stratus fréquent-1°
DE | FR
Suisse
Interview

Covid: avec l'arrivée d'Omicron, faut-il attendre pour faire la 3e dose?

Covid, vaccin
Image: Montage Watson
Interview

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

De Moderna à Pfizer, les entreprises pharmaceutiques annoncent vouloir adapter leurs vaccins au nouveau variant Omicron. Mais alors, devons-nous attendre la nouvelle version avant de repasser par la case piqûre? Les réponses de Didier Pittet, infectiologue aux HUG.
02.12.2021, 16:3902.12.2021, 18:06
Suivez-moi

Suite à l'apparition d'Omicron, tant Pfizer que Moderna ont annoncé vouloir développer une dose de rappel pour ce variant. Vaut-il mieux attendre avant d'aller se faire injecter une troisième dose?
Didier Pittet, infectiologue:
La réponse est claire: non. En réalité, les laboratoires se préparent depuis un an et demi à l'éventualité d'un nouveau variant pour lequel il faudrait adapter le vaccin actuel de manière à mieux cibler les éléments du virus.

«On peut imaginer que les vaccins à disposition actuellement soient moins efficaces contre Omicron, mais, pour l'instant, nous n'avons pas de preuve que ce soit le cas»

Tactiquement, c'est une bonne idée que les laboratoires pharmaceutiques développent une version adaptée de leur vaccin. Il y a un risque que la nouvelle formule ne soit pas utile si Omicron disparaît de la carte dans trois mois. Mais il est normal que les compagnies qui ont fait des monceaux d'argent durant la pandémie réinvestissent une partie de leurs bénéfices dans ce domaine.

Mais alors, à titre individuel, pourquoi est-ce qu'il ne vaut pas mieux attendre pour avoir la version la plus à jour?
Quel est le problème actuel dans les hôpitaux et au sein de la population? Ce n'est pas Omicron, c'est Delta. La véritable urgence est là. La population doit faire la troisième dose pour s'en protéger. Malheureusement, dans notre pays, nous avons pris au minimum deux mois de retard sur la vaccination de rappel et un Suisse sur trois n'est pas vacciné. Donc:

«A un moment ou à un autre, on va le payer. On aura sans doute besoin de restrictions supplémentaires»

Si on se fait injecter une troisième dose maintenant, potentiellement, on risque de devoir en faire une quatrième contre Omicron ensuite, non?
À ce jour, personne ne pourra vous l'affirmer. On pourra vous le dire dans deux semaines ou peut-être dans trois mois, le temps d'avoir les preuves que les personnes vaccinées font ou pas des infections graves à ce variant. Pour l'instant, Omicron est décrit comme ne causant que des infections mineures en Afrique du Sud.

Que pensez-vous des annonces de Pfizer et de Moderna? N'est-ce pas un peu maladroit dans un contexte où les gouvernements cherchent à inciter leur population à se faire vacciner rapidement?
Comme d'habitude, ce sont des entreprises d'abord orientées vers les ressources. Les dirigeants vont saisir toutes les opportunités pour faire monter leurs actions en bourse. Il est évident que de dire «nous travaillons sur une nouvelle dose adaptée à Omicron», c'est positif pour leur image.

«C'est de bonne guerre, mais cela reste de l'opportunisme»

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berne dépense des millions pour des vaccins Covid dont personne ne veut
La Confédération et les cantons ont déjà dû jeter plus de neuf millions de doses de vaccin Covid-19 périmées. Et ce n'est pas fini, car le taux de vaccination étant au plus bas, les stocks sont pleins et de nouvelles livraisons sont attendues.

Le nombre de doses de vaccin anti-Covid administrées dans notre pays est pratiquement au point mort depuis plusieurs semaines. En moyenne, seules 1500 personnes se font encore vacciner chaque jour, dont la plupart se font administrer le deuxième rappel, c'est-à-dire le vaccin Omicron. C'est ce que montrent les données actualisées mardi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

L’article