DE | FR
Bild

Un Boeing C-17 de l'US Air Force embarquant des Afghans sur l'aéroport de Kaboul. 21 août 2021. image: keystone

Chaos afghan: Le grand ratage de l'avion militaire suisse de transport

Un appareil civil de la compagnie Swiss, qui revenait de Tachkent, en Ouzbékistan, à la frontière afghane, a atterri cette nuit à Zurich, ramenant à son bord du personnel suisse, ainsi que des Afghans, tous évacués d'Afghanistan. Pour le reste, ne possédant pas d'avion de transport de troupes, la Suisse est incapable de se rendre à Kaboul. Histoire d'une dépendance volontaire.



Un avion? Mais pour quoi faire? Pour voler, pardi! Jusqu’à lundi, cette évidence n’en était pas une pour le Département fédéral des affaires étrangères. Affrété par ses soins, un avion civil de la compagnie Swiss a enfin pu décoller de Zurich vers Tachkent, en Ouzbékistan, pays frontalier de l’Afghanistan en plein chaos depuis la prise de pouvoir talibane.
Sa mission: Rapatrier des coopérants suisses de la DDC, ainsi que du personnel afghan ayant travaillé pour la Confédération. Il était de retour cette nuit à Zurich-Kloten. Des pays amis, présents militairement à l’aéroport de Kaboul, assurent pour la Suisse le pont aérien entre les capitales afghane et ouzbek.

Un serpent de mer de la neutralité helvétique

Aussi étrange que cela paraisse, le Conseil fédéral n’a pas sous la main un avion de transport lui permettant de rapatrier des Suisses pris au piège de conflits ou de catastrophes naturelles. Non seulement il doit recourir aux services d’une compagnie civile, Swiss en l’occurrence, ce qui n’est pas en soi insurmontable; surtout, et c’est déjà plus embêtant, il dépend de partenaires étrangers, pouvant, eux, se rendre sur les théâtres d’opération risqués. «Nous aurions pourtant besoin d’un appareil de ce type. On s’en aperçoit ces jours-ci avec la crise afghane», soutient le conseiller national UDC valaisan Jean-Luc Addor, membre de la commission parlementaire de la politique de sécurité.

L’«avion de transport de troupes», un serpent de mer de la neutralité helvétique, laquelle ne craint rien tant que l’enrôlement par mégarde sous des drapeaux guerriers. En 2001, alors que l’armée suisse, en tant que force de maintien de la paix, venait de procéder à ses premiers engagements militaires à l’étranger (Kosovo), l’acquisition pour 120 millions de francs de deux avions de transport de troupes de marque espagnole Casa semblait acquise.

Mais le ministre de la Défense Samuel Schmid, moins hardi que son prédécesseur Adolf Ogi (tous deux Bernois issus d’un courant de l’UDC que détestait l’aile dure incarnée par Christoph Blocher), se défila au dernier moment. Il renonça à inscrire cet achat au programme d’armement. Le chef du DDPS invoqua le résultat serré, la même année, de la votation approuvant l'envoi de soldats suisses à l'étranger.

En 2015, nouvel échec pour les partisans de l’avion de transport. Le projet d’acquisition de deux appareils (un achat de la sorte s’effectuant par paire) était porté par l'ex-conseillère aux Etats socialiste vaudoise Géraldine Savary, aujourd’hui rédactrice en chef de l’hebdomadaire Fémina, et son collègue Peter Bieri, un PDC.

«Nous avions une majorité au Conseil des Etats. C’est alors que le chef du DDPS à l’époque, Ueli Maurer, un UDC sur la ligne Blocher, nous joua un sale tour»

Géraldine Savary, ex-conseillère aux Etats (VD/PS)

«Ueli Maurer était d’accord avec cet achat, mais il déclara que l’avion de transport pourrait à l’occasion procéder à des renvois de migrants à l’étranger. Les socialistes du Conseil national, qui voulaient bien voter "oui" malgré leurs réticences face à la chose militaire, ne voulurent plus rien entendre et c’en fut fini de nos espoirs», raconte Géraldine Savary.

Dans sa motion, la sénatrice vaudoise destinait l’avion de transport à des missions de maintien de la paix. Elle arguait qu’un tel appareil avait manqué en 2014 à la Suisse pour acheminer de l’aide en Afrique lors de l’épidémie Ebola, ou quelques années plus tôt, pour évacuer des Suisses bloqués dans une Côte d’Ivoire aux prises avec des affrontements armés.

La crise afghane, une occasion rêvée?

L’actuelle situation afghane, avec des Suisses sur place totalement dépendants de forces étrangères amies, pourrait-elle remettre l’avion de transport de troupes (humanitaires ou militaires, à des fins de paix ou de sauvetage) à l’agenda parlementaire? Le conseiller national UDC genevois Yves Nidegger, membre de la commission de politique extérieure est plus que dubitatif:

«La Suisse n’a pas vocation à se projeter militairement à l’étranger. Le rôle de l’armée est de défendre le territoire national. Et puis, il ne suffit pas d’avoir un avion de transport, encore faut-il pouvoir en assurer la sécurité une fois ce dernier posé sur un tarmac étranger. Voyez Kaboul. Imagine-t-on le nombre d’hommes en armes qu’il faudrait pour le protéger? Or les soldats étrangers amis, en ce moment à Kaboul, ont bien d’autres choses à faire que de sécuriser un avion suisse.»

Yves Nidegger

Son camarade de parti, le conseiller national UDC valaisan Jean-Luc Addor, est d’un avis bien différent.

«La situation afghane montre que la Suisse n’est pas capable d’assurer la sécurité de compatriotes en difficulté à l’étranger. Un avion de transport de troupes nous rendrait plus souverains et par conséquent moins dépendants des autres»

Et comment protéger l'appareil en zone de conflit? «Nous avons des forces spéciales, utilisons-les!», plaide l’élu valaisan.

En dépit d’un possible regain d’intérêt pour un tel avion, une majorité parlementaire n’est pas acquise. Autant l’institution militaire, dans les années 90, a pu paraître à l’avant-garde de la coopération internationale, ouvrant comme jamais la Suisse à des horizons jusqu’alors interdits, autant elle semble aujourd’hui revenue à l’étale de son ambition première: Garder les frontières.

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel