ciel couvert
DE | FR
Suisse
Genève

Foyer de Mancy: la directrice de l'OMP Sandra Capeder licenciée

Foyer de Mancy: la directrice licenciée par le gouvernement genevois

Un panneau avec un plan indique les differents offices medico-pedagogique du Centre de Mancy donc le Foyer de Mancy, ce mercredi 9 fevrier 2022 a Collonge-Bellerive pres de Geneve. La justice genevois ...
Le Centre de Mancy en 9 février. Le foyer se trouve au coeur d'un scandale de maltraitances survenues entre 2019 et 2021 dans l'institution pour adolescents autistes. Image: KEYSTONE
Sandra Capeder, la directrice de l'office qui chapeautait le foyer de Mancy pour enfants autistes à Genève, a été licenciée, après avoir été suspendue pendant plus d'un an.
16.03.2023, 18:31
Plus de «Suisse»

L'annonce intervient deux jours après la publication d'un rapport parlementaire sur cette affaire. Contacté par Keystone-ATS, son avocat Thomas Barth a confirmé l'information:

«Cette décision absolument scandaleuse fera l’objet, en temps utile, d’un recours»
Me Thomas Barth, avocat de Sandra Capeder.

Un rapport accablant de plus

Sandra Capeder se trouvait à la tête de l'Office médico-pédagogique (OMP) quand le scandale du foyer pour jeunes autistes de Mancy a éclaté.

Une enquête de la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil genevois publiée mardi concluait que «l'Etat avait failli à son devoir» dans cette affaire. Elle complétait plusieurs rapports accablants déjà publiés sur la gestion de ce foyer.

Sans établir les responsabilités exactes des différents protagonistes, les députés ont insisté mardi sur les carences du département de tutelle en matière de gouvernance, soit celui de l'instruction publique. La directrice de l'OMP se voyait, quant à elle, reprocher d'avoir minimisé les faits et d'avoir assuré que la situation était sous contrôle.

La directrice dénonce une injustice

Des reproches «injustes», selon la directrice de l'OMP qui s'est exprimée dans plusieurs médias juste après la publication du rapport. Elle explique dans un entretien publié jeudi dans le Courrier «s'être saisie des problèmes dès 2019».

Sur heidi.news, elle relève que «les maltraitances sont ramenées à des problèmes de manque de formation, d’organisation, de gestion du personnel». «Or il y a surtout eu des comportements déviants d’adultes qui ont manqué à leur devoir et qui étaient pourtant parmi les éducateurs et les infirmiers les mieux formés et les plus expérimentés», ajoute celle qui se considère comme une lanceuse d'alerte.

La justice genevoise s'occupe aussi de cette affaire. En décembre 2021, une dénonciation pénale a été adressée au Ministère public pour violation du devoir d'assistance et d'éducation. La procédure, qui suit son cours, a pour l'instant débouché sur la mise en prévention de trois collaborateurs du foyer. (mbr/ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'UNIGE dédommage une étudiante ayant contracté le sida dans son labo
La doctorante Italienne était venue étudier à Genève dans le cadre d'un échange Erasmus. Il lui a fallu plus de dix ans pour obtenir gain de cause.

L'Université de Genève (UNIGE) va dédommager une étudiante italienne qui a contracté en 2011 le virus du sida alors qu'elle effectuait des recherches dans un de ses laboratoires. Les deux parties ont signé un accord qui clôt une bataille judiciaire.

L’article