DE | FR
La ville doit remplacer les 13 élus antiséparatistes du législatif qui ont démissionné après le transfert de la ville dans le canton du Jura.
La ville doit remplacer les 13 élus antiséparatistes du législatif qui ont démissionné après le transfert de la ville dans le canton du Jura. Image: KEYSTONE

A Moutier, il y a presque autant de citoyens que de candidats aux élections

Ce dimanche, la commune de 7400 habitants doit choisir parmi 4400 candidats. Les élus pour le législatif seront en principe tenus d'accepter le mandat, sauf s'ils font valoir un juste motif de dispense.
13.02.2022, 11:2213.02.2022, 19:14

Un exercice démocratique inédit pour Moutier en ce dimanche 13 février. La ville doit remplacer les 13 élus antiséparatistes du législatif qui ont démissionné après le vote sur le transfert de la ville dans le canton du Jura. Le corps électoral pourra choisir parmi quelques 4400 candidatures. Mais elle se passe comment, cette élection?

  • Les nouveaux membres du législatif sont élus au système majoritaire à un tour sans dépôt de listes.
  • Le corps électoral peut voter lors de cette élection libre pour n'importe quelle personne inscrite au registre électoral pour pourvoir les 13 sièges vacants sur les 41 au Conseil de Ville.

C'est quoi le processus ? 👇

  • Le citoyen doit remplir une feuille avec 13 lignes.
  • Sont élues les personnes qui ont recueilli le plus de suffrages.
  • Attention: le cumul est interdit et il n'est pas possible de voter pour des conseillers de ville en place.
  • En cas d'égalité des voix, il sera procédé à un tirage au sort.

Les élus sont en principe tenus d'accepter le mandat, sauf s'ils font valoir un juste motif de dispense. Ceux qui acceptent ne pourront pas intégrer des groupes parlementaires ni les commissions: ils n'ont pas été élus sur une liste.

Dépouillement compliqué

Si l'organisation du scrutin a été relativement simple, il en a été autrement du dépouillement, qui a débuté à 08h30 avec les bulletins de vote par correspondance. Une équipe d'une trentaine de personnes a spécialement été affectée à cette tâche.

La chancellerie a mis en place un dispositif informatique spécial pour permettre la saisie des noms. Les autorités ont demandé aux électeurs d'être le plus précis lors de l'inscription des noms des candidats en indiquant l'âge ou la profession pour éviter les confusions en cas d'homonymie.

Retrait des partis

Il n'y a pas eu de véritable campagne électorale à Moutier. Les partis autonomistes, majoritaires au Conseil de Ville, n'ont pas officiellement présenté de candidats pour tenir compte de la représentativité des diverses sensibilités de la population. Mais ils n'ont pas caché qu'il y avait des sympathisants motivés par cette fonction.

Les partis des élus démissionnaires, PLR, UDC et PSJB, n'ont pas non plus fait de campagne et n'ont pas cherché à placer des candidats. Les Verts, qui n'ont aucun représentant au législatif, sont la seule formation à présenter officiellement un candidat.

Les élus ne vont siéger que quelques mois, les élections générales ayant lieu en novembre. Le canton de Berne a jugé que la vacance était trop longue pour gérer les affaires de cette commune de près de 7400 habitants, par les 28 membres restants du Conseil de Ville, comme c'est le cas depuis juin 2021.

Transfert de Moutier
Le corps électoral a été appelé aux urnes après la démission en juin dernier des élus antiséparatistes du PLR, de l'UDC et du PSJB en signe de protestation au transfert de Moutier dans le Jura. A l'heure actuelle, le législatif ne compte qu'un élu antiséparatiste représentant le mouvement «Moutier à venir».

L'animateur radio, Duja, candidat malgré lui

Duja, ou Patrick Dujany à la ville, est porté sur les bulletins électoraux, rapporte Le Matin. Pourquoi? Grâce ou à cause du média satirique en ligne «La Torche 2.0», qui a publié un dessin appelant à voter pour l’animateur qui s’est distingué par ses micros-trottoirs.
L'animateur de 49 ans risque bien d’être élu ce dimanche: «Je n’appelle pas à voter pour moi, mais j’accepterais mon élection», a commenté l’animateur. (jug/ats)

Thèmes

Pour le souvenir:

1 / 14
Les pro-Jurassiens en force à Moutier
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Encore et toujours Moutier:

Plus de politique suisse

Sophie, non-vaccinée: «On m'accuse d'être responsable de la 5e vague»

Link zum Artikel

N'y avait-il pas plus urgent que «iel» dans les écoles vaudoises?

Link zum Artikel

10 ans que Berset est au Conseil fédéral: on a sorti les vieux dossiers!

Link zum Artikel

Quels cantons ont le mieux géré le Covid? Avenir Suisse distribue les bons points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici les cybermenaces qui guettent tout le monde en Suisse
Dans un rapport récent, l'entreprise de télécommunications Swisscom attire l'attention sur l'évolution de la «situation des menaces dans le cyberespace».

Un rapport publié mercredi par Swisscom devrait aider les grandes entreprises, les PME et les organisations à obtenir une «vue d'ensemble des menaces dans le cyberespace». Watson résume les principales conclusions du «Cyber Security Threat Radar». Pascal Lamia du Centre national de cybersécurité (NCSC) y réagit.

L’article