DE | FR

Alerte à Genève aéroport: plus de 3000 personnes bloquées

Un passager tête en l'air a laissé un bagage abandonné dans l'aéroport de Cointrin, à Genève. Le check-in impacté aux deux tiers.
05.07.2022, 14:3905.07.2022, 16:20

Nous sommes las par ces personnes qui laissent leur bagage traîner, avoue Ignace Jeannerat, chef de la communication de l'aéroport de Genève.

Des milliers de gens bloqués à Cointrin.
Des milliers de gens bloqués à Cointrin. Image Watson

En ce mardi 5 juillet, à 13h, un malencontreux oubli a entraîné une opération appelée Nedex (neutralisation, enlèvement, destruction des explosifs). Aucun risque n'est pris, la police fait son apparition et les passagers sont priés de rester calmes en attendant l'intervention.

Cela arrive trop souvent, nous explique Ignace Jeannerat. La procédure prend une heure et cette fois-ci, deux tiers du check-in sont inaccessibles. Les magasins ont également été fermés.

Des files qui s'allongent et des grognements multiples. Sur plus de 35 000 voyageurs sur cette seule journée, ce sont plus de 2000 à 3000 personnes qui sont impactées par l'étourderie d'un passager.

Si l'opération s'est bien déroulée et s'est close à 14h03, Ignace Jeannerat rappelle l'importance aux voyageurs de garder l'oeil sur ses affaires et surtout proches de soi. (svp)

Thèmes

Un A380 atterrit à Brisbane avec un trou dans la carlingue

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La sécheresse envoie les vaches suisses à l'abattoir et ça a des conséquences
L'été caniculaire affame autant qu'il assoiffe les vaches élevées en pâturages. De plus en plus d'agriculteurs suisses n'ont plus le choix: ils doivent les tuer et ça a des conséquences.

Les dernières canicules en Suisse auront eu raison des champs dans lesquels sont élevées de nombreuses vaches. Comme le rapporte 24 Heures, louer des milliers de litres d'eau, monter des remorques d’ensilage d’herbe ou entamer en avance les réserver ne suffisent plus à nourrir le bétail qui flâne désormais dans un champ jauni par la sécheresse.

L’article