DE | FR
Malgré les autocollants, des publicités non désirées atterrissent régulièrement dans les boîtes aux lettres suisses. Pour la conseillère nationale PVL Katja Christ, cela doit cesser.
Malgré les autocollants, des publicités non désirées atterrissent régulièrement dans les boîtes aux lettres suisses. Pour la conseillère nationale PVL Katja Christ, cela doit cesser. image: keystone

Pourquoi les autocollants «Stop pub» pourraient bientôt disparaître

Ceux qui ne veulent pas de publicité doivent coller la mention «Stop pub» sur leur boîte aux lettres. La conseillère nationale Vert'libérale Katja Christ veut changer ce système: seules les personnes affichant explicitement la mention «Publicité OK» recevraient encore de la publicité. La Poste n'est pas d'accord.
12.08.2022, 06:2512.08.2022, 08:50
Helene Obrist
Helene Obrist
Helene Obrist
Suivez-moi

Recevoir des montagnes de flyers et de prospectus colorés dans sa boîte aux lettres est énervant. Du moins, c'est l'avis de 60% des ménages suisses, qui se défendent en affichant un autocollant «Stop pub».

En effet, si l'autocollant figure sur la boîte aux lettres, la Poste suisse n'est pas autorisée à y déposer des envois non adressés.

Malgré cela, de nombreux citoyens continuent de recevoir de la publicité indésirable. Les montagnes de déchets qui en résultent sont une épine dans le pied de la conseillère nationale PVL Katja Christ. Selon des recherches, 53 pour cent des publicités ne sont que partiellement ou pas du tout regardées, écrit-elle dans une motion.

34 kilos de déchets en moins

La conseillère nationale demande donc un changement de système, comme le rapporte la RTS. Il faudrait que seules les personnes qui affichent un autocollant «Publicité OK» sur leur boîte aux lettres en reçoivent. Cette solution «opt-in» n'est pas inédite: Amsterdam y a déjà recours depuis 2018. Quiconque souhaite recevoir de la publicité doit l'accepter expressément. Idem pour les e-mails. Les habitants de la capitale néerlandaise économisent ainsi 34 kilos de déchet par foyer.

La Poste suisse n'est pas enchantée par la proposition de Katja Christ.

«Un tel changement aurait de grandes répercussions sur la Poste et les entreprises qui font de la publicité – en particulier les PME»
Lea Wertheimer, responsable des relations médias de la Poste.

Des volumes de courrier qui diminuent

«La publicité papier est un secteur d'activité important pour la Poste, qui permet d'amortir la baisse constante des volumes de courrier», poursuit Wertheimer. Les envois publicitaires permettent de fournir un service de base de qualité à la population, «et ce, entièrement sans avoir recours à l'argent des impôts», ajoute la porte-parole.

En effet, la Poste lutte contre la baisse du volume de courrier. En 2021, elle a distribué 1,8 milliard de lettres et de paquets. En 2011? 2,3 milliards.

Environ la moitié du volume de courrier de la Poste est de la publicité non-adressée. «La publicité physique assure ainsi des emplois à la Poste et dans les entreprises qui font de la publicité ou créent des produits publicitaires», explique Wertheimer.

Les publicités non-adressées représentent environ la moitié du volume de courrier de la Poste.
Les publicités non-adressées représentent environ la moitié du volume de courrier de la Poste.image: keystone

Mais la Poste lutte également contre les pertes dans le domaine de la publicité papier. Depuis 2014, le volume des envois non-adressés a diminué de 12%. La Poste envoie régulièrement aux ménages suisses des autocollants «Publicité OK» accompagnés d'une lettre officielle. Elle souhaite ainsi attirer l'attention sur des «échantillons de marchandises attractifs», comme le précise la lettre. La Poste espère ainsi également que l'un ou l'autre autocollant «Stop pub» disparaîtra de la boîte aux lettres.

En avril, 200 000 ménages de Suisse orientale ont reçu un courrier. En octobre, ce sera au tour des habitants de la région de Berne d'être contactés par la Poste.

La publicité numérique n'est pas forcément plus économe en ressources

Moins de publicité physique permettrait certes d'économiser du papier. «Mais il est faux de croire que la publicité numérique n'utilise pas de ressources», déclare Wertheimer.

Chaque annonce Google et chaque e-mail publicitaire consomme de l'électricité et provoque des émissions. A la Poste, le CO₂ généré par les envois physiques est compensé depuis début 2022. «Il n'est donc pas juste de privilégier les formes de publicité numériques par rapport aux formes imprimées en raison de leur durabilité, tant que les émissions générées par le numérique ne sont pas compensées.»

Pourquoi vous recevez de la pub malgré l'autocollant «Stop pub»?
Lors de la distribution, la Poste fait la distinction entre les envois commerciaux et les envois officiels. Les envois commerciaux comprennent par exemple les prospectus publicitaires non-adressés de toutes sortes. Ils n'arrivent pas dans votre boîte aux lettres si un autocollant correspondant y est apposé. Mais si la publicité vous est directement adressée, elle arrive chez vous malgré l'autocollant. Il en va de même pour les communications de la Confédération, des cantons, des communes, la publicité politique et les annonces officielles. Elles font partie des envois officiels et sont distribuées à tous les ménages. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet auprès de la Fondation pour la protection des consommateurs. 👉🏼🔗

Les bouffistas: Belga à Lausanne

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Faire le service civil plutôt que l'armée? Ça pourrait devenir plus compliqué
Le service civil est trop attractif aux yeux du Conseil national, qui propose de limiter son accès. Une motion en ce sens a été acceptée jeudi.

Deux ans après avoir rejeté la réforme du service civil, la Chambre du peuple a approuvé jeudi, par 93 voix contre 84, une motion de l'UDC demandant de reprendre la plupart des mesures proposées en 2020.

L’article