Suisse
Médias

Tamedia envisage de fermer ses imprimeries d'ici 2032

L'imprimerie de Tamedia à Berne.
L'imprimerie de Tamedia à Berne.Image: KEYSTONE

Tamedia envisage de fermer ses imprimeries d'ici 2032

Selon un document interne consulté par la «NZZ Am Sonntag», le groupe de presse envisage de fermer ses trois imprimeries, qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes.
26.02.2024, 07:3326.02.2024, 08:34
Plus de «Suisse»

C'est «la fin d'une époque», titre la NZZ Am Sonntag ce dimanche. Et pour cause: selon le journal zurichois, l'entreprise TX Group, propriétaire du groupe de presse Tamedia, envisage de vendre ses trois sites d'impression.

Le groupe zurichois détient trois imprimeries dévolues à la presse, à Bussigny, Berne et Zurich, et qui souffrent depuis des années en raison de la baisse des volumes. L'évolution des capacités doit être revue en permanence, souligne l'entreprise, qui édite notamment les quotidiens 24 Heures, Tribune de Genève et 20 Minutes.

Or, en se basant sur un document interne, le journal dominical affirme que TX Group a proposé de vendre ses trois imprimeries à des investisseurs immobiliers. Le dernier site d'impression pourrait ainsi cesser ses activités en 2032.

TX Group répond

TX Group continue d'évaluer l'avenir de son portefeuille immobilier, a fait savoir l'entreprise ce lundi, au lendemain de l'article publié par la NZZ Am Sonntag.

Le groupe de médias pourrait regrouper ses biens immobiliers dans une société dédiée et examine des coopérations avec des partenaires spécialisés, indique-t-il dans un communiqué.

TX Group a lancé des négociations dans ce sens, mais rien ne permet actuellement de savoir si la transaction se concrétisera. Le groupe avait annoncé en décembre 2022 vouloir réfléchir à sa stratégie immobilière pour les années à venir. (ats)

La boue cachait un sacré trésor
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les étranges méthodes d'avocats genevois au service de la Confédération
Une étude d'avocats genevoise a mené une enquête administrative sur mandat de la Confédération. Elle a parfois utilisé des méthodes surprenantes.

Le verdict de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral était clair: non, le Ministère public de la Confédération n'avait pas le droit d'autoriser l'étude d'avocats genevoise Oberson Abels à consulter les dossiers d'une enquête pénale. La décision est tombée en décembre dernier. L'étude ne constitue en effet pas une «autorité», comme l'exige le code de procédure pénale, et aucun intérêt suffisant n'avait été démontré pour l'accès à des dossiers par des tiers.

L’article