DE | FR

«Je vis un calvaire depuis trois ans»

Pierre Maudet, conseiller d?Etat genevois, revient au palais de justice apres une pause lors du premier jour d'ouverture dans son proces pour acceptation d?avantage devant le Tribunal de police, ce lundi 15 fevrier 2021 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Pierre Maudet n'a pas gardé son sourire bien longtemps lors du deuxième jour de son procès Image: KEYSTONE

Le genevois Pierre Maudet s'est défendu d'avoir accepté des avantages lors d'un voyage à Abu Dhabi, lors de son audition devant la juge mardi.



Pierre Maudet a été interrogé mardi au second jour de son procès devant le Tribunal de police de Genève pour acceptation d'avantages. Le conseiller d'Etat a posé le cadre en se levant: «J'affronte les choses debout, Madame la présidente!»

Au préalable, Yaël Hayat, une des trois avocats du magistrat, l'a interrogé sur la manière dont il appréhende ce procès. «Avec une certaine impatience, a-t-il répondu. Depuis trois ans, c'est un calvaire que je vis et dont je suis pour une très large part l'origine. J'ai aussi une certaine appréhension.»

Au niveau personnel, cette affaire «m'a obligé à me faire aider, ce qui n'est pas naturel chez moi. On n'en sort pas indemne par rapport à sa famille, à sa conception du pouvoir et de son exercice. On en sort plus conscient de ses responsabilités», a expliqué M. Maudet. Sur question de Me Hayat, il a admis être aussi plus conscient de ses «limites» et «lâchetés»: «Sous le magistrat, il y a toujours un homme.»

«Un objectif important»

«Je réfute cette accusation», a-t-il déclaré, interrogé ensuite par la juge unique Sabina Mascotto sur son voyage en famille à Abu Dhabi en novembre 2015, payé par la famille royale et qualifié d'acceptation d'un avantage par le Ministère public. Le conseiller d'Etat a indiqué avoir accepté une invitation officielle qui allait permettre au canton de «resserrer les liens» avec les Emirats arabes unis.

Il n'apprend que le 1er novembre que ce séjour luxueux, pendant le Grand Prix de Formule 1, est entièrement offert. Il l'évalue à 10 000 francs, alors que son coût est cinq fois plus élevé. «Je n'ai pas poussé la curiosité plus loin.» Il envisage bien d'y renoncer, mais «les Emirats étaient un objectif important.» Et il avait peu vu sa famille en 2015: «Le risque de l'exposer était minime.»

Quelle sentence pour Pierre Maudet?

«Une réaction stupide»

Au printemps 2016, les médias commencent à l'interroger sur ce voyage. Le magistrat ment, il craint pour son image. «J'ai eu une réaction stupide en affirmant qu'il avait un caractère privé. Mais sa dimension officielle était très importante. Habiller ce voyage en voyage privé m'a permis de le soustraire aux regards de l'opinion publique», a-t-il justifié.

«Il a toujours été question de promouvoir Genève», a répondu le magistrat au procureur Stéphane Grodecki, étonné par une version qui détonne avec le programme «hôtel, piscine, cigares et grand prix» évoqué durant la procédure. Pourquoi alors avoir versé 4000 francs aux églises? «Le budget des vacances en famille n'avait pas été dépensé. Ce n'est pas un don expiatoire.»

«Difficilement influençable»

Pierre Maudet a admis qu'il n'aurait pas été invité à Abu Dhabi cette année-là sans l'intervention de l'entrepreneur Magid Khoury, poursuivi pour octroi d'un avantage, tout comme Antoine Daher, l'intermédiaire entre les deux hommes. "Mais je n'aurais pas lâché le morceau." Il ne se considère toutefois pas redevable. "Je suis quelqu'un de difficilement influençable. J'évacue vite le risque."

Le conseiller d'Etat a aussi contesté l'accusation d'acceptation d'un avantage pour le financement à hauteur de 34 000 francs d'un sondage en 2017 par des entreprises appartenant à Magid Khoury. «C'est un financement ordinaire», a-t-il déclaré. L'argent a été versé à son association de soutien et non au PLR, parti dont il a été exclu en 2020.

«Rien en retour»

M. Khoury a également contesté «toutes les accusations». Il ne pense pas que M. Maudet aurait reçu une invitation officielle sans l'intervention de son oncle à Abu Dhabi, mais il n'attendait «rien en retour». Et il n'a rien à voir avec le fait que la famille et l'ex-chef de cabinet du magistrat ont aussi été invités. Quant au sondage, il a accepté de verser 15 000 francs. Il a découvert plus tard que ses entreprises en avaient financé l'intégralité.

L'entrepreneur a évoqué son projet de campus de l'innovation au Pré-du-Stand lors d'un repas avec le magistrat, mais il n'estime pas avoir bénéficié d'une faveur quand il a décroché un premier rendez-vous avec le service concerné. Il a d'ailleurs rencontré d'autres conseillers d'Etat dans le cadre de ses projets immobiliers.

Le procès se poursuit mercredi avec l'audition de témoins, dont l'épouse de Pierre Maudet. Le procureur rendra ensuite son réquisitoire. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nicolas Sarkozy dénonce «une injustice profonde»

Le mari de Carla Bruni n'exclut pas de se rendre à la Cour européenne des droits de l'Homme afin de démonter un jugement qu'il n'a toujours pas avalé.

L'ancien président français Nicolas Sarkozy dénonce «une injustice profonde» après sa condamnation à de la prison ferme. Il n'exclut pas d'aller devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) pour que «triomphent le droit et la justice», dans un entretien avec le Figaro mis en ligne mardi.

«J'ai ressenti l'injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre moi depuis dix ans», affirme-t-il au quotidien, en assurant avoir «conservé (sa) détermination pour que triomphent le …

Lire l’article
Link zum Artikel