DE | FR
Des manifestants sur la place des Nations à Genève.
Des manifestants sur la place des Nations à Genève.Image: sda

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

La sécurité du sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine prend le pas sur les droits fondamentaux d’expression et de manifester, estime-t-on à Genève. Le canton s’en défend avec force.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
15.06.2021, 17:0616.06.2021, 10:51

Le sommet Biden-Poutine fait tourner les têtes. Au point d’en oublier la liberté d’expression et de manifestation, ces droits fondamentaux? C’est l’avis de beaucoup au bout du lac après l’interdiction la semaine dernière des rassemblements à proximité de la rencontre et de tout cortège en ville.

La décision du Conseil d’Etat a fait l’effet d’un petit séisme alors que Genève est déjà particulièrement crispée (et enjouée) par l’arrivée de ces deux grands du monde.

Lundi, trois partis politiques de gauche (Parti socialiste, Les Verts et Ensemble à gauche) ont écrit au Conseil d’Etat pour dénoncer ces interdictions.

Des partis contre leur Conseil

«La sécurité primerait sur la démocratie ce qui est particulièrement grave […]. Cela constitue une négation de plusieurs droits fondamentaux tels que la liberté d’expression et de réunion, desquels découle le droit de manifester», écrivent ces partis qui, fun fact, sont majoritaires à l’Exécutif du canton depuis quelques mois.

«Ce qui est d’autant plus choquant», soupire Yann Woodcock, membre du comité de la Coordination genevoise pour le droit de manifester. Il rappelle que la liberté de manifester est reconnue dans plusieurs textes fondamentaux:

  • Dans la Constitution fédérale à travers la liberté d’opinion et de réunion.
  • Dans la Convention européenne des droits de l’homme à travers la liberté de réunion. Elle s’apprécie aussi à la lumière de la liberté d’expression et par la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.
  • Par le Pacte de l’ONU II, relatif aux droits civils et politiques.
  • Par le Tribunal fédéral, qui reconnaît que la liberté de manifester représente un intérêt public et qu’elle est un élément essentiel dans une société démocratique exigeant ainsi une protection.
«Ces jurisprudences imposent à l’Etat une obligation d’assurer la protection et le déroulement de cette liberté fondamentale. Manifester n’est pas un luxe!»
Yann Woodcock

Dès lors, en interdisant le déplacement d’une manifestation critique envers le sommet de Genève prévue mercredi soir, le «le gouvernement a violé le principe de proportionnalité», dénonce-t-il.

«Raisons sécuritaires évidentes»

Contacté, le canton de Genève se défend avec véhémence. «L’interdiction des cortèges, c’est pour d’évidentes raisons sécuritaires. Nous ne pouvons pas autoriser des manifestations qui se déplacent, car cela mettrait en danger les participants eux-mêmes», développe Laurent Paoliello, directeur de la communication du département de la sécurité.

Laurent Paoliello
Laurent Paoliellolinkedin

Surtout qu’à Genève, plus de 95% des quelque 1500 agents de police du canton sont mobilisés pour le sommet. Or, assurer la sécurité d’un cortège demande une importante organisation et une logistique importante.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de démanteler le dispositif de sécurité mis en place pour le sommet pour un cortège. Cela prendrait des heures, voire des jours»
Laurent Paoliello

Le communicant l’assure: des alternatives comme la plaine de Plainpalais ont été proposées pour garantir le respect des droits fondamentaux. «Dès lors, les organisateurs avaient le choix. Si leur manifestation est annulée, c’est simplement parce qu’ils n'ont pas accepté de se réunir ailleurs».

La lutte, c’est à la plaine

Selon nos calculs, en plus de la manifestation de mercredi, au moins quatre autres rassemblements ont été priés de se tenir sur la plaine de Plainpalais au lien de la place des Nations, traditionnelle lieu de lutte sociale à Genève:

  • Manifestions de la communauté érythréenne contre les massacres au Tigré prévue mardi après-midi.
  • Manifestation de soutien à l’opposant russe Alexeï Navalny prévue mardi soir.
  • Manifestation de la communauté arménienne contre les violences dans cette région mercredi midi.
  • Manifestations des Femmes syriennes pour la démocratie prévue mercredi midi.

«C’est une insulte», s’insurge Thomas Vachetta, l’un des organisateurs de la manifestation de mercredi soir et membre du mouvement SolidaritéS. Pour lui, cette grande place au centre de Genève, s’apparente à une «réserve indienne»: elle est loin des dirigeants, loin des caméras et loin des yeux et des regards du monde entier.

«Il y a un réel décalage entre l’image que souhaite donner la Genève internationale et la réalité de la population qui souffre à travers le monde. Comment est-ce possible que Genève ne soit pas capable d’organiser le sommet tout en respectant la liberté d’expression?»
Thomas Vachetta

Reste la question des potentielles violences: la tenue de réunion non autorisée n’est pas exclue, ce qui pourrait générer des débordements. Et le canton ne nie pas une certaine crainte. Raison pour laquelle il lance un appel à la raison et espère qu’aucune manifestation sauvage n’ait lieu.

Joe Biden et Vladimir Poutine n’ont pas eu raison de la Grève des femmes du 14 juin 2021

1 / 13
Grève des femmes du 14 juin 2021
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Chère Brasserie Lorraine, au moins le sexe en groupe te sera épargné»
Après la polémique autour du concert annulé pour des dreadlocks, la Brasserie Lorraine fait à nouveau la une des médias. Cette fois, parce qu'elle n'a pas servi des militaires. Elle continue ainsi à remplir sa fonction de point névralgique dans le conflit des générations.

Chère Brasserie Lorraine,

L’article