DE | FR
Des membres de la police scientifique entrent dans l'immeuble du drame.
Des membres de la police scientifique entrent dans l'immeuble du drame.image: watson

Drame de Montreux: les autorités ont-elles fait tout juste? Le préfet répond

Le préfet du district Riviera-Pays-d'Enhaut, qui englobe Montreux, a répondu à watson sur les rôles de l'école et de la préfecture quand se présente un cas de déscolarisation, comme celui constaté au sein de la famille meurtrie.
27.03.2022, 07:5427.03.2022, 13:04

Tout autant qu’elle fera en sorte d'éclaircir les circonstances du drame survenu jeudi dernier à Montreux, l’enquête devra faire la lumière sur la nature des liens que les pouvoirs publics entretenaient avec cette famille française de cinq personnes, dont une seule, le fils de 15 ans, a survécu à la chute de sept étages.

Plusieurs acteurs sont potentiellement concernés: la municipalité de Montreux, le département cantonal de justice et police, celui de l’instruction publique, de même que les services de la protection judiciaire de la jeunesse, connus sous l’acronyme ARAS dans le canton de Vaud. Y aurait-il eu des dysfonctionnements à quelque échelon que ce soit, qui expliqueraient, par exemple, que la fillette de 8 ans morte à cette occasion, n’ait pas eu d’existence légale aux yeux des autorités vaudoises?

Watson s’est entretenu samedi avec Roland Berdoz, l’un des deux préfets du district de la Riviera-Pays-d’Enhaut, qui englobe Montreux. C’est sur ordre de cette préfecture que deux gendarmes se sont présentés jeudi aux alentours de 6h15 au domicile de cette famille, situé 35 Avenue du Casino. Ils ont frappé pendant une demi-heure à la porte, que personne, à l’intérieur de l’appartement, n’a ouverte.

Les gendarmes étaient porteurs d’un mandat d’amener destiné au père de 40 ans, lequel devait être conduit dans les locaux de la préfecture, situés à Vevey, pour y être entendu. «Il s’agissait là d’une procédure pénale. Comme tout individu placé dans ce cas de figure, il aurait pu être assisté d’un avocat», précise le préfet Berdoz sans se prononcer sur le fond de l'affaire.

Le père devait être interrogé sur la situation scolaire de son fils de 15 ans, scolarisé à domicile, comme l’autorise le canton de Vaud.

«Nous avons agi à la demande de l’instruction publique vaudoise, dont la mission est de s’assurer du bon déroulement de la scolarisation à domicile des enfants»
Roland Berdoz, préfets de Riviera-Pays-d’Enhaut

«La gendarmerie n’intervient que lorsque les services de l’instruction publique ont eux-mêmes auparavant tenté plusieurs fois et en vain d’entrer en contact avec les parents», explique Roland Berdoz. «Cette procédure est activée environ cinq fois par an dans le district», ajoute le préfet.

Combien de courriers de rappel l’instruction publique a-t-elle pu adresser à cette future famille meurtrie avant de solliciter la force publique? Roland Berdoz l’ignore ou ne souhaite pas répondre, l’enquête étant dans les mains de la justice vaudoise. «Mais en règle générale, il n’y a pas un nombre précis de courriers», répond le préfet. Qui précise:

«En ce qui nous concerne, nous n’envoyons qu’un seul courrier de convocation. Selon la nature de l'affaire, nous faisons intervenir la force publique»
Roland Berdoz, préfet de Riviera-Pays-d’Enhaut

Dans le cas de la famille au cœur du drame de Montreux, cela veut dire qu'un courrier de convocation lui avait été adressé avant la visite des gendarmes.

Trois situations de déscolarisation peuvent justifier l’envoi de de la force publique: lorsque le suivi parental d’une instruction à domicile fait défaut; lorsqu’un enfant est retiré de l’école sans raison; lorsque l’autorité a connaissance de l’existence d’un enfant et que celui-ci n’est scolarisé d’aucune manière.

Comment se fait-il que la fillette de 8 ans décédée jeudi, pourtant aperçue par des résidents de l’immeuble, comme par cette voisine qui dit avoir vu «toute la famille samedi dernier à la Migros», soit restée inconnue de l’école et de toute autre institution du canton de Vaud? Ne séjournait-elle à Montreux qu'épisodiquement?

«Ils dormaient le jour et vivaient le nuit»

Cette habitante du 35 de l’Avenue du Casino disait-elle vrai, vendredi, au lendemain de la tragédie, lorsqu'elle affirmait avoir «fait des pieds et des mains pour qu’on vienne s’occuper de cette famille qui dormait le jour et vivait le nuit»?

L'essence prend l'ascenseur, micro-trottoir à la pompe

Plus d'articles sur l'actualité vaudoise

Renovate Switzerland a bloqué une sortie d’autoroute à Crissier

Link zum Artikel

Le Grand Conseil vaudois pourrait se saisir du drame de Montreux

Link zum Artikel

Alors que Villars a frôlé le drame, comment protéger les trains de montagne?

Link zum Artikel

Camille, enlevée il y a 11 ans, a été retrouvée dans le canton de Vaud

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La ville de Neuchâtel s'engage à rembourser votre vélo-cargo
Dès cette semaine, la ville de Neuchâtel subventionne l’achat des vélos-cargos. Une seule condition: s'engager à se passer de sa voiture.

Une nouvelle initiative en faveur de la mobilité durable démarre cette semaine à Neuchâtel: 10% du prix d’achat (jusqu’à un montant maximal de 700 francs) sera accordé aux particuliers résidant dans la commune et qui n’ont pas ou s’engagent à se passer de voiture.

L’article