en partie ensoleillé12°
DE | FR
Suisse
Iran

«La Suisse doit cesser de soutenir le régime iranien»

Maryam Banihashemi ist eine in der Schweiz lebende Iranerin, die sich im Widerstand gegen das islamische Regime im Iran engagiert.
Maryam Banihashemi est devenue le visage de la protestation iranienne en Suisse.photo: Watson

«La Suisse doit cesser de soutenir le régime iranien»

Maryam Banihashemi se bat avec ferveur depuis la Suisse pour un Iran libre. Elle est déçue par le manque d'action du gouvernement suisse.
17.11.2022, 05:5517.11.2022, 06:53
Elena Lynch
Elena Lynch
Elena Lynch
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Maryam Banihashemi a été la première femme à se couper les cheveux en Suisse en solidarité avec les protestations en Iran. En septembre, à chaque fois qu'elle se rendait à une manifestation en septembre, elle se coupait une mèche. Depuis, ses boucles noires ont raccourci de 20 centimètres. Elles sont toujours aussi inégales.

Depuis, elle est devenue le visage de la protestation iranienne en Suisse. Elle connaît tous les hommes et femmes politiques - et ils la connaissent aussi. Lorsque le conseiller fédéral Alain Berset la voit sur la Place fédérale à Berne, il lève l'index, fait semblant de penser à quelque chose, et retourne au Palais fédéral. Il ne reviendra pas.

Maryam Banihashemi apprécie la Suisse: elle boit du Rivella, aime les Alpes, mais elle est déçue par son gouvernement. Condamner les événements était juste, mais ça ne suffit pas, selon elle. «La Suisse doit cesser de soutenir le régime.»

Dans sa pétition, elle demande que:

  • les ambassadeurs iraniens soient expulsés;
  • des sanctions personnalisées soient imposées aux principaux responsables et à leurs familles, en leur refusant un visa et en gelant leurs comptes bancaires;
  • les entreprises technologiques soient invitées à créer un accès libre à Internet en Iran afin de contourner la censure;
  • un canal financier efficace soit ouvert pour permettre aux prisonniers politiques d'être libérés sous caution et d'échapper à la torture, au viol et à la mort.

Il n'y a pas de cartes de crédit, pas de Paypall, pas de Twint en Iran. C'est le pays le plus sanctionné au monde après la Russie.

Réveillée à 4 heures

Les mollahs lui ont pris toute sa vie: en Iran, pour contourner leur régime et, maintenant, pour le renverser. Son esprit ne tourne qu'autour de ça. Elle s'endort tard le soir sur son téléphone portable et se réveille à 4 heures du matin.

Elle a suspendu son travail d'indépendante. Dans son statut sur Whatsapp, on peut lire: «Busy with the Iranian Revolution». La formulation est importante pour elle: il s'agit d'une révolution et non d'une révolte.

En 2009, les Iraniens ont protesté contre les élections présidentielles truquées. Plus de 70 d'entre eux sont morts et des milliers ont été arrêtés. Maryam Banihashemi était également dans les rues, elle témoigne:

«A l'époque, nous pensions que les réformes suffiraient. Mais nous nous sommes trompés. Le régime doit partir»
Maryam Banihashemi

Mais lorsqu'ils ont manifesté il y a trois ans contre l'augmentation soudaine du prix de l'essence (le régime a coupé Internet et tué 1500 personnes en cinq jours, selon Reuters), la cause était trop spécifique. «Cette fois, c'est différent. Cette fois, c'est différent.» Elle répète la phrase comme une prière qui doit être exaucée.

Maryam Banihashemi ist eine in der Schweiz lebende Iranerin, die sich im Widerstand gegen das islamische Regime im Iran engagiert.
En Iran, Maryam Banihashemi préférait se rendre dans les montagnes. C'est là qu'elle pouvait enlever son hijab.photo: Watson

Son premier bikini

Lorsque Mahsa Jina Amini, 22 ans, a été arrêtée par la police des mœurs parce qu'elle portait son hijab trop lâchement, puis est morte le 16 septembre, chaque Iranienne a su que cela aurait pu être elle. Maryam Banihashemi aussi.

Pendant 34 ans, elle a vécu en Iran. Une vie marquée par les limites et les restrictions. Enfant, elle a commencé à porter un hijab. Adolescente, elle a été punie à l'école pour s'être épilé les sourcils. A 17 ans, elle s'est mariée avec un garçon qui aurait pu être son premier petit ami, comme elle le dit, mais la famille voulait qu'il soit son premier mari. A 22 ans, elle a divorcé. Et lorsqu'elle travaillait, elle ne pouvait pas aller à la salle de sport après le travail, car la salle n'était ouverte aux femmes que pendant la journée. En Iran, les femmes et les hommes font du sport séparément.

