DE | FR
Bild

Image: shutterstock

Le Covid-19 a disparu

Vous avez parcouru les journaux ce matin? Pire, vous avez discuté avec des potes ces vingt-quatre dernières heures? Oui, voilà, c'est ça: la pandémie a bel et bien fichu le camp.



Vous l'aurez lu ici en premier: le Covid-19 a disparu. Voilà probablement le titre le plus putassier du mois de juin. Et vu que vous avez mordu à l'hameçon, on vous doit quelques excuses explications. La recette miracle tient en quelques mots clés:

Aujourd'hui, jeudi 17 juin 2021, il faut empoigner une loupe pour être en mesure de lire quelque chose de tangible sur le coronavirus. On trouve bien sûr quelques petits rebonds indirects, comme le contrôle d'accès à la Fête des étudiants à Sion dans Le Nouvelliste (concassé dans le coin gauche de sa «Une» du jour), Mais sinon, c'est le vide pandémique.

Bild

En journalisme, il y a évidemment le syndrome du drame qui en chasse un autre, mais depuis une cargaison de siècles (ressenti), rien ne parvenait à déboulonner le Covid-19 des sites de presse. Et puis, ce matin, entre Biden et Poutine qui chamboule Genève et l'Italie qui ronge les chances de réussite de la Nati à l'Euro, on a soudain ressenti un léger manque.

Chez watson, on se bouscule d'ailleurs plus volontiers pour s'aérer la tronche devant le climatiseur que pour se badigeonner les phalanges avec du gel hydroalcoolique.

«Non, pas de Covid dans le top des tendances Google, désolée»

Quand on a tenté d'empoigner le virus par n'importe quel moyen ce matin à l'aube à 9h, notre Madame SEO a douché nos espoirs d'un clic caniculaire.

C'est même bien pire que ça: le seul push d'info vaguement pandémique balancé ce matin par l'un de nos confrères fait du virus un tremplin pour la compétitivité nationale.

Bild

Oh, bien sûr, les plus attentifs d'entre vous nous dirons qu'en tête de page d'accueil de watson.ch/fr, le Covid-19 fait encore le malin à l'heure où on écrit cette bêtise sous 98º (ressenti). Oui, mais: c'est une bonne nouvelle (ça danse en Autriche) et surtout: nous ne sommes pas encore sevrés!

Et c'est bien là que le problème va se faufiler ces prochaines semaines. Le nôtre comme le vôtre. Comment passer sa journée sereinement sans que le virus ne vienne polluer nos plans, nos discussions, nos statistiques, nos écrans, nos lunchs, nos sorties, notre actualité? Comment remplir le vide? Comment faire un premier deuil d'un drame mondial si envahissant?

Cette journée n'est certainement qu'une petite pause. Dérangeante et salvatrice à la fois. Et puis demain est un autre jour puisque nous aurons quand même la conférence de presse du Conseil fédéral à s'injecter histoire de stopper les tremblements.

*cet article n'a évidemment été écrit que dans le but sournois de placer quelques tags en lien avec le virus.

On se souvient...

Vidéo: watson

... encore.

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Humeur

Voilà tout juste un an que «les prochaines semaines seront décisives»

Le 16 mars 2020, la Suisse entrait en «situation extraordinaire». Un cataclysme. Et le début d’un interminable combat contre le Covid-19. Voici une carte de voeux un peu particulière pour un anniversaire un peu (trop) particulier.

Qu'il compte sur la task force. Sur l'immunité collective. Sur la quarantaine, le semi-confinement, le bon sens, les cantons, les vaccins. Et sur ses doigts pour le nombre de cas. Un an que grâce à un effort collectif, nous pourrons sortir de cette crise. Un an qu’Alain Berset comprend nos angoisses et nos frustrations. Un an que les conférences pressent. Un an que les chiffres sont mauvais. Que les chiffres sont encourageants. Qu’on va vers le mieux, mais que le pire est à venir. Que …

Lire l’article
Link zum Artikel