Suisse
Interview

Drame de Montreux: «Parler d'un suicide collectif est déplacé»

Philip Jaffé, psychologue, professeur à l'Université de Genève et membre du Comité des droits de l’enfant à l'ONU, réagit pour watson à la conclusion de «suicide collectif prémédité», annoncé par les  ...
Philip Jaffé, psychologue, professeur à l'Université de Genève et membre du Comité des droits de l’enfant à l'ONU, réagit pour watson à la conclusion de «suicide collectif prémédité», annoncé par les autorités vaudoises mardi. keystone
Interview

Drame de Montreux: «Parler d'un suicide collectif est déplacé»

Le 24 mars 2022, cinq membres d'une même famille se jetaient du balcon d’un appartement de Montreux. Les autorités vaudoises annoncent aujourd'hui la fin de l'enquête pénale et confirme leur thèse du «suicide collectif prémédité». Peut-on parler de suicide collectif quand une fillette de 8 ans fait partie des victimes? Il y a un an, nous avions posé la question à Philip Jaffé, docteur en psychologie légale et membre du Comité des droits de l’enfant à l'ONU.
21.03.2023, 17:05
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Il paraît inimaginable qu’une enfant de 8 ans puisse mourir volontairement en compagnie de toute sa famille. Qu’en pensez-vous?
Philip Jaffé: Je partage votre avis. D’autant que chaque mot que vous utilisez ici a une signification précise, et les nuances sont infinies. Volontairement? C’est en effet très difficile à concevoir qu’un enfant de cet âge pense consciemment à l’idée de mourir. Ce cas me dérange beaucoup. Nous sommes aux confins de la maladie mentale d’une seule ou de plusieurs personnes.

«La dernière fois qu’un drame m’a à ce point perturbé, c’était celui de l'ordre du Temple solaire»

La thèse du «suicide collectif» vous semble peu probable?
En premier lieu, l’expression «suicide collectif» est, ici, tout à fait déplacée. Qui s’est vraiment suicidé? Qui a été aidé, convaincu ou poussé à envisager l’irrémédiable? Un suicide est d’abord une décision, voire une pulsion personnelle. Cette décision peut parfois être partagée par plusieurs personnes adultes qui, au même moment, seraient dans un même délire, une même idéologie ou un même désarroi. Mais, lorsqu’il y a des enfants, c’est absolument improbable de parler de suicide collectif.

«En pleine possession de son libre arbitre, il y a très peu de chances qu’un enfant se donne la mort pour répondre à l’unique désir de l’un de ses parents»

Mais, de manière générale, un parent est en mesure de convaincre facilement un enfant, non?
Malheureusement, je pense effectivement que c’est très facile de convaincre un enfant de faire quelque chose. C’est une question d’autorité et, surtout, de qui la possède. Un étranger va évidemment avoir beaucoup plus de peine à influencer une enfant de 8 ans que ses propres parents. Encore plus si la famille vivait coupée du monde.

A 8 ans, a-t-on conscience de trouver la mort en sautant d’un balcon?
Je dirais que ça dépend des enfants, mais à huit ans, c’est le début d’une prise de conscience concrète de la finalité de la vie et d’une compréhension du principe de la mort. La hauteur et le vide sont, en tous les cas, synonymes de danger.

Si les parents sont confrontés à des problèmes importants, à quel point les enfants comprennent-ils la gravité d’une situation?
Encore une fois, tout dépend de l’enfant, de son éducation et du cadre familial dans lequel il a évolué. Si l’un des parents souffre d’une maladie mentale, d’un problème de boisson ou d’addiction de manière générale, l’enfant bénéficie généralement d’informations provenant de l’extérieur du foyer. Il a des points de comparaison avec ses copains à l'école. Quand un enfant vit dans des conditions autarciques, isolé du reste du monde, son libre arbitre est passablement affaibli ou peu développé. Si vous contrôlez totalement un environnement, le jugement individuel n’existe plus. Comme des adultes dans une secte, d’ailleurs.

«Je considère surtout ces enfants comme des victimes de la grave pathologie d’un adulte»

* Cette interview a été publiée une première fois le 29 mars 2022. Le docteur Philip Jaffé a été contacté par téléphone, mardi 21 mars 2023, pour validation de la mise à jour.

« Macron assassin »: Emanuel Macron répond à Eric Zemmour:
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Primes maladie: le frein aux coûts est-il vraiment une bonne idée?
Le 9 juin, la population votera sur l'«initiative pour un frein aux coûts» du Centre. Pour ses instigateurs, c'est l'unique moyen de contrôler l'évolution des primes. Les opposants dénoncent quant à eux le risque d'une médecine à deux vitesses. Voici les principales questions et réponses.

Les coûts de la santé ne cessent d'augmenter et, avec eux, les primes d'assurance maladie. Selon le Conseil fédéral, les coûts de l'assurance maladie obligatoire ont augmenté d'environ 31% au cours des dix dernières années, et les salaires d'environ 6%. Les primes pèsent de plus en plus sur les assurés.

L’article