DE | FR
Navid Majidi, gebuertiger Afghane, vorne links, und Maryam Sediqi, gebuertige Afghanin, vorne rechts, bei der Uebergabe der Unterschriften des Appels fuer die Aufnahme von Fluechtlingen aus Afghanistan, am Freitag, 20. August 2021 vor der Bundeskanzlei in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Image: sda

Appel de la gauche pour accueillir les réfugiés afghans

Le PS, les Verts et AsyLex, une association qui aide au droit d'asile en Suisse, ont remis vendredi à la Chancellerie fédérale un appel réclamant un refuge pour celles et ceux qui fuient l'Afghanistan.



Un appel ayant rassemblé 41 547 signatures, demande «un statut de séjour sûr et permanent» pour les Afghans vivant en Suisse. Le Conseil fédéral doit en outre faire «tout son possible» pour que leurs familles puissent les rejoindre et accueillir 10 000 personnes vulnérables supplémentaires et sortir «de sa politique au compte-gouttes».

«La réaction d’attentisme et d’accueil au compte-gouttes des deux ministres PLR au Conseil fédéral n’est pas en phase»

Ada Marra la conseillère nationale (PS/VD)

Pour les organisations à l'origine de l'initiative, le nombre de signatures recueillies en quelques jours «témoigne du choc de la population suisse face à la situation effroyable que traverse» l'Afghanistan.

«Pas déraisonnable»

Pour Ada Marra, conseillère nationale, l’appel remis vendredi n’a rien de déraisonnable: il ne menace pas la sécurité de la Suisse et ne met pas sous pression le système d'asile.

«Nous avons la capacité d’accueil (...) en 2019, il y a eu 14 269 demandes d’asile et 11 000 en 2020. Il s'agit des chiffres les plus bas depuis 2007»

Ada Marra, conseillère nationale (PS/VD)

Amnesty International se fait entendre

Pour Amnesty International (AI), la position du Conseil fédéral consistant à n'accueillir que les Afghans employés par Berne et leur famille, soit environ 230 personnes, est «intenable compte tenu de la crise sur place, de la brutalité et du mépris total des droits humains du précédent régime taliban».

Amnesty International demande au gouvernement d'accueillir «un nombre important de réfugiés en provenance de ce pays». La Suisse ne peut pas se contenter d'aider les pays voisins de l'Afghanistan et les autres Etats de la région à accueillir les réfugiés afghans par le biais de l'aide humanitaire. (sda/ats)

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

« S'il vous plaît, aidez-nous » - deux victimes de Kaboul témoignent

Plus d'articles sur l'Afghanistan

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel

Les talibans contrôlent l'Afghanistan, des Suisses évacués

Link zum Artikel

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Les Talibans multiplient les conquêtes et marchent sur Kaboul

Link zum Artikel

Joe Biden choisit une date symbolique pour retirer ses troupes d'Afghanistan

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Afghanistan: il était une fois une province de résistants... aux talibans

Connu depuis des dizaines d'années comme étant un bastion anti-talibans, la vallée de Panshir se prépare à un énième combat contre leurs ennemis jurés.

Bien que les évacuations aériennes se poursuivent dans une atmosphère chaotique à l'aéroport de Kaboul, les talibans au pouvoir ont annoncé le lancement d'une offensive d'envergure contre la seule zone qui leur résiste encore: la vallée du Panshir.

Cette province représente une poche de résistance au nord-est de Kaboul. Depuis des décennies, elle peut être définie comme un bastion anti-talibans.

Emmené par Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud, assassiné en 2001 par le mouvement …

Lire l’article
Link zum Artikel