Suisse
Météo

Gel des vignes en 2024: ces vignerons romands ont eu très peur

Water is sprayed in a vineyard to protect blooming buds with a thin layer of ice, in the middle of the Swiss Alps mountains, in Saxon, Canton of Valais, Switzerland, Thursday, April 20, 2017. Due to u ...
Malgré les apparences, cette vigne est protégée par une coque de glace grâce à la méthode de l'aspersion — ici à Saxon (VS) en avril 2017.KEYSTONE

Ces vignerons romands ont eu très peur: «A un degré près...»

Les changements radicaux de température en ce mois d'avril ont un impact délétère sur la vigne. Deux vignerons romands expliquent comment quelques degrés de différence peuvent tout changer.
22.04.2024, 16:5923.04.2024, 10:16
Plus de «Suisse»

Sale temps pour les travailleurs de la terre suisses. Alors que les températures de mi-avril s'étaient montrées très clémentes, voici qu'une vague de froid déferle sur la Romandie. Un worst case scenario pour nombre d'agriculteurs et maraîchers, mais aussi de vignerons.

watson en a contacté quelques-uns. Et si la chance a été de leur côté, il ne s'en est pas fallu de beaucoup. A l'image de Fabrice Simonet, vigneron à Môtier, dans le Vully fribourgeois. «Plus de peur que de mal», explique-t-il, mais les choses se sont jouées à un cheveu:

«Il a fait entre -2°C et -3°C cette nuit, mais heureusement il n'y a pas de dégâts sur la vigne»
Fabrice Simonet, vigneron à Môtier (FR)

Car un degré, cela peut faire toute la différence. Les dégâts dus au gel sur la vigne ne fonctionnent pas de manière graduelle: c'est du «tout ou rien». A l'image de l'année 2017, lorsqu'il avait gelé à -3°C dans la région et que «50 à 60% de la récolte» avait été sacrifiée.

«Il n'y a pas d'entre-deux. A un degré près, il gèle et c'est la moitié de la récolte qui part»
Fabrice Simonet, vigneron à Môtier (FR)

Il faut dire que sur ce versant sud du Mont Vully, situé entre le canton de Vaud et de Fribourg, c'est la présence du lac de Morat à quelques dizaines de mètres qui fait la différence:

«Le lac nous donne un peu de chaleur. L'eau est à 12 degrés, c'est un réservoir de chaleur»
Fabrice Simonet, vigneron à Môtier (FR)

Aspersion et bougies

La chance a aussi souri à Gaétan Bender, vigneron à Fully, en Valais. Il a reçu une «alarme» sur son téléphone à deux heures du matin, indiquant que ses systèmes d'aspersion allaient se mettre en marche.

«Le système dispose d'une sonde dans les vignes qui va anticiper le gel et les asperger avant le pic de froid»
Gaétan Bender, vigneron à Fully (VS)

Le but de l'aspersion? Créer une couche de glace protectrice sur les vignes, qui vont le protéger du froid. Car malgré les apparences, la création d'une «coque» de glace provoque un dégagement de chaleur — un effet physique — puis protège du froid extérieur. Mais Gaétan Bender a eu de la chance:

«Les températures sont restées positives»
Gaétan Bender, vigneron à Fully (VS)

Cela n'indique pas pour autant que le gel n'allait pas se former. Contrairement aux côtes du lac de Morat, pas d'éléments stabilisateurs en vue. A cet endroit, il peut tout aussi bien geler à 2 ou 3°C.

L'aspersion d'eau ne protège qu'une partie des vignes du Fulliérain: celles qui se situent en plaine, où le système est efficace. Sur les coteaux, en cas de besoin, il faut sortir les bougies, ce qui n'était pas nécessaire dans la nuit de dimanche à lundi. Précisons que les coteaux représentent 90% de la production de Gaétan Bender.

Anti-frost candles burn in a vineyard, in the middle of the Swiss Alps mountains, in Saxon, Canton of Valais, Switzerland, Thursday, April 20, 2017. Due to unusual low temperatures wine growers try to ...
Des bougies en avril 2017 à Saxon (VS).Image: KEYSTONE

La nature décide

Un autre élément peut contribuer à la formation du gel: la présence de l'herbe, qui favorise l'humidité. Pour prévenir ce risque, les vignerons la rasent dès que le beau temps le permet. C'est ce que le Fulliérain a d'ailleurs fait il y a un peu plus d'une semaine, lorsque les températures étaient hautes. Une mesure qui lui a peut-être permis de sauver sa récolte.

«On est parfois impuissants face à la nature»
Gaétan Bender, vigneron à Fully (VS)

Décider d'engager la «lutte» ou non contre le gel, c'est un choix. Fabrice Simonet reconnaît, par exemple, que celle-ci n'est pas dans les habitudes des vignerons de la région du Vully, où les températures sont plus clémentes. «Mais ce n'est pas impossible qu'on doive aussi s'y résoudre dans le futur», estime-t-il.

Et dans le cas où le gel frappe bel et bien, il est impossible de connaître l'étendue des dégâts avant le lendemain matin. Une fois le soleil levé, les vignerons constatent si celui-ci a fait des ravages ou non. Ce n'était heureusement pas le cas lundi matin pour le Fribourgeois et le Valaisan. Mais d'autres n'ont peut-être pas eu cette chance.

Une assurance pour le gel

Les deux hommes sont assurés auprès de l'association coopérative Suisse Grêle, gérée par des professionnels du métier. Si, comme le nom l'indique, l'assurance est principalement active pour la grêle, il est possible de choisir une option «gel».

Anti-frost candles burn in a vineyard, in the middle of the Swiss Alps mountains, in Saxon, Canton of Valais, Switzerland, Thursday, April 20, 2017. Due to unusual low temperatures wine growers try to ...
Des bougies en 2017 à Saxon (VS).Image: KEYSTONE

En cas de désastre, «cela permet de garder le cap», explique Fabrice Simonet, qui y a souscrit après le grand coup de gel de 2017. Il est aussi possible de ne souscrire qu'une partie de ses vignes, comme l'a fait Gaétan Bender avec ses vignes en coteau.

Une tempête propulse des véhicules dans le vide en Afrique du Sud
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse va dépenser 11,27 milliards pour la coopération internationale
La Confédération disposera de 11,27 milliards de francs pour 2025-2028, avec des approches flexibles face à un monde instable, selon le Conseil fédéral.

La coopération internationale de la Confédération devrait disposer de 11,27 milliards de francs pour la période 2025-2028. Dans son message transmis mercredi au Parlement, le Conseil fédéral insiste sur des approches flexibles face à un monde instable.

L’article