problème».

Ailleurs en Suisse romande, une autre enseignante avait auparavant partagé la même image sur son blog. Egalement par volonté d’«inclusion». Informée que des parents d’élèves d’origine maghrébine étaient heurtés par la représentation de fillettes voilées, qu'ils voyaient là une marque de maltraitance, cette professeure retirait le visuel de son blog, sans être absolument convaincue par l’argument.

On en était là lorsque la polémique rebondit sur un réseau social ouvert au public. La présidente d’un syndicat genevois d'enseignants y contestait en ces termes la décision du DIP:

«Le foulard n'est pas encore interdit dans les écoles genevoises et heureusement, je ne comprends donc pas cette polémique. Cette manière particulièrement raciste qu'a l’Occident de se positionner comme si la domination masculine ne la concernait pas et qu'elle n'était finalement que l'apanage de la culture musulmane est absolument lamentable. Sous couvert de laïcité, la réaction du DIP me paraît non seulement inadéquate, mais scandaleuse dans la mesure qu'elle légitime l'islamophobie.»
La présidente d'un syndicat genevois d'enseignants

Cette publication s'attirait une volée de réactions outrées, dont celle-ci, postée sur le même réseau:

«(...) Si c'étaient des catholiques qui voilaient les filles, vous auriez crié au scandale. Comme la plupart des gens qui ont besoin de se donner une bonne conscience, vous utilisez les musulmanes pour avoir l'air tolérante sans connaître rien de l'islam.»

Pareillement scandalisé par les propos de la syndicaliste, un membre du Réseau laïque romand (RLR), une association se voulant à la fois vigie et lanceuse d’alerte sur les questions de laïcité, envoyait le 15 décembre un courrier à la cheffe du DIP, la socialiste Anne-Emery Torracinta, en appelant à sa «détermination».

La ministre cantonale répondait au RLR dans une lettre datée du 17 janvier, dont watson a pu prendre connaissance. Brève, voici ce qu’elle dit:

«La position du Département de l’instruction publique en matière de laïcité et d'égalité entre hommes et femmes est claire et ne peut qu'être saluée. S'agissant des propos de Mme (…), le département les a considérés sous l'angle de la liberté syndicale.»
La cheffe du DIP, Anne-Emery Torracinta

Le Réseau laïque romand se félicite de cette réponse qu'on peut qualifier de principe, mais qui ne dit pas grand-chose de ce que la ministre pense du cas d'espèce.

Jointe par téléphone, la présidente du syndicat genevois d'enseignants, qui s'était opposée au DIP sur un réseau social, précise sa pensée.

«A titre personnel, je ne suis ni pour ni contre le port du foulard, bien que je trouve cet accessoire objectivement sexiste. Je considère que les religions sont patriarcales. Moi-même, j’ai eu une éducation catholique. Je suis athée, mais contre l’interdiction du voile à l’école, estimant qu’il s’agirait là d’une mesure contre-productive plus qu’autre chose.»
La présidente d'un syndicat genevois d'enseignants

La loi genevoise sur la laïcité interdit le port de signes religieux aux seuls agents de l’Etat, y compris les enseignants. Genève n'a pas voulu «faire comme en France», où une loi votée en 2004 interdit aux élèves le port de signes religieux ostensibles. Le DIP était d'avis qu'il ne fallait pas prendre «le risque de marginaliser des élèves».

«Ce qui nous inquiète, c'est pour la piscine»

«A Genève, reprend la syndicaliste, on a opté pour une laïcité qui n’est pas une laïcité de censure comme en France. Une interdiction du foulard dans les écoles genevoises viendrait créer un problème, là où, aujourd’hui, il n’y en a pas. En tant qu’enseignante (réd: une activité qu’elle n’exerce pas actuellement), mon rôle est d’accueillir les élèves dans toutes leurs différences. Si on interdit de but en blanc à une petite fille voilée de porter le voile, on va la mettre dans un conflit de loyauté.»

