Suisse
Justice

Une baronne belge installée en Suisse tuée en Belgique

Une baronne belge installée à Verbier tuée en Belgique

Installée en Suisse, la baronne belge Myriam Ullens de Schooten a été tuée mercredi par balles à Lasne, en Belgique.
03.04.2023, 20:4103.04.2023, 20:54
Plus de «Suisse»

Domiciliée à Verbier depuis une vingtaine d’années, la baronne Myriam Ullens de Schooten (70 ans) a été assassinée, mercredi dernier en Belgique. Le fils de son mari a avoué le meurtre dont le mobile serait d'ordre financier. Il a été placé en détention préventive.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Nicolas Ullens de Schooten, 57 ans, a ouvert le feu en direction de sa belle-mère alors qu'elle se trouvait au volant de sa voiture sortant de son domicile belge, à Lasne (centre), son mari assis à ses côtés, a indiqué le parquet du Brabant wallon, une province francophone.

Le quinquagénaire venait de les percuter avec son propre véhicule, les guettant à la sortie de la maison après en avoir été éconduit à la suite d'une discussion houleuse. Il aurait tiré à «six reprises» avec son arme de poing. Son père, le baron Guy Ullens de Schooten, 88 ans, a été blessé à la jambe.

Nicolas Ullens de Schooten «explique son geste dans le contexte d'un conflit familial, notamment d'ordre financier», a ajouté le parquet. Inculpé pour «assassinat» et «infraction à la loi sur les armes», le suspect, ancien agent de la Sûreté de l'Etat (renseignement civil), a été placé en détention provisoire par la juge d'instruction chargée de l'enquête. Il s'était présenté spontanément à la police rapidement après son geste.

Maintien en détention

Lundi, la justice a décidé de son maintien en détention préventive, indiquent dans la foulée ses deux avocats à la chaîne LN24.

«Nicolas Ullens comparaitra tous les mois, puis tous les deux mois devant la juridiction d'instruction, qui est la Chambre du conseil, qui décidera de son maintien en détention préventive»
Les deux avocats de Nicolas Ullens de Schooten

«La sécurité publique nécessite le maintien en détention» du prévenu, précise à l'agence de presse belge le porte-parole du parquet. Les deux ténors belges rappellent que leur client est inculpé d'une prévention d'assassinat, la prévention la plus grave.

«Il serait indécent à ce jour de demander sa mise en liberté»
Les deux avocats de Nicolas Ullens de Schooten

Ils n'ont pas souhaité commenter davantage.

Fondation à Orsières (VS)

Agée de 70 ans, Myriam Lechien, de son nom de jeune fille, était la deuxième épouse du baron Guy Ullens de Schooten, un homme d'affaires belge, mécène, philanthrope et collectionneur d'art contemporain. Le couple a établi à Orsières (VS) sa fondation qui «gère leurs actions caritatives et artistiques, apportant un soutien à des opérations philanthropiques, expositions, publications et productions artistiques», selon le site. La fondation se présente comme pionnière dans le soutien aux artistes contemporains chinois.

La famille Ullens de Schooten est connue dans le monde des affaires. Le baron Guy Ullens de Schooten, aujourd'hui octogénaire, a dirigé pendant quarante ans un groupe industriel d'abord actif dans le raffinage du sucre. Il a élargi son portefeuille d'activités dans les secteurs de l'alimentation et du textile par le biais du fonds d'investissement Artal-Europe, dont il a été un des principaux actionnaires.

Selon Bilan qui classe les 300 plus grandes fortunes de Suisse, Guy Ullens de Schooten pointait à la 261e place en 2022. (jod/ats)

watson s'est invité à la première Mum's party de Suisse romande
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Unia exige un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes
Unia réclame un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes, dénonçant la sous-évaluation de leur travail et l'injustice ressentie, a déclaré Vania Alleva vendredi à Berne.

Unia exige un salaire minimum de 5000 francs par mois pour les femmes. On leur signale que leur travail a moins de valeur, ce qui les met à juste titre «en colère», a déclaré la présidente du syndicat Vania Alleva vendredi à Berne à l'occasion de la grève féministe.

L’article