DE | FR
An armored vehicle and a truck block access to the Inter Continental hotel before the arrival of United States President Joe Biden, Tuesday, June 15, 2021, in Geneva, Switzerland. The meeting between US President Joe Biden and Russian President Vladimir Putin is scheduled in Geneva for Wednesday, June 16, 2021. (KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Des manifestants sur la place des Nations à Genève. Image: sda

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

La sécurité du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine prend le pas sur les droits fondamentaux d’expression et de manifester, estime-t-on à Genève. Le canton s’en défend avec force.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


Le sommet Biden-Poutine fait tourner les têtes. Au point d’en oublier la liberté d’expression et de manifestation, ces droits fondamentaux? C’est l’avis de beaucoup au bout du lac après l’interdiction la semaine dernière des rassemblements à proximité de la rencontre et de tout cortège en ville.

La décision du Conseil d’Etat a fait l’effet d’un petit séisme alors que Genève est déjà particulièrement crispée (et enjouée) par l’arrivée de ces deux grands du monde.

Lundi, trois partis politiques de gauche (Parti socialiste, Les Verts et Ensemble à gauche) ont écrit au Conseil d’Etat pour dénoncer ces interdictions.

Des partis contre leur Conseil

«La sécurité primerait sur la démocratie ce qui est particulièrement grave […]. Cela constitue une négation de plusieurs droits fondamentaux tels que la liberté d’expression et de réunion, desquels découle le droit de manifester», écrivent ces partis qui, fun fact, sont majoritaires à l’Exécutif du canton depuis quelques mois.

«Ce qui est d’autant plus choquant», soupire Yann Woodcock, membre du comité de la Coordination genevoise pour le droit de manifester. Il rappelle que la liberté de manifester est reconnue dans plusieurs textes fondamentaux:

«Ces jurisprudences imposent à l’Etat une obligation d’assurer la protection et le déroulement de cette liberté fondamentale. Manifester n’est pas un luxe!»

Yann Woodcock

Dès lors, en interdisant le déplacement d’une manifestation critique envers le sommet de Genève prévue mercredi soir, le «le gouvernement a violé le principe de proportionnalité», dénonce-t-il.

«Raisons sécuritaires évidentes»

Contacté, le canton de Genève se défend avec véhémence. «L’interdiction des cortèges, c’est pour d’évidentes raisons sécuritaires. Nous ne pouvons pas autoriser des manifestations qui se déplacent, car cela mettrait en danger les participants eux-mêmes», développe Laurent Paoliello, directeur de la communication du département de la sécurité.

Bild

Laurent Paoliello linkedin

Surtout qu’à Genève, plus de 95% des quelque 1500 agents de police du canton sont mobilisés pour le sommet. Or, assurer la sécurité d’un cortège demande une importante organisation et une logistique importante.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de démanteler le dispositif de sécurité mis en place pour le sommet pour un cortège. Cela prendrait des heures, voire des jours»

Laurent Paoliello

Le communicant l’assure: des alternatives comme la plaine de Plainpalais ont été proposées pour garantir le respect des droits fondamentaux. «Dès lors, les organisateurs avaient le choix. Si leur manifestation est annulée, c’est simplement parce qu’ils n'ont pas accepté de se réunir ailleurs».

La lutte, c’est à la plaine

Selon nos calculs, en plus de la manifestation de mercredi, au moins quatre autres rassemblements ont été priés de se tenir sur la plaine de Plainpalais au lien de la place des Nations, traditionnelle lieu de lutte sociale à Genève:

Bild

«C’est une insulte», s’insurge Thomas Vachetta, l’un des organisateurs de la manifestation de mercredi soir et membre du mouvement SolidaritéS. Pour lui, cette grande place au centre de Genève, s’apparente à une «réserve indienne»: elle est loin des dirigeants, loin des caméras et loin des yeux et des regards du monde entier.

«Il y a un réel décalage entre l’image que souhaite donner la Genève internationale et la réalité de la population qui souffre à travers le monde. Comment est-ce possible que Genève ne soit pas capable d’organiser le sommet tout en respectant la liberté d’expression?»

Thomas Vachetta

Reste la question des potentielles violences: la tenue de réunion non autorisée n’est pas exclue, ce qui pourrait générer des débordements. Et le canton ne nie pas une certaine crainte. Raison pour laquelle il lance un appel à la raison et espère qu’aucune manifestation sauvage n’ait lieu.

Joe Biden et Vladimir Poutine n’ont pas eu raison de la Grève des femmes du 14 juin 2021

1 / 13
Grève des femmes du 14 juin 2021
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Biden espère une rencontre avec Poutine le mois prochain

Le président américain persiste et signe: il veut organiser un sommet avec son homologue russe.

«C'est mon espoir et mon attente», Biden ne cache pas ses envies d'un tête à tête avec son homologue russe. Le président américain doit effectuer mi-juin son premier déplacement à l’étranger, au Royaume-Uni puis en Belgique. Une visite sur le vieux continent pour les sommets du G7, de l’Otant et une rencontre avec les dirigeants de l’Union européenne.

Mi-avril, il avait proposé une rencontre à Vladimir Poutine, sur fond de vives tensions les deux puissances rivales. Si Moscou a manifesté son …

Lire l’article
Link zum Artikel