Suisse
Moutier

L'animateur de la RTS Duja ne siégera pas à Moutier

L'animateur de la RTS Duja ne siégera pas à Moutier

La justice bernoise n'entre pas en mati
Image: sda
Patrick Dujany, plus connu sous le nom de Duja, n'a pas obtenu le feu vert de la RTS pour siéger au Conseil de Ville. Il a donc choisi de privilégier sa carrière à la radio.
14.02.2022, 19:1616.02.2022, 12:23
Plus de «Suisse»

«Avec un poil de regret et un brin d'amertume, mais avec plein d'étoiles (rouges et noires) dans les yeux, je renonce donc à siéger au Législatif de ma ville de Moutier», écrit lundi l'animateur radio sur Facebook.

Dernier élu à la 13e place lors des élections libres dimanche au Conseil de Ville de Moutier (BE), l'animateur à la RTS Patrick Dujany, plus connu sous le nom de Duja, ne va finalement pas siéger.

«Choix m'a été donné de siéger au Conseil de Ville ou de poursuivre mon émission politique "La Chose Publique" sur Couleur 3. Sans trop d'hésitation, je préfère poursuivre l'aventure entamée depuis le mois de janvier sur les ondes», poursuit-il.

«Je renonce donc à siéger au législatif de ma ville de Moutier»
Patrick Dujany, animateur à la RTS

La décision de l'animateur célèbre pour ses micros-trottoirs doit encore être validée par le Conseil municipal. Un élu peut renoncer à son mandat pour de justes motifs, notamment pour des raisons professionnelles. Le législatif de la cité prévôtoise va donc siéger à 40 et non 41 membres jusqu'à la fin de l'année.

Patrick Dujany n'était pas candidat à l'élection complémentaire, mais a finalement figuré parmi les 13 élus avec 216 voix après un appel à voter pour lui sous forme de gag lancé par le journal satirique La Torche 2.0. (ats)

Moutier
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Unia exige un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes
Unia réclame un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes, dénonçant la sous-évaluation de leur travail et l'injustice ressentie, a déclaré Vania Alleva vendredi à Berne.

Unia exige un salaire minimum de 5000 francs par mois pour les femmes. On leur signale que leur travail a moins de valeur, ce qui les met à juste titre «en colère», a déclaré la présidente du syndicat Vania Alleva vendredi à Berne à l'occasion de la grève féministe.

L’article