DE | FR

Lafarge en Syrie: L'affaire connaît un nouveau rebondissement

Das Holcim Logo auf dem Gebaeude eines Holcim Kieswerks, fotografiert am 18. Juni 2021 in Muelligen, Kanton Aargau. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Image: KEYSTONE

La Cour de cassation a décidé mardi de renvoyer devant la Cour d'appel le cimentier Lafarge pour «complicité de crimes contre l'humanité» dans l'enquête sur ses activités en lien avec la Syrie.



Nouveau rebondissement. La plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français a décidé mardi d'invalider l'annulation des poursuites contre le cimentier Lafarge. L'affaire pour «complicité de crimes contre l'humanité» a été renvoyée devant la cours d'appel.

Elle a également cassé la décision de la cour d'appel de maintenir la mise en examen du groupe pour «mise en danger de la vie d'autrui». Et renvoyé ces deux questions devant la chambre de l'instruction, dans une composition différente, afin qu'elle se prononce à nouveau.

13 millions d'euros versés à des groupes terroristes

La Cour a en revanche confirmé la mise en examen du cimentier pour «financement du terrorisme».

Lafarge SA est soupçonné d'avoir versé en 2013 et 2014, près de 13 millions d'euros (14,1 millions de francs) à des groupes terroristes, dont l'organisation Etat islamique (EI), et à des intermédiaires. Cela, afin de maintenir l'activité de son site en Syrie alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

Suspicion d'affaires avec l'Etat islamique

Le groupe est également suspecté d'avoir vendu du ciment de l'usine à l'EI et d'avoir payé des intermédiaires pour s'approvisionner en matières premières auprès de factions djihadistes.

Mais l'entreprise Lafarge a toujours contesté toute responsabilité dans la destination de ces versements à des organisations terroristes.

«Dans cette affaire, le versement en connaissance de cause de plusieurs millions de dollars à une organisation dont l'objet est exclusivement criminel suffit à caractériser la complicité, peu importe que l'intéressé agisse en vue de la poursuite d'une activité commerciale»

La Cour de cassation dans un communiqué.

«La Cour de cassation donne raison au magistrat instructeur sur deux points essentiels, en confirmant les poursuites pour financement du terrorisme et en rouvrant le débat sur la complicité de crimes contre l'humanité, qui sera maintenue compte-tenu des éléments accablants du dossier», a réagi Me William Bourdon, avocat de Sherpa. (ats/hkr)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Disparition d'Estelle Mouzin: bientôt de nouvelles fouilles

Une dernière campagne de fouilles pour retrouver la dépouille d'Estelle Mouzin est prévue fin août. Les recherches devraient durer une semaine.

Une nouvelle série de fouilles pour rechercher le corps d'Estelle Mouzin, victime présumée en 2003 du tueur en série Michel Fourniret, doit avoir lieu dans les Ardennes à partir du 30 août, a indiqué lundi une source proche de l'enquête.

Ces fouilles sont prévues pour durer une semaine, en présence de Monique Olivier, l'ex-épouse du tueur, mort en mai, a précisé cette source, confirmant une information de France Info.

Elles doivent avoir lieu dans un bois communal d'Issancourt-et-Rumel, qui a …

Lire l’article
Link zum Artikel