DE | FR
Eric Zemmour, Paris, 23 septembre 2021.
Eric Zemmour, Paris, 23 septembre 2021.image: keystone
Présidentielle 2022

Face à Zemmour, la gauche genevoise s'apprête à dévoiler sa stratégie

La gauche de gouvernement et la gauche alternative feront connaître dans les prochaines heures la manière dont elles entendent s'opposer à Eric Zemmour, annoncé fin novembre à Genève.
15.11.2021, 18:0316.11.2021, 07:44

Faire parler les muscles ou se contenter de donner de la voix? Exiger l’interdiction ou simplement protester? La grande famille de la gauche genevoise hésite sur la tactique à adopter face à Eric Zemmour, annoncé les 24 et 25 novembre à Genève.

Réunis séparément

Le comité directeur du Parti socialiste genevois devait décider lundi 15 novembre dans la soirée de sa position officielle à ce sujet. Vendredi, la gauche radicale, qui comprend les antifas et des formations comme solidaritéS, s’est réunie nombreuse à ce même propos, en l’absence du PS et des Vert.e.s, partis gouvernementaux. Un communiqué commun à cette gauche alternative doit être publié ce mardi.

Communiqué commun ou «motion de synthèse», l’art de concilier les contraires, longtemps une spécialité du Parti socialiste français? «Tout le monde à gauche n’est pas d’accord sur la conduite à tenir face à Zemmour, y compris au sein de la gauche radicale», explique à watson un membre du PS.

«Certains, sur une ligne dure, militent pour l’interdiction pure et simple de la conférence que doit donner Zemmour. D’autres estiment au contraire que réclamer l’interdiction et par conséquent s’opposer à sa venue pourrait mener à la confrontation et par-là offrir un buzz incroyable à celui qu'on prétend combattre. Ces derniers sont donc favorables à une protestation en bonne et due forme contre les idées d’extrême droite d’un individu doublement condamné en France pour provocation à la discrimination raciale et à la haine religieuse.»
Un membre du Parti socialiste genevois

La gauche dans son ensemble s’apprête-t-elle à baisser d’un ton après avoir fait valoir sa ferme opposition à la venue du polémiste de la droite identitaire française? Les propos tenus lundi matin sur La 1ère par le conseiller d’Etat genevois et chef de la sécurité Mauro Poggia n’auront certes pas mis tout le monde d’accord, mais ils entendaient rappeler des principes liés à l’Etat de droit. En ce sens et en l’espèce, on ne peut pas faire acte de censure en arguant d’un risque de troubles à l’ordre public, a affirmé en substance l'élu de droite au Conseil d'Etat. Le canton n’est donc pas favorable à une interdiction de parole visant Eric Zemmour.

Grosse manif?

La position de l’exécutif cantonal, représentée par le ministre de la sécurité, tranche avec celle exprimée la veille sur La 1ère par la maire de Genève, Frédérique Perler. Sans aller jusqu’à demander d’interdire de parole le probable futur candidat à la présidentielle française, elle l’a déclaré indésirable dans les salles communales de la Ville.

On semble se diriger à gauche vers une opposition ferme mais de principe aux idées d’Eric Zemmour à l'occasion de sa venue à Genève pour un débat avec l'avocat Marc Bonnant. Y aura-t-il une ou plusieurs manifestations? Avant ou pendant la présence du polémiste – si sa venue, de son côté, est maintenue? Les opposants genevois au chantre de l'identité française voudront sans doute être nombreux à donner de la voix en se gardant d'être violents.

À 105 ans elle établit un record du monde au 100m

Plus d'articles sur la polémique Eric Zemmour à Genève

Mobilisation contre la venue d'Eric Zemmour à Genève

Link zum Artikel

Zemmour à Genève: tags menaçants et partis politiques divisés

Link zum Artikel

Lancement d'une contre-pétition pour la venue d'Eric Zemmour à Genève

Link zum Artikel

«Un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent de Zemmour

Link zum Artikel
Des experts demandent le recensement des cas de Covid long
La hausse massive du nombre de cas de Covid-19 en Suisse augmente les risques de santé publique à long terme, alerte certains experts.

Plus le nombre de cas de Covid-19 augmente en Suisse, plus le risque des dommages à long terme croît également, mettent en garde deux experts dans la presse dominicale. Ils demandent un relevé systématique des cas de Covid long.

L’article