DE | FR

Tariq Ramadan condamné pour avoir divulgué le nom de son accusatrice

Tariq Ramadan, lors de sa venue à Genève en 2020.
Tariq Ramadan, lors de sa venue à Genève en 2020.image: keystone
L'islamologue genevois Tariq Ramadan s'est vu condamner jeudi en appel à Paris à 1000 euros d'amende pour avoir divulgué le vrai nom de «Christelle».
03.02.2022, 16:2803.02.2022, 17:24

La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation à une amende de l'islamologue genevois Tariq Ramadan pour avoir révélé dans un livre et à la télévision l'identité d'une des femmes qui l'accusent de viol. Il a en revanche réduit la peine.

Inculpé de 5 viols

Tariq Ramadan, inculpé pour des viols commis sur cinq femmes qu'il conteste, a été condamné à une amende de 1000 euros pour avoir donné le véritable nom de celle qui se présente dans les médias comme «Christelle» et l'accuse de l'avoir violée dans une chambre d'hôtel à Lyon, en France, en 2009.

Dans le livre de Tariq Ramadan «Devoir de vérité», sorti en septembre 2019, le vrai nom de «Christelle» est cité 84 fois. Celui qui fait face à des accusations de viols, l'avait aussi notamment prononcé lors d'un entretien sur BFMTV-RMC face au journaliste Jean-Jacques Bourdin.

Il était reproché à l'islamologue d'avoir enfreint la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui interdit de «diffuser des renseignements concernant l'identité d'une victime d'une agression ou d'une atteinte sexuelle» sans son accord écrit.

En novembre 2020, en première instance, il avait été condamné à 3000 euros d'amende, dont 2000 avec sursis.

Réactions des avocats

Tariq Ramadan a aussi été condamné jeudi à payer à «Christelle» un total 2000 euros de dommages et intérêts, contre 5000 euros en première instance.

L'avocat de Tariq Ramadan, Me Ouadie Elhamamouchi, a évoqué «une dynamique positive» pour son client et fait part de sa «satisfaction» d'avoir fait diminuer le montant de l'amende.

«C'est évidemment une satisfaction, ils étaient venus plaider à six avocats devant le tribunal et en soulevant mille et un moyens qui ont tous été rejetés une fois de plus par la cour d'appel. Le parquet a donc eu raison de poursuivre M. Ramadan», a réagi pour sa part l'avocat de «Christelle», Me Eric Morain. (amn/ats)

Session des femmes, deuxième acte!

Plus d'articles sur des faits de harcèlement ou de viol

Accusé de 7 viols, le footballeur Benjamin Mendy comparaît ce mercredi

Link zum Artikel

#MeToo: un éditeur de jeux vidéos licencie 40 employés d'un seul coup

Link zum Artikel

Une enquête contre Pierre Ménès pour agression sexuelle a été ouverte

Link zum Artikel

Harcèlement à la RTS: deux salariés réintégrés après avoir été suspendus

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un syndicat étudiant incite l'Unige à renoncer à porter plainte
L'affaire fait couler beaucoup d'encre depuis la semaine passée. Ces activistes, qui ont interrompu une conférence jugée transphobe, sont poursuivis par l'établissement universitaire genevois.

La Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s (CUAE) a demandé lundi à l'Université de Genève (UNIGE) de renoncer à porter plainte contre des militants qui avaient interrompu la semaine passée une conférence qu'ils jugeaient transphobe. Dans un communiqué, le syndicat étudiant déplore «le tournant répressif que prend cette affaire».

L’article