Maryam Banihashemi aurait pu étudier au Canada. Ses parents voulaient qu'elle parte. Ils trouvaient qu'elle était trop rebelle pour rester en Iran. Enfant, elle voulait se raser la tête pour pouvoir faire du vélo comme ses frères et ses cousins. Plus tard, elle a insisté pour partir faire des randonnées avec les hommes de la famille. Car dans les montagnes, où il n'y avait personne, elle pouvait enlever son foulard, être libre.

Elle voulait pourtant rester en Iran, améliorer le pays de l'intérieur. Elle a étudié le commerce à l'université Sharif de Téhéran, dont le campus a été fermé il y a un mois parce que des étudiants y manifestaient. Elle a suivi des cours à l'université de Coblence. C'est là qu'elle a rencontré son mari germano-iranien, avec lequel elle a ensuite rejoint la Suisse suite à une offre d'emploi. Depuis six ans, ils vivent à Horgen. Ils ont une fille de quatre ans.

Entre protection et douleur

Ses frères vivent également à l'étranger. Leur mère est décédée. Seul son père se trouve encore en Iran. Quand il a entendu parler de leur activisme, il était furieux. Il soutient certes les protestations, il a lui-même fait de la politique par le passé, mais il pense que ce sont les enfants des autres qui doivent se battre et non les siens. Car chaque combat apporte aussi de la douleur.

Depuis cinq semaines, Maryam Banihashemi n'a plus de contact avec son père. Elle a reçu des messages anonymes sur Instagram et Twitter: «Nous savons où tu habites. Nous en voulons à ton père.» Elle veut le protéger. Elle ne peut pas non plus lui rendre visite en Iran. Elle serait arrêtée à l'entrée du pays, elle en est sûre.

«L'Iran doit devenir un pays libre pour que je puisse y retourner»
Maryam Banihashemi

Un pays libre

A quoi ressemblerait un Iran libre? «Certains veulent à nouveau un royaume, d'autres réclament un Etat kurde - les idées divergent. Mais avant cela, le pays doit devenir laïc et démocratique.» Selon le Democracy Index 2021, l'Iran est considéré comme «autoritaire».

Il y a suffisamment d'Iraniens et d'Iraniennes de qualité qui pourraient mener le pays vers la démocratie - dans le pays et à l'étranger. Seulement, ceux qui sont en Iran ne peuvent pas se mettre en avant comme ceux qui sont en exil.

Maryam Banihashemi cite Masih Alinejad comme exemple. La journaliste vit aux Etats-Unis et publie depuis 2014 des vidéos de femmes iraniennes qui enlèvent leur foulard.

Elle évoque également Hamed Esmaeilion. Cet écrivain et dentiste vit au Canada et a perdu sa femme et sa fille dans l'avion de ligne ukrainien PS752, abattu par le gouvernement iranien en 2020. Il est particulièrement populaire auprès de la classe ouvrière et des étudiants.

Elle mentionne aussi le fils du shah Reza Palhavi. Il s'engage pour un État laïc. Mais les manifestants dans les rues ont peu d'affinités avec lui - il appartient à une autre génération. Ses partisans sont riches et élitistes. Depuis la révolution islamique de 1979, il vit à l'étranger.

«Depuis 1979, de nombreux Iraniens sont sceptiques à l'égard d'un leadership en exil»
Maryam Banihashemi

A l'époque, Ruhollah Khomeini a renversé le gouvernement du shah depuis la France. Il est considéré comme le fondateur de la République islamique d'Iran, une époque dont les Iraniens et les Iraniennes veulent s'émanciper.

Perspective d'apatridie

Pour Maryam Banihashemi, cette émancipation ne doit pas durer trop longtemps. Son passeport iranien est encore valable trois ans et elle ne pourra demander la nationalité suisse que dans quatre ans. Si la révolution ne s'est pas réalisée d'ici là, elle sera apatride.

Elle souhaite que tous les Iraniens à l'étranger puissent un jour choisir où ils veulent être. En fin de compte, toute lutte pour la liberté tourne autour du fait de pouvoir choisir: qui on veut être, et où, et ce que l'on veut y porter.

(traduction et adaptation par sas)

Les Iraniennes sont toujours dans la rue et ne décolèrent pas
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Les employés d'une usine romande de Migros sont en grève
Le géant orange a récemment annoncé une restructuration de ses usines à viande et prévoit la suppression de 84 postes sur son site vaudois.

Les employés de Micarna à Ecublens (VD) ont entamé une grève pour protester contre la fermeture du site, annoncée pour le printemps 2025. Le syndicat Unia exige que la direction s'assoie à la table des négociations.

L’article