DE | FR

Plainte pénale contre Dick Marty au Kosovo

L'ancien rapporteur du Conseil de l'Europe est attaqué en justice au Kosovo. Un avocat l'accuse d'avoir «inventé» des allégations pour «tromper» son auditoire.
10.03.2021, 15:3011.03.2021, 16:08

Un avocat kosovar a déposé une plainte pénale pour faux et usage de faux contre l'ancien rapporteur du Conseil de l'Europe Dick Marty.

Selon l'avocat Tom Gashi, Dick Marty n'aurait jamais trouvé la moindre preuve d'un quelconque trafic d'organes humains dans une maison privée d'Albanie. L'avocat de Pristina agit sur mandat du propriétaire de cette maison, rapportent mercredi les médias serbes cités par l'agence italienne Agenzia Nazionale Stampa Associata (Ansa).

Dans un rapport adopté en 2011 par le Conseil de l'Europe, le Tessinois dénonçait les exactions présumées commises par des membres de la guérilla indépendantiste de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) sur quelque 500 prisonniers serbes et roms pendant la guerre. Un rapport qui avait permis la création d'un tribunal spécial chargé de se pencher sur les crimes de guerre présumés perpétrés par les membres de l'UCK pendant et après le conflit serbo-kosovar de 98-99.

Ce document évoquait notamment des exécutions sommaires, des enlèvements et un trafic d'organes, prélevés sur des victimes. Il mettait en cause plusieurs dirigeants de l'UCK, dont son ancien chef Hashim Thaçi, ex-président du Kosovo. L'intéressé a vivement démenti ces accusations.

Tom Gashi et le propriétaire de la maison dénoncent des accusations «inventées», qui ont «trompé» le Conseil de l'Europe. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article