DE | FR

Pour le climat, quittez votre duplex et prenez une chambre de bonne

Bild

La surface des appartements ne cesse d'augmenter depuis quarante ans, mais notre besoin d'espace n'est pas sans conséquences pour l'empreinte environnementale. On vous explique tout ça.



Vivre dans un appartement trop grand pour soi, c'est comme rouler en 4x4 ou s'envoler pour les Maldives en jet privé: C'est pas bon pour l'environnement. Depuis 1980, la surface des apparts des Suisses est passée 32m2 à 46m2.

Trois chercheuses de l'EPFL se sont demandé ce qui se cachait derrière cette conquête de mètres carrés.

Pourquoi c'est pas écolo

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le logement représente, en Suisse, la deuxième source de consommation d’énergie et de production de CO2, juste derrière les transports.

Considérant notre rythme de croissance, il faudra encore et toujours construire de nouveaux logements sur de nouvelles parcelles de terre, loin des centres-villes.

«La Suisse compte 60% de locataires. Trouver une manière d’appliquer une politique raisonnée à cette consommation de surface peut avoir un fort impact d’ici à 2030»

Anna Pagani co-autrice de la recherche

La Confédération a ainsi lancé, en 2017, un «Programme National de Recherche» visant à protéger les ressources, y compris celles du logement.

Pourquoi on en veut toujours plus

Claudine Karlen, Anna Pagani et Claudia Binder ont réfléchi à la manière de remédier à ce besoin croissant d'espace. Pour leur étude, publiée dans le Journal of Housing and the Built Environment, les chercheuses ont notamment récolté 968 témoignages de locataires et les données de 10 000 logements.

40% des locataires interrogés vivaient dans un appartement plus grand que le précédent, même si la taille du ménage avait diminué. Paradoxal? Un peu.

De plus, en cas de déménagements, seules 25% des personnes questionnées seraient d'accord d'aller dans un appartement plus petit si la taille du foyer diminuait.

Arrêtez de râler, vous pourriez vivre dans un 15m2

Pourquoi les gens sont-ils si peu enclins à envisager un appartement plus petit, qui correspondrait pourtant peut-être davantage à leurs besoins? Parmi les raisons évoquées:

Autre motif évoqué: Le symbole de statut que procure la taille, c'est-à-dire le statut social reflété par notre appartement. Ben oui, comme la grosse voiture ou le jet-privé.

Pourquoi c'est pas la taille qui compte

Pour inciter les locataires à opter pour du plus petit, l'équipe propose plusieurs solutions:

Les résultats de cette recherche ont été introduits dans un modèle numérique à destination des propriétaires de coopératives ou de parcs immobiliers. Il permettra d'explorer l'efficacités des mesures prises pour réduire l'empreinte écologique du logement et de tenir compte des fonctions désirées par les locataires.

Concernant le problème d'ego de choisir plus petit, Anna Pagani suggère que les médias, les architectes et les designers fassent la promotion de logements «durables» de petite taille qui garantissent une haute qualité de vie. Comme quoi, plus c'est petit, plus c'est sexy. (ats/mb)

A propos de taille, celle du nez est fondamentale 👇

Et si vous n'êtes toujours pas convaincu par un appartement plus petit, essayez la nuit dans un vieux bunker nazi!

1 / 13
Dormir dans un vieux bunker nazi? C'est possible sur Airbnb
source: airbnb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Actu

La Suisse n'éduque pas correctement les enfants issus de l'asile

Link zum Artikel

La 5G vient à peine d'arriver et la 6G est déjà en route

Link zum Artikel

«Les catastrophes de cet été sont clairement liées au réchauffement»

Link zum Artikel

Oubliez Spotify, TikTok lance sa propre plateforme de musiques virales

Link zum Artikel

Les fortes pluies ont aussi des vertus: la forêt jurassienne revit!

Les grosses pluies de ces dernières semaines apportent un répit à la forêt jurassienne, souffrant de sécheresse. Les précipitations ont également freiné la pullulation des bostryches. Explications.

La météo pluvieuse de ces dernières semaines, faisant capoter l'idée même de l'été, n'est pas qu'une douche froide. Elle a engendré aussi des bienfaits pour la nature, que l'on constate aujourd'hui. Il y a deux ans, le canton du Jura affichait un ton pour le moins alarmiste face au dépérissement du hêtre, considérant même la situation comme une catastrophe forestière au sens de la loi. Les dégâts, en particulier en Ajoie, étaient liés à la sécheresse exceptionnelle de 2018.

Aujourd'hui, la …

Lire l’article
Link zum Artikel