Suisse
Intelligence artificielle

ChatGPT: 25% des Suisses préfèrent une IA à un médecin

ChatGPT: Comment l'IA remplace certains contacts humains en Suisse
L'IA prend de plus en plus de place, avec la bénédiction de l'internaute.

Toujours plus de Suisses préfèrent discuter avec un robot plutôt qu'un humain

L'acceptation et l'usage des intelligences artificielles se renforcent fortement en Suisse. Et ce dans presque tous les aspects de la vie quotidienne.
15.04.2024, 23:46
Plus de «Suisse»

L'enquête représentative de Comparis sur l'acceptation des intelligences artificielles dans la vie quotidienne révèle une nette augmentation de l'utilisation et de la préférence pour les chatbots (système informatique de discussion) tels que ChatGPT et Gemini (l'IA de Google) en Suisse.

«Le battage médiatique persistant autour de l’intelligence artificielle a levé certains blocages et a conduit de nombreuses personnes à essayer les chatbots»
Jean-Claude Frick, expert Numérique Comparis

Et en effet, en 2024, 80% de la population sait ce qu'est un chatbot, contre 57% il y a seulement trois ans, ce qui est une évolution considérable. De même, 63% a déjà communiqué au moins une fois avec un chatbot, contre 38% en 2021.

Ce qui corrobore ce chiffre, 72% des Suissesses et des Suisses préféreraient interagir avec un chatbot plutôt qu'avec un être humain lors de leurs recherches en ligne.

«Les expériences positives donnent envie aux internautes d’aller plus loin»

Mais l'acceptation des chatbots s'est également étendue à différents domaines, 72% des participants à l'enquête préfèrent interagir avec un chatbot pour suivre le statut d'une livraison et 48% préfèrent échanger avec une IA qu'un humain pour acheter une maison.

Les interactions avec les chatbots sont les plus fréquentes lors du shopping en ligne, suivi de la recherche d'informations en ligne. Cependant, l'expert souligne que pour que les chatbots puissent réellement concurrencer les moteurs de recherche traditionnels, les réponses générées par l'intelligence artificielle doivent être accompagnées de liens vers des sources pour faciliter la compréhension des utilisateurs et légitimer la véracité d'une information.

L'expérience globale avec les chatbots est largement positive, 62% des Suisses interrogés étant plutôt ou très satisfaits des programmes. Les chatbots se révèlent particulièrement populaires en dehors des heures d'ouverture, où 68% des personnes préfèrent s'adresser à un chatbot plutôt que d'attendre qu'un humain soit disponible. De plus, la communication écrite via un chatbot intégré à un site Web est jugée plus engageante que la communication téléphonique:

«Communiquer en direct par téléphone n’est pas seulement stressant pour la génération Z: l’attente des centres d’appels en agace plus d’un.»
Jean-Claude Frick

Cependant, en matière de santé, la confiance dans les chatbots diminue, avec moins de 15% des personnes interrogées préférant contacter un chatbot plutôt qu'un humain en cas de problèmes de santé mentale, et seulement 21% en cas de problèmes physiques. Pour des questions médicales personnelles, telles que les premiers avis médicaux, seuls 26% des répondants préféreraient interagir avec une IA plutôt qu'avec une personne. (hun)

Cet homme a même remplacé un avocat par une IA 👇

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Le robot «Chat GPT» se comporte comme un humain
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Primes maladie: J'ai (encore*) la haine
Chaque année, c'est la même rengaine. Les primes maladie augmentent, on s'inquiète, les politiques tapent du poing sur la table, les assureurs encaissent. Et une fois que l'orage est passé, qu'on est bien tondu, on se remet sagement au boulot, jusqu'à la prochaine annonce. Mais comment a-t-on pu en arriver là?

Aussi loin que remontent mes souvenirs d'adulte, qui soupire devant la boîte aux lettres et qui paie ses factures, j'ai toujours vécu le fameux ras-le-bol de fin septembre (ou du milieu de l'année*). L'annonce de la hausse des primes maladie. Cette sensation aigre-douce qu'on nous la fait à l'envers, encore et encore.

L’article