ciel couvert
DE | FR
Suisse
hacker

Cyberattaque sur EasyGov: le nom de 130 000 entreprises volé

Cyberattaque easygov
Les hackeurs auraient attaqué la plateforme en ligne EasyGov, le site qui centralise les demandes et inscriptions électroniques de diverses entreprises auprès des autorités suisses.Image: shutterstock

Des hackers volent une liste de 130 000 entreprises ayant demandé un prêt Covid

La plateforme EasyGov a été victime d'une attaque informatique. Des hackers auraient dérobé les noms de près de 130 000 entreprises ayant demandé un prêt Covid à la Confédération en 2020.
21.10.2021, 11:5421.10.2021, 16:50

Une liste contenant les noms de près de 130 000 entreprises ayant demandé un près Covid en 2020 est tombée dans les mains de pirates informatiques, a déclaré le Secrétariat d'Etat (Seco) de l'économie jeudi.

Pour ce faire, les hackeurs auraient attaqué la plateforme en ligne EasyGov, le site qui centralise les demandes et inscriptions électroniques de diverses entreprises auprès des autorités suisses.

Les faits remontent à août 2021. Entre le 10 et le 22 de ce mois, les pirates ont accédé jusqu'à 544 000 fois par jour à la plateforme. Au total 1,3 million de requêtes ont été enregistrées.

Aucune autre donnée

Aucune donnée autre que les noms des entreprises n'a été volée, précise le Seco. Laquelle a pris des mesures immédiates et a ouvert une enquête.

Ne sont pas concernées les entreprises qui ont déjà remboursé l'intégralité du prêt, ainsi que toutes les données confidentielles de l'entreprise telles que les coordonnées bancaires, le numéro IBAN et les personnes de contact. (asi/ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'UDC Ruben Ramchurn sous enquête pour trafic de certif' Covid et de drogue
L'élu yverdonnois est accusé d'être le cerveau d'un trafic de faux certificats sanitaires français. L'UDC est aussi soupçonné d’avoir organisé des fêtes chez lui pendant la pandémie, avec distribution de drogues, qu'il vendrait aussi dans un établissement érotique. Perquisitionné cet été, Ruben Ramchurn nie tout en bloc, accusant un policier de «vouloir sa tête».

«Ils n'ont rien contre moi, ils veulent juste me faire porter le chapeau. "Cerveau d'un trafic de faux passes sanitaires français", comme si je n'avais que ça à faire!» Ruben Ramchurn, vice-président de la section yverdonnoise de l'UDC, est en colère. Le trublion est notamment connu pour son sens de la provocation. Il a, par exemple, interrompu il y a quelques semaines une séance des militants de Renovate Switzerland, musique à fond et menaçant de se coller la main sur place.

L’article