DE | FR

La Suisse s'attaque aux filles de Poutine: la liste des nouvelles sanctions

Le Conseil fédéral a décidé d'un nouveau train de mesures contre la Russie et la Biélorussie. A une exception près, la Confédération reprend les mesures prises par l'Europe.
13.04.2022, 14:4513.04.2022, 17:36

Alors que la guerre continue de faire rage en Ukraine, le Conseil fédéral a décidé, le 13 avril 2022, d'appliquer les nouvelles sanctions édictées par l’Union européenne (UE) à l’encontre de la Russie et de la Biélorussie. Il y a néanmoins un point sur lequel la Confédération ne fera pas comme l'UE.

Quelles sont les mesures appliquées par l'Europe?

Vu la poursuite de l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine et les signes évidents d’atrocités commises dans la localité de Boutcha, l’Union européenne (UE) a adopté, le 8 avril 2022, de nouvelles sanctions contre la Russie et de la Biélorussie.

Ce cinquième train de sanctions comprend des mesures dans les domaines des biens, des finances et des transports. Elles comportent, notamment:

  • Une interdiction d’importer du charbon et d’autres biens qui représentent une source de revenus importante pour la Russie (bois, ciment, produits de la mer, vodka, etc.).
  • Une interdiction d’exportation de kérosène et d’autres biens susceptibles de contribuer au renforcement des capacités industrielles de la Russie (comme les robots industriels ou certains produits chimiques).

Par ailleurs, l’UE a décidé d’interdictions dans le domaine de l’adjudication de marchés publics, de nouvelles sanctions financières visant notamment les trusts et de l’exclusion de tout soutien financier aux organismes publics russes. Elle a, en outre, instauré une interdiction pour toute entreprise de transport russe ou biélorusse d’acheminer des marchandises sur le territoire de l’UE et a fermé ses ports aux navires russes.

Quelles sanctions le Conseil fédéral va-t-il appliquer?

Le 13 avril 2022, le Conseil fédéral a décidé de reprendre les nouvelles mesures édictées par l’UE à l’encontre de la Russie et de la Biélorussie, à l’exception de l’interdiction de transport, jugée dispensable, au vu de la situation géographique de la Suisse.

Guy Parmelin.
Guy Parmelin.Image: KEYSTONE

Le Département fédéral de l'économie, piloté par Guy Parmelin a, en outre, approuvé l’adoption de sanctions à l’encontre de plus de 200 personnes et entités supplémentaires, qui sont issues des milieux politiques et économiques, actives dans le domaine militaire ou de la communication et de la propagande, ou font partie des cercles d’oligarques ou de la famille de ceux-ci.

Les deux filles du président Poutine figurent également sur la liste des personnes sanctionnées, désormais identique à celle de l’UE. Les adaptations entrent en vigueur le 13 avril 2022 à 18 heures. (jah/comm)

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cela fera bientôt trois mois que les Russes ont envahi l'Ukraine. Des infrastructures ont été détruites, des personnes ont été tuées et des familles ont été déchirées. L'aide humanitaire suisse tente depuis des semaines d'atténuer les grandes souffrances de la population.

Les yeux humides et la voix tremblante, Natalia raconte sa fuite de Marioupol. Cette ville n'a plus accès à l'eau ni à l'électricité depuis le début du mois de mars et se trouve au milieu des conflits armés entre la Russie et l'Ukraine. Après que sa voiture a été détruite par un missile et qu'elle «aurait pu être touchée à tout moment», Natalia a fui la ville du sud-est de l'Ukraine le 5 mars avec son fils de 10 ans. Elle a dû laisser son mari derrière elle, le père de son fils. Sans savoir si la famille se reverrait un jour.

L’article