Suisse
Neuchâtel

La station des Bugnenets a peur de mourir: pression à Neuchâtel

Le champion de ski Neuchatelois, Didier Cuche, a ete recu par la population des Bugnenets NE, ce samedi 19 avril 2008, ici distribuant des photos dedicassees, aux nombreux enfants. Originaire de ce vi ...
C'était en avril 2008 aux Bugnenets. La star du ski et gloire locale Didier Cuche signait des autographes.Image: KEYSTONE

Une station mythique ne veut pas mourir: révolte au pays de Didier Cuche

Le sang des responsables des installations de ski alpin de la station neuchâteloise des Bugnenets, patrie du skieur Didier Cuche, n'a fait qu'un tour. Pétition à l'appui, ils s'opposent à un projet d'extension d'une zone naturelle protégée. watson est allé mettre son grain de sel.
24.01.2024, 18:4825.01.2024, 09:10
Plus de «Suisse»

Là-haut, aux Bugnenets-Savagnières, dans le massif du Chasseral, on a pris les devants. L’entreprise de remontées mécaniques – huit téléskis – a lancé une pétition pour alerter sur un projet d’extension d’une réserve naturelle qui «pourrait être fatal à la station». Mise en ligne dans la journée de mardi, accompagnée d’un communiqué de presse, elle a donné lieu le soir même à un article dans ArcInfo. On n’est certes pas à Verbier, mais on n’est pas non plus chez n’importe qui.

Là-haut, où les cantons de Berne et Neuchâtel jouent à touche-touche, Les Savagnières d’un côté, Les Bugnenets de l’autre, un nom de famille ressort: Cuche. Cuche comme Didier, le recordman de victoires sur la Streif, aperçu le week-end dernier à Kitzbühel, où son neveu Rémi, skieur lui aussi, s’est blessé au genou lors d’une descente d’entraînement.

Mais laissons le Tyrol et revenons dans ce coin montagneux du Jura, où l’on s’inquiète de ce que trame le Service neuchâtelois de la faune, des forêts et de la nature. Les auteurs de la pétition écrivent que le canton de Neuchâtel prévoit d’agrandir l’actuelle réserve naturelle dite de la Combe-Biosse. Selon eux, cet élargissement mettrait en péril une partie des installations dédiées à la pratique du ski alpin.

«Lointain cousin» de Didier Cuche

«Le domaine skiable occupe une partie des pentes de la Combe-Biosse, côté Bugnenets. En termes d’installations et pour imager la situation, cela représente 3,5 téléskis sur 8, les 4,5 autres se trouvant côté Savagnières, sur la partie bernoise, non concernée par le projet du canton de Neuchâtel», relate Pierre Cuche, membre du conseil d’administration des remontées «Bugnenets-Savagnières» et «lointain cousin» de la légende locale.

Quel est le problème? Les pétitionnaires craignent qu’un classement en zone naturelle protégée empêche tout développement du domaine skiable situé en territoire neuchâtelois.

«Or nous sommes tenus de nous adapter aux normes fédérales relatives à la sécurité des installations. Exemple: actuellement, sur l’un des téléskis, le lâcher d’arbalète est trop proche de la roue de renvoi. Remédier à ce problème nécessite des travaux qu’on ne pourrait probablement pas faire en cas de classement du terrain en zone naturelle protégée.»
Pierre Cuche, membre du conseil d’administration des remontées «Bugnenets-Savagnières»

A 1400 mètres, l’altitude maximum de la station des Bugnenets-Savagnières, la neige se fait toujours plus rare, changement climatique oblige. D’où le projet «4 saisons» pensé par l’entreprise de remontées mécaniques. Au lieu de fonctionner épisodiquement l’hiver, celles-ci seraient mises à contribution toute l’année, pour la pratique du VTT, hors périodes de ski.

«Il est en effet possible d’adapter les téléskis aux cyclistes»
Pierre Cuche, membre du conseil d’administration des remontées «Bugnenets-Savagnières»

Ce développement «4 saisons» supposerait l’aménagement de sentiers réservés au VTTistes. Chose a priori impensable et impossible dans une réserve naturelle.

