Suisse
mort

Pourquoi le bruit de la circulation peut être mortel en Suisse

Un panneau "Moins de bruit, plus de bien-etre." et indiquant Merci ou Bruit! selon le nombre de decibels du vehicule est photographie au passage d'une voiture lors du lancement de la ca ...
Moins de bruit pour plus de bien-être? C'est ce qu'annonce une étude parue récemment. Image: KEYSTONE

Pourquoi le bruit de la circulation peut s'avérer mortel en Suisse

Le risque de maladies psychiques (et donc de suicide) augmente à cause du bruit de la circulation. C'est ce que montre une étude suisse récente.
05.04.2023, 05:5705.04.2023, 08:33
Bruno Knellwolf / ch media
Plus de «Suisse»

Près d'un milliard de personnes dans le monde souffrent de troubles psychiques. Ceux-ci sont également l'une des principales causes de suicide. Dans notre pays, on estime que 1,4 million de Suisses souffrent de problèmes psychiques et qu'environ 1000 personnes se suicident chaque année.

Des facteurs environnementaux tels que la pollution de l'air ou le bruit ont déjà été associés avec des maladies cardio-vasculaires ou une diminution générale du bien-être. Des chercheurs de l'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH) se sont récemment penchés sur le lien entre le bruit du trafic et les suicides en Suisse et ont publié leur étude dans la revue spécialisée Environmental Health Perspectives.

Les données recueillies auprès de 5,1 millions d'adultes entre 2001 et 2015 montrent que l'exposition au bruit de la circulation à domicile entraîne une hausse du risque de suicide. Chaque augmentation de 10 décibels (dB) du bruit moyen du trafic routier à la maison fait grimper le risque de suicide de 4%. Une différence de 10 dB correspond par exemple à la différence entre une conversation normale et le bruit d'un aspirateur à un mètre de distance.

A partir de 50 décibels, le risque augmente

«En résumé, on peut dire que le risque augmente continuellement à partir de 50 décibels pour toutes les sources de trafic», explique Martin Röösli, chercheur au Swiss TPH, lorsqu'on lui demande à partir de quel niveau de bruit l'exposition devient dangereuse. Ces 50 dB sont une valeur mixte entre le bruit diurne et le bruit nocturne et correspondent à un bruit moyen de près de 50 dB le jour et de 40 dB la nuit. La nuit, nous sommes plus sensibles au bruit.

Il n'existe pas de seuil précis à partir duquel le bruit n'a pas uniquement des conséquences psychiques, mais déclenche un risque aigu de suicide, explique Röösli.

«Nous constatons une augmentation continue du risque»

Cela signifie que les facteurs individuels sont déterminants. Si quelqu'un a déjà beaucoup de facteurs de stress psychique, le risque de suicide est en principe élevé et peut devenir critique avec le bruit.

«Si quelqu'un a peu de facteurs de stress psychique, le risque supplémentaire absolu dû à une petite augmentation du bruit est en revanche très faible et la probabilité que cela devienne critique est par conséquent faible»
Martin Röösli, chercheur au Swiss TPH

En fin de compte, le problème principal est que le bruit du trafic concerne un très grand nombre de personnes et que, par conséquent, même de petits risques supplémentaires sont globalement importants du point de vue de la santé publique.

Un lien avec le bruit des trains a également été observé, mais de manière moins prononcée. Les résultats de l'étude se sont avérés solides, même en prenant en compte d'autres facteurs tels que la pollution de l'air, le degré de végétalisation dans l'environnement résidentiel immédiat et diverses données socio-économiques.

Vous vous inquiétez pour vous ou l'un de vos proches?
Parlez-en et faites-vous aider 24 heures sur 24, c'est confidentiel et gratuit:
La Main Tendue (adultes, 24/7) au 143
Pro Juventute (jeunes, 24/7) au 147
Urgences médicales au 144
stopsuicide.ch

Troubles du sommeil et hormones de stress

Le psychisme est endommagé, car le bruit entraîne des troubles du sommeil, une augmentation de la sécrétion d'hormones de stress, des modifications du fonctionnement du cerveau ou encore un sentiment de perte de contrôle.

«Notre cerveau enregistre le bruit comme un signe de menace potentielle et active la réaction de combat ou de fuite. Le bruit constant de la circulation à la maison peut entraîner une anxiété et une incapacité à gérer le stress»
Danielle Vienneau, chercheur au Swiss TPH

L'étude montre que les mesures de protection contre le bruit, telles que les limitations de vitesse, les véhicules plus légers ainsi que les revêtements routiers et les pneus moins bruyants, valent la peine pour protéger notre bien-être physique et mental, explique Martin Röösli du Swiss TPH. Les effets du bruit de la circulation, de la pollution de l'air et des espaces verts doivent être pris en compte dans la planification urbaine et la politique de santé publique.

Ivan Petunin s'est suicidé à cause de Poutine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Damien Piller gagne à nouveau contre Migros Neuchâtel-Fribourg
Nouveau rebondissement dans le conflit qui oppose Damien Piller et une entité régionale du géant orange. Une deuxième plainte du groupe contre l'homme d'affaires a été classée sans suite.

Le Ministère public fribourgeois classe une deuxième plainte de Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) contre Damien Piller, celui-ci n'ayant commis aucune infraction pénale. Le prévenu est indemnisé à hauteur de 48 130 francs, frais et indemnité étant à charge du géant orange.

L’article