Suisse
Neutralité

Guerre, Ukraine, neutralité: pourquoi «Le Monde» s'en prend à la Suisse

Exercice Pillum 2022, Argovie, 28 novembre 2022.
Exercice Pillum 2022, Argovie, 28 novembre 2022.Image: KEYSTONE

Le journal français «Le Monde» fait feu sur la neutralité suisse: réactions

Ce week-end, dans un éditorial, le prestigieux journal français Le Monde a étrillé la Suisse et sa neutralité. Les réactions de Charles Juillard (Le Centre/JU) et Jean-Luc Addor (UDC/VS). Et vous, qu'en pensez-vous? Vous pouvez voter.
20.02.2023, 18:4421.02.2023, 07:23
Plus de «Suisse»

Le Monde s’invite dans le débat suisse sur la réexportation de matériel de guerre à l’Ukraine. Il y consacre même un éditorial. C’est dire la solennité du propos. Le prestigieux quotidien français fait plus que s’inviter, il s’ingère dans les affaires d’un pays souverain, protesteront certains. «Livraison d’armes à l’Ukraine: la Suisse ne peut se retrancher derrière sa neutralité», titre-t-il son éditorial. On ne peut être plus incisif.

«Cette position n’est plus tenable»

Rappelant les récentes demandes allemande, espagnole et danoise à pouvoir réexporter du matériel de guerre suisse à l’Ukraine, expliquant que la Suisse s’y est refusée en raison de la Convention de La Haye de 1907 qui ne lui permet pas de le faire, Le Monde affirme que «cette position n’est plus tenable».

Le titre de l'éditorial du «Monde»

Le journal français reproche à la Suisse de «procrastiner», autrement dit, de lambiner, de jouer la montre.

«Autoriser la réexportation d’armes vers l’Ukraine ne remet pas fondamentalement en cause le statut de neutralité de la Suisse: il ne s’agit pas, comme l’a fait la Suède, de demander à rejoindre l’OTAN»
Le Monde

Pourquoi Le Monde a-t-il décidé de consacrer un éditorial à la Suisse, un pays qu’il traite d’habitude «en pages» et non pas à cette place d’«honneur»? Lorsqu’il éditorialise sur la Suisse, cela a généralement un rapport avec les banques. Là, c’est la neutralité. Justement. A l’heure de la guerre en Ukraine, la neutralité helvétique est sous le feu des critiques en Europe. Le plaidoyer du chef du Département fédéral des affaires étrangères, Ignazio Cassis, présent à la Conférence de Munich sur la sécurité qui s’est tenue du 17 au 19 février, n’a visiblement pas convaincu le journal français.

👉Suivez en direct l'évolution de la guerre en Ukraine👈

«Cette habitude de se cacher derrière son petit doigt»

«Le service Débats du Monde, qui chapeaute les éditoriaux, s’est naturellement intéressé à la neutralité suisse dans les circonstances actuelles», explique Serge Enderlin, correspondant du Monde en Suisse, sollicité par la rédaction parisienne avant la parution de l’éditorial. « J’ai apporté quelques précisions sur les institutions suisses, s’agissant notamment de la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats, la chambre haute du parlement. J’ai également attiré l’attention sur les avoirs russes en Suisse», rapporte le journaliste.

«Ce qu’on observe actuellement, c’est cette habitude qu’a la Suisse lorsqu’il y a de l’orage de se cacher derrière son petit doigt en pensant passer inaperçue. Ce n’est pas la neutralité suisse qui est incompréhensible en ce moment, c’est le discours de la Suisse sur sa neutralité. L’éditorial du Monde n’est pas une marque d’hostilité, c’est une manière de prendre part au débat.»
Serge Enderlin

«L'éditorial du Monde ne me surprend pas, réagit le conseiller aux Etats jurassien centriste Charles Juillard, membre de la commission de la politique de sécurité de la Chambre haute. La presse allemande et des ministres allemands ne se privent pas de mettre la Suisse sous pression, mais on a moins l'écho de cela en Suisse romande.»

«Il y a tout simplement de l’incompréhension en Europe face à la frilosité de la Suisse sur la réexportation de matériels de guerre à l’Ukraine»
Charles Juillard

Le Centre, le parti de Charle Juillard, propose une «Lex Ukraine», pour l’heure à l’état de projet, qui autoriserait la réexportation d’armes suisses exceptionnellement en faveur de ce pays et seulement pour la guerre en cours.

«Ne pas se laisser impressionner par un journal renommé»

Tout autre est la réaction du conseiller national UDC valaisan, Jean-Luc Addor, membre de la commission de la politique de sécurité au sein de la Chambre basse:

«Le Monde est un journal français – à moins qu’il ne soit juste une voix française du lobby mondialiste contre lequel la Russie s’est dressée»
Jean-Luc Addor

Le conseiller national valaisan poursuit sur sa lancée:

«La France a choisi la voie de la sujétion à l’OTAN, donc aux Etats-Unis. Plutôt que de travailler à la paix, elle attise par des livraisons d’armes et de munitions, dont sa propre armée a besoin, une guerre qui, au-delà des oripeaux pseudo-moraux dont on la revêt, ne sert que les intérêts des Etats-Unis.»

Sur une ligne blochérienne, Jean-Luc Addor défend une stricte approche de la neutralité helvétique: «La Suisse, au centre de l’Europe, a intérêt à demeurer capable de traiter avec tous les blocs et n’a en tout cas pas à se laisser impressionner par un journal certes renommé, mais qui en l’occurrence sert juste de relais à la propagande américaine.»

Le journal «Le Monde» a-t-il raison d'intervenir dans le débat actuel sur la neutralité suisse?

Tout ça pour rien?

Partout, les masques tombent, chacun abat ses cartes, joue son va-tout. Réunie ces lundi et mardi, la commission de la politique de sécurité du Conseil national doit se prononcer sur différentes moutures législatives devant permettre la réexportation de matériel militaire suisse vers l'Ukraine. Trois sont en discussion: l'une a le soutien du Centre, une autre émane des socialistes, une troisième est portée par le duo Burkart-Salzmann, un PLR et un UDC, la majorité de l'UDC étant cependant opposée à l'ensemble des trois textes en lice. Et si aucun d'eux n'obtenait de majorité aux sessions de mars et de juin? Toute la pression se reporterait alors sur la Conseil fédéral.

Voici des aurores boréales comme vous n'en avez jamais vu
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
10 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
10
Comment la Suisse assurera la défense du Bürgenstock pendant le sommet
Le sommet sur la paix en Ukraine, qui se déroulera au Bürgenstock (NW) les 15 et 16 juin, attirera de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement internationaux. La Confédération a pris des mesures pour assurer leur sécurité.

Le sommet sur la paix en Ukraine aura lieu les 15 et 16 juin au Bürgenstock, dans le canton de Nidwald. Volodymyr Zelensky, Olaf Scholz, Ursula von der Leyen ou encore Giorgia Meloni feront le déplacement, tout comme les présidents polonais, finlandais et letton, entre autres.

L’article