«Ici, tout le monde est respectueux de la nature»

Sommes-nous dans le cas de figure d’une activité humaine nocive pour la nature? Pierre Cuche ne le croit pas. «Ici, tout le monde est respectueux de la nature, personne ne songe à faire du mal à la faune et à la flore, mais l’activité humaine a aussi sa place dans le cadre naturel, dans une partie de celui-ci seulement. Vous savez, les vaches qui paissent sur les flancs du Chasseral, dérangent, à leur manière, la petite faune», répond-il.

«C’est toute une branche économique et sportive qui risque de disparaître, si la zone classée en réserve naturelle devait s’étendre», enchaîne Jérôme Ducommun, responsable du secteur alpin dans l’association Giron jurassien, dont le grand Didier Cuche est le président. «Giron jurassien regroupe une trentaine de clubs de ski alpin et de ski nordique des cantons de Neuchâtel, du Jura et de Berne, c’est-à-dire le Jura bernois», précise Jérôme Ducommun, qui soutient la pétition.

«Les installations doivent être maintenues. Elles sont essentielles pour le sport d’élite et pour l’apprentissage du ski alpin. Quand les conditions sont réunies, elles permettent à toute une population de skier près de chez elle»
Jérôme Ducommun

Environ 60 000 personnes emprunteraient chaque année les remontées de la station berno-neuchâteloise.

L’affaire prend un tour politique. C’est le but affiché par Pierre Cuche et les pétitionnaires:

«Nous voulons secouer les autorités, pour qu’elles se positionnent, les élections cantonales auront lieu en 2025, les communales en 2024, les échéances se rapprochent»
Pierre Cuche, membre du conseil d’administration des remontées «Bugnenets-Savagnières»

L'élu Vert Roby Tschopp est responsable de l’aménagement du territoire, du tourisme, du développement économique et des mobilités à l’exécutif de la commune de Val-de-Ruz, dont Les Bugnenets font partie. «Nous sommes au courant du périmètre de l’extension de la réserve naturelle de la Combe-Biosse, mais nous ne connaissons pas encore les règles qui devront s’y appliquer», déclare Roby Tschopp. «Il y a un intérêt à maintenir les installations sportives aux Bugnenets. Il ne faudrait pas qu’elles soient étouffées dans la précipitation. L’avenir climatique dira si le maintien de toutes se justifie, ne serait-ce que d’un point de vue économique», considère l'élu écologiste.

«Je note un paradoxe: d’un côté, on encourage les collectivités des régions de montagne à développer un tourisme 4 saisons, qui ne soit donc pas entièrement concentré sur la période hivernale, mais, d’un autre côté, l’aménagement de sentiers destinés aux VTT pourrait devenir problématique.»
Roby Tschopp, élu Vert à l'exécutif de Val-de-Ruz

Le Grand Conseil neuchâtelois s’est saisi de la polémique. Face à l’inquiétude d’une partie des députés, le conseiller d'Etat en charge du développement territorial, Laurent Favre, a tenu à rassurer sur le «projet» d’extension de la réserve naturelle de la Combe-Biosse. «C'est plutôt un avant-avant-projet», a-t-il dit. «Le Conseil d'Etat, a-t-il ajouté, n'a aucune intention de remettre en question la pratique des sports d'hiver et d'été.» De son côté, le Service cantonal de la faune, des forêts et de la nature n'était pas disponible mercredi pour répondre aux questions de watson.

On dirait que le coup de pression des «montagnards» a eu l’effet escompté. Le héros Didier Cuche n’a, qui sait, même pas eu besoin de passer un coup de fil.

Odermatt et Sarrazin ont vécu une soirée de folie
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des élèves romands découvrent que leur prof fait du porno
Une agitation règne au Gymnase Auguste Piccard à Lausanne suite à la découverte de photos et vidéos à caractère pornographique impliquant un enseignant.

Un prof de gymnase (secondaire II) vaudois aurait créé et publié sur un site accessible à tous des images interdites aux moins de 18 ans, a rapporté 24 Heures samedi. Toutefois, le directeur de l'établissement, Marc-André Jaquemet, dans un e-mail au corps enseignant, a précisé que les images en question n’ont pas été diffusées par le professeur lui-même, rapporte le journal vaudois.

L’article