en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Neuchâtel

Voici les universités les plus chères de Suisse

Le batiment principal de l'Université de Neuchâtel.
Les taxes universitaires pourraient prendre l'ascenseur à Neuchâtel. Image: keystone

Voici les Unis les plus chères de Suisse et ça risque de changer en Romandie

Les taxes d'études varient beaucoup d'une université à l'autre. A Neuchâtel, où les charges universitaires sont parmi les plus basses en comparaison interncantonale, les autorités se tâtent pour augmenter la participation des étudiants. Tollé.
24.02.2023, 06:1424.02.2023, 09:42
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Voilà un projet qui risque de ne pas plaire aux étudiants de l'Université de Neuchâtel: le Conseil d'Etat envisage, à la lumière de son mandat d'objectifs 2023-2026, d'augmenter les taxes d'études semestrielles.

Comme le mentionne le document, la taxe passerait de 425 à 720 francs par semestre pour les étudiant-e-s suisses. Les étrangers paieraient pour leur part 870 francs (contre 700 actuellement).

En incluant les taxes obligatoires supplémentaires (tels que les frais d'inscription et d'examens, cotisation aux associations, etc...), le montant effectif total passerait de 515 à 810.- par tête et par semestre, soit une augmentation de «près de 60%» , comptabilise pour sa part la Fédération des Etudiant-e-s Neuchâtelois-e-s dans un communiqué. Une charge décrite par cette dernière comme intenable pour un nombre d'académiciens.

Selon Le Quotidien jurassien, le canton de Neuchâtel verse une enveloppe d’environ 200 millions tous les quatre ans à l’institution. Sous réserve du nombre d'étudiants enregistrés, l'augmentation des taxes permettrait de mettre dans l'escarcelle quelque 1 841 270 francs – soit, près de deux millions – de recette supplémentaire annuelle, de quoi séduire les autorités cantonales, qui souhaitent que les bénéficiaires des prestations publiques mettent davantage la main au porte-monnaie.

Mais l'argument massue de ce dernier réside dans les coûts d'études, les plus bas en comparaison intercantonale. En effet, le barème pratiqué par Neuchâtel est le plus modeste de Suisse, avec celui de l’Université de Genève. Le montant n’a pas été modifié depuis de nombreuses années (depuis 1998, soit 24 ans).

«Le montant des taxes sera désormais identique à celui de l’Université de Fribourg»
Mandat d'objectifs 2023-2026Rapport du Conseil d'État au Grand Conseil, NE

Des taxes qui varient

C'est que les taxes universitaires sont très disparates sur le territoire suisse.

«les taxes de l’université la plus chère sont plus de quatre fois plus élevées que celles de l’université la moins chère»

Ainsi, comme le démontre le tableau ci-dessous, Neuchâtel, Genève et Lausanne sont clairement plus abordables que les autres institutions. Lucerne, Fribourg, Berne occupent le haut du panier avec les écoles polytechniques. Et les taxes neuchâteloises sont sans commune mesure avec celles de l'Università della Svizzera italiana, où les Suisses doivent s'acquitter d'une dîme de 1100 francs (sans compter les taxes obligatoires supplémentaires de 900 francs), ou encore de la prestigieuse académie de Saint-gall, où les charges voguent entre 1000 et 1700 francs par semestre entre le bachelor et le master.

asi

Attractivité et accès aux études

Comme le rappelle Le Quotidien jurassien, un universitaire d’une faculté «standard» coûte à la collectivité environ 10 000 francs par année. En conséquence, faut-il harmoniser les taxes par le haut, comme l'envisage le gouvernement neuchâtelois? «Faire passer les étudiants à la caisse quand le canton n'investit pas davantage dans la formation, ce n'est pas logique», assure Emile Blant, co-Président de la FEN et député au Grand conseil. Il estime que le Conseil d'Etat manque sa cible.

Une position partagée par le rectorat de l'uniNE, qui a également affiché son opposition à une augmentation des taxes, pour une question d'attractivité. En effet, une bonne partie des universitaires proviennent d'autres cantons, tels que Vaud et Genève. Et avec eux, des subventions intercantonales.

«Le faible coût des études à Neuchâtel est un facteur de poids. S'il y a 200 étudiants d'autres cantons en moins, le montant supplémentaire apporté par la taxe ne fera que compenser cette perte»
Emile Blant, co-Président de la FEN

Cependant, force est de constater que la question de l'attractivité n'est pas si simplement balayée par des considérations d'ordre pécuniaire. Le taux d'inscription pourrait être influencé par d'autres critères, comme la réputation de l'établissement, ou encore ses spécialisations.

A cela, la FEN répond que les questions de l'accès aux études et de l'égalité pâtiraient sévèrement d'une hausse des taxes.

«Certes, la plupart des étudiants pourront mettre la main au porte-monnaie. Mais il y a une minorité pour qui 500 francs est un montant déjà à peine tenable à honorer en une fois. Pour eux, 300 francs en plus, c'est beaucoup. Certains risquent de renoncer à poursuivre leurs études à Neuchâtel.»
Emile Blant, co-Président de la FEN

Quelle proportion?

Mais que représente vraiment cette «minorité»? Sollicité par watson, le Bureau social de l'UniNE ne constate pour sa part pas une explosion de la précarité estudiantine dans les statistiques actuelles - du moins pas en période normalisée.

«La situation des dernières années a été influencée de manière extraordinaire par la crise sanitaire. Les besoins avaient alors explosé, mais la fin de la crise a entraîné un retour à une situation proche de celle d’avant.»
Bureau social de l'UniNE

Cependant, précise le bureau en se référant aux chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), tout le monde n'est pas loti à la même enseigne. En moyenne, les étudiants suisses se financent en grande partie grâce au soutien familial. Mais pas moins de 73% des étudiants des hautes écoles suisses indiquent exercer une activité rémunérée à côté des études. Et en termes de volume d'activité, la majorité des étudiants actifs (68%) affiche un taux d’occupation pouvant aller jusqu’à 40%. Or, la portion du temps consacré au job a un impact sur le nombre d'heures consacré aux études.

Pour rappel, la décision d'augmenter ou non les taxes d'études revient au Conseil d'Etat, qui pour l'heure a assuré simplement «ouvrir une réflexion». La question devrait se préciser avec celle du financement de l'université et du montant de l'enveloppe financière quadriennale. Le gouvernement a annoncé mi-décembre proposer au Grand Conseil de verser 200 millions (200'575'580) de francs à l'UniNE pour la période 2023-2026, soit quatre tranches annuelles de 50 millions.

Pourquoi la police neuchâteloise filme ses policiers en direct
Video: twitter
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'EPFL teste un robot éducatif dans des crèches vaudoises
Une société romande tente un pari innovant de proposer une pédagogie immersive et prospective aux enfants de la nurserie (dès l'âge de 3 mois) à la petite section (classe préscolaire).

«Allo la crèche, ici Nao»: un robot éducatif s'invite depuis quelques jours dans les quatre crèches du groupe Educalis. Vendredi, l'humanoïde était à la crèche de La Nanosphère à l'EPFL afin de proposer aux petits enfants des expériences d'apprentissage interactives.

L’article