Comment notre interlocutrice gère-t-elle les cas d’écolières voilées? Sa réponse:

«En dix ans de carrière dans l’enseignement, je n’ai jamais eu affaire à ce cas de figure, mais j’ai une collègue qui m’a dit avoir été en contact dans son travail avec une famille où toutes les filles étaient voilées, la plus jeune avait 4 ans. Et j’ai connaissance de jeunes filles iraniennes portant un voile. Un cas particulier: leurs parents sont des employés du consulat d’Iran, qui n’ont pas nécessairement vocation à rester en Suisse. Ces situations demandent du tact, du dialogue. Ce qui nous inquiète, ce sont les fausses raisons données par les parents pour que leurs filles ne se rendent pas à la piscine. Après, au cycle (réd: le collège dans les autres cantons romands), c’est différent.»

Laïcité et sexisme: les ambiguïtés de l'Etat

En quoi au juste est-ce différent? Le voile est-il moins sexiste à l’adolescence que chez les filles prépubères? Intolérable avant les premières règles, tolérable aussitôt après? La position du DIP à ce propos est ambiguë. La réponse d'Anne-Emery Torracinta au Réseau laïque romand soulève plus de questions qu’elle n’en résout.

En effet, la «laïcité» à laquelle renvoie la ministre cantonale ne vaut pas pour les signes religieux chez les élèves quel que soit leur âge, sinon que ces signes ne doivent pas entraver les activités scolaires. Le prosélytisme est certes interdit dans l'école genevoise. Ce mot apparaît dans la brochure du DIP sur la laïcité, mais, s'agissant du port du voile, c’est pour rappeler que la jurisprudence fédérale considère que le foulard ne constitue pas, a priori, un acte de prosélytisme. A la différence d'un visuel représentant des fillettes voilées, si l'on tente de suivre le raisonnement du DIP? Sa doctrine peut donner ici l'impression d'un certain flottement.

Le lourd contexte iranien

Cette polémique sur un cas à la fois pratique et théorique intervient dans le contexte iranien. Des milliers de jeunes femmes risquent leur vie, plusieurs d’entre elles sont mortes pour avoir osé ôter leur voile et demander la chute du régime islamiste en place depuis 1979.

La réponse de la conseillère d’Etat genevoise Anne-Emery Torracinta dans sa lettre du 17 janvier n’aurait peut-être pas été à ce point «laïque» sans cette actualité tragique. C’est l’un des rédacteurs de la loi genevoise sur la laïcité qui le rappelle:

«La gauche dans son ensemble, mais il y avait aussi des voix discordantes dans ce camp-là, était contre cette loi, que certains jugeaient islamophobe. Mme Torracinta ne s’y était pas opposée, mais elle estimait qu’on aurait pu s’en passer»

La cheffe du DIP répond

«On aurait pu s'en passer, non pas en général, mais pour l'école», rétorque Anne-Emery Torracinta, jointe par watson.

La cheffe du DIP précise:

«La loi sur la laïcité n'a rien changé dans la pratique scolaire genevoise. Les enseignants étaient déjà tenus à la neutralité religieuse. Le cas d'une enseignante voilée s'était posé dans les années 1990, lorsque Mme Brunschwig-Graf (réd: membre du Parti libéral) était cheffe du DIP. Il lui avait été demandé de retirer son voile. Ce qu'elle avait fait tout en recourant à la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg, qui l'avait déboutée.»
Anne-Emery Torracinta, cheffe du DIP

Soutenue par la droite et le centre droit, la loi sur la laïcité portait la patte de l'ex-ministre cantonal Pierre Maudet, un radical. Les Genevois l'avaient définitivement adoptée par référendum le 10 février 2019 à 55%.

«Zemmour casse-toi, Genève est antifa»
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Tamedia envisage de fermer ses imprimeries d'ici 2032
Selon un document interne consulté par la «NZZ Am Sonntag», le groupe de presse envisage de fermer ses trois imprimeries, qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes.

C'est «la fin d'une époque», titre la NZZ Am Sonntag ce dimanche. Et pour cause: selon le journal zurichois, l'entreprise TX Group, propriétaire du groupe de presse Tamedia, envisage de vendre ses trois sites d'impression.

L’article