dégagé
DE | FR
Suisse
International

«Covid-22» ou l'histoire d'une traduction qui dérape

Image

Le Covid-22 est suisse et affole la planète. Mais existe-t-il vraiment?

L'interview inoffensive d'un immunologue suisse, parue dans un média alémanique dimanche dernier, a fait le tour du globe et affolé la toile. Mais pas forcément pour les bonnes raisons. Explications.
25.08.2021, 11:4125.08.2021, 17:37
Hélène krähenbühl
Plus de «Suisse»

«Un nouveau super variant baptisé #COVID22, plus dangereux que le #Delta, pourrait émerger», tweetait @Mediavenir le 23 août dernier. «Le nouveau variant nommé 'Covid-22' pourrait être plus dangereux que la souche Delta, a averti un expert», titraient quand à eux les tabloïds The Sun et The Mirror. On va tuer le suspens immédiatement: le Covid-22 n'existe pas. Mais son histoire est rocambolesque.

D'où sort cette fake news?

Tout est parti d'une interview, pourtant très sérieuse, donnée par Sai Reddy, un immunologue de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), dans le SonntagsBlick. Dans l'entretien traduit en français et en anglais, le scientifique livre son analyse sur l'évolution de la pandémie et évoque l'apparition d'un «super-variant». «La prochaine étape est-elle une combinaison (réd: du virus)?» interroge le journaliste. «C'est inévitable. C'est la prochaine phase de la pandémie lorsque Beta ou Gamma deviennent plus infectieux ou que Delta développe des mutations d'échappement. Ce sera le gros problème de l'année à venir», lui répond alors Sai Reddy.

Puis, vient la fameuse phrase qui a crispé le monde entier:

«Le Covid-22 pourrait être pire que ce à quoi nous assistons actuellement»»

C'est à partir de ce moment là que l'histoire dérape. Ni une ni deux, la citation est relayée en masse sur les réseaux sociaux, sans aucune mise en contexte qui aurait permis de mieux comprendre l'explication de l'immunologue. Parmi ceux qui reprennent le terme et le déforme, on retrouve:

  • Mediavenir, un média non professionnel qui compte plus d'1,3 millions d'abonnés sur Twitter. Le tweet, sans lien vers la source de l’information, a été liké plus de 13 000 fois et repartagé plus de 8000 fois. Au point que le hashtag #COVID22 fasse son apparition en «Top tweets France».
  • The Sun et The Mirror, tabloïd britanniques.
  • Florian Philippot, politicien français, ancien membre du Rassemblement national et fermement opposé au pass sanitaire. 👇

La faute à une mauvaise traduction?

Contacté par le site yahoo, le professeur Sai Reddy déplore des erreurs de traduction dans les reprises de l'interview donnée en langue allemande. Il s'explique:

«Pour que ma déclaration soit claire, je veux dire que je crois que le Covid en 2022, particulièrement au début de l’année (janvier à mars), a une chance d’être pire que cette année»

En d'autres termes, le «covid-22» mentionné par Sai Reddy n’a pas de réalité scientifique: il s’agit d’une expression utilisée par le chercheur pour évoquer les potentielles mutations du Covid et leur contagiosité accrue par rapport à la souche d’origine.

Face à l'utilisation massive et trompeuse du terme, plusieurs comptes Twitter sont venus à la rescousse du scientifique. C’est le cas du journaliste freelance Vincent Glad ou encore du média Hugo Décrypte, qui y a consacré un thread, que vous pouvez lire juste ici. 👇

Traduire les mesures, ça fait quoi?
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Ma première critique, je me suis fait détruire»: Joël Dicker sort son 7ᵉ roman
A l'occasion de la publication de son septième roman, Un Animal Sauvage, nous sommes allés à la rencontre de l'écrivain suisse le plus lu de la planète. Entre le travail d'écriture, la création de sa propre maison d'édition et une séance de course à pied, comment le Genevois gère-t-il le quotidien? Interview.

Genève, une chambre de l'Hôtel Fairmont, moquette rouge moelleuse et vue sur le jet d'eau, dans la lumière grise de février. Il est 12h20, Joël Dicker nous reçoit avec un peu de retard. En plein marathon promotionnel pour son dernier livre, Un Animal Sauvage, il vient d'avaler une salade sur le pouce. Il s'excuse avec un large sourire et une franche poignée de main. On ne s'attendait pas à autre chose de la part de l'écrivain le plus rigoureusement sympa de la littérature francophone.

L’article