DE | FR

Le Danemark va encore plus loin que la Suisse dans sa réouverture

Image: Shutterstock
Alors que certains pays européens faisaient les gros yeux face à la stratégie suisse de réouverture, le Danemark nous emboîte le pas et va encore plus loin.
16.04.2021, 08:0816.04.2021, 15:31

Des spectateurs dans les stades et des clients au restaurant: grâce à une situation épidémiologique contrôlée, le Danemark va pouvoir accélérer sa réouverture dès le 21 avril, a annoncé le gouvernement vendredi.

«Le Danemark se trouve dans une situation où nous pouvons ouvrir davantage. C'est à la fois responsable et très positif, mais cela nécessite que nous gardions nos bonnes habitudes, que nous continuions à nous faire tester et à utiliser le 'coronapas' pour accéder à certaines activités»
Nick Hækkerup, ministre de la justice danois.

Qu'est-ce qui va se passer?

  • A partir de mercredi, les spectateurs seront à nouveau autorisés dans les stades, dans un respect strict des règles de distanciation et sous présentation du «coronapas», ce passeport sanitaire certifiant d'un test négatif de moins de 72h, d'une vaccination ou d'une guérison récente du Covid-19.
  • L'ouverture des restaurants - avec réservations, «coronapas» et dernier service à 22h - est avancée au 21 avril, au lieu du 6 mai.
  • Le passeport sanitaire ne sera pas obligatoire pour prendre un verre en terrasse, contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment.
  • En outre, la jauge pour les rassemblements augmente, passant à 10 en intérieur et 50 à l'extérieur, dès mercredi. Elle devrait être abandonnée le 11 juin pour les rencontres dehors et fixée à 100 pour les réunions à l'intérieur.

Où en est le Danemark?

Dans le royaume nordique de 5.8 millions d'habitants, le nombre de nouveaux cas est plus de quatre fois plus faible qu'en décembre, lorsque le pays s'était placé en semi-confinement avec fermeture des écoles et des commerces non essentiels, désormais rouverts.

La campagne de vaccination, ralentie par l'abandon du vaccin d'Astrazeneca, à cause d'effets secondaires très rares, mais graves, doit s'achever en août. Actuellement, 8.2% de la population a totalement été vaccinée et 17.2% a reçu une première dose.

En comparaison, la Suisse est à 8% de population totalement vaccinée et au moins 13% a reçu une première dose. (ats/afp)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article