DE | FR

Le PLR ne voit pas de problème à reconstruire des centrales nucléaires

Cette position, soutenue par un certain nombre de membres du parti ne remet pas en cause le renouvelable, selon Johanna Gapany sa vice-présidente.
24.01.2022, 07:3624.01.2022, 11:57

Dans le projet d'un papier de position, le PLR suggère de lever l'interdiction de construire des centrales nucléaires de dernière génération en Suisse. La proposition sera soumise à l'appréciation des délégués du parti le 12 février.

Cela ne remet pas en cause le nucléaire

Le changement de position du PLR sur le dossier nucléaire ne remet pas en cause le développement des énergies renouvelables, selon la conseillère aux Etats Johanna Gapany (FR), vice-présidente du parti. Elle prône une complémentarité des mesures, pour garantir l'approvisionnement en électricité en Suisse. Elle précise, dans une interview publiée lundi dans La Liberté, Le Courrier, Le Journal du Jura et les journaux du groupe ESH:

«Il n'est pas question de construire des centrales nucléaires comme nous les connaissons aujourd’hui, ni pour le PLR, ni pour moi. Mais nous constatons que le défi climatique rime avec hausse de notre consommation d'électricité. L’électrification de la mobilité en est un exemple parmi d’autres.»
Johanna Gapany.
Johanna Gapany.Image: KEYSTONE

Estimant que la Suisse ne peut pas se limiter à importer de l'électricité de l'Union européenne pour combler le manque de production, elle évoque une complémentarité des mesures. «On parle aussi du soutien aux énergies renouvelables, de l'accélération des procédures ou encore de l'ouverture du marché de l’électricité.»

Résistances au sein du parti

Les Femmes PