Suisse
Interview

Père accusé à tort: «C'est quoi 60 000 francs pour une vie foutue?»

inceste, #metooinceste
Un Valaisan a été acquitté dans une affaire d'abus sur sa fille. Mais pour lui, le mal est fait.Image: Shutterstock
Interview

Accusé à tort d'inceste: «C'est quoi 60 000 francs pour une vie foutue?»

Un jeune père de famille valaisan a été incarcéré pendant près d'un an pour des accusations d'abus sexuels sur sa fille. Blanchi et dédommagé fin août, il estime que rien ne pourra jamais réparer ce qu'il a subi.
10.09.2021, 06:0010.09.2021, 19:52
Plus de «Suisse»

Depuis l'été 2018, vous avez traversé des moments éprouvants pour une affaire d'inceste. La justice valaisanne vient de vous acquitter. Soulagé?
Raoul*: Tout autre verdict que l'acquittement aurait été un déni de justice. La justice a été instrumentalisée par une ex qui a mal supporté ma décision de la quitter et a décidé de me le faire payer. Les accusations d'abus sexuels sur ma fille étaient complètement infondées. Cela a pris du temps mais la justice a fini par s'en rendre compte.

Comment avez-vous vécu votre incarcération avant jugement, qui a duré près d'un an?
Raoul*: C'était très dur de ne plus voir mes enfants et de me retrouver en prison de septembre 2018 à septembre 2019, de perdre mon emploi... Les détenus sont impitoyables avec les auteurs d'abus sexuels sur des enfants. Moi, j'ai tenu à être transparent avec les autres prisonniers en leur disant que j'étais victime de fausses accusations. Ils ont bien vu que je n'avais aucune tendance pédophile.​

Des fichiers pédopornographiques ont tout de même été retrouvés chez un de vos proches en contact avec votre fille.
Oui. Et c'est là qu'on voit qu'on marche sur la tête. Alors que j'ai été injustement privé de mes droits en tant que papa, cette personne a pu continuer à avoir des contacts avec ma fille. C'est du foutage de gueule. Les mesures prises contre moi au début de la procédure sont compréhensibles. Mais là, la procédure a été trop longue.

«On a bousillé ma vie. On m'accuse de l'innommable en 2018 et il faut attendre trois ans pour être acquitté. Ma vie est foutue»

Comment envisager un retour à la normale?
La compagne que j'ai eu après ma séparation a supporté mon emprisonnement en serrant les dents. Nous sommes toujours ensemble. J'ai retrouvé du travail à ma sortie de prison. Mais cela fait trois ans que je ne vois plus mes trois enfants mineurs. Comment reconstruire quelque chose avec eux après trois ans de néant? La procédure a été expéditive pour m'incarcérer. Ce qui peut se comprendre si on tient compte de la gravité des accusations. Mais maintenant que j'ai été acquitté, rien ne justifie que je ne puisse pas revoir mes enfants.

Qu'est-ce qui s'y oppose?
L'autorité de protection de l'enfant estime qu'il faut «un retour progressif». Mais il ne faut pas oublier que cela fait trois ans que j'attends. Les enquêteurs ont auditionné une trentaine de personnes. J'ai subi deux expertises. Mon domicile a été perquisitionné. Mon ordinateur et mon téléphone ont été saisis. Il n'y a rien contre moi. Rien.

Pour finir, vous avez été acquitté et le Tribunal vous a alloué une indemnité de 45 000 francs pour perte de gain et 20 000 francs de réparation de tort moral...
Si je devais choisir, je préférerais ne toucher aucun franc et revoir mes enfants. Ces trois années ont été une catastrophe pour moi. Et, sans aucun doute, cette longue séparation aura un impact considérable sur mes enfants. J'invite tous ceux qui lancent des accusations fallacieuses pour régler des comptes à penser aux enfants.​

* prénom d'emprunt

Les attentats du 11 septembre racontés en images
1 / 21
Les attentats du 11 septembre racontés en images
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
16 ans face à l'extension du certificat Covid
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
«Le prix des hôtels est un critière important»
La SSR a révélé les noms de deux villes encore en course pour l'organisation du prochain Concours Eurovision de la chanson (ESC). Cela se jouera entre Bâle et Genève. Réaction de Jean-Marc Richard, commentateur romand du concours depuis 32 ans.

«Les quatre villes qui étaient en lice avaient proposé de très bonnes candidatures, mais j'applaudis le choix des finalistes», explique Jean-Marc Richard au bout du fil. Le journaliste de la RTS qui fait partie de la délégation suisse qui choisira la chanson de 2025 tient à préciser qu'il «n'est pas dans le secret des dieux» et qu'il n'a pas participé à la sélection des villes, il accepte toutefois de nous donner ses impressions sur les finalistes.

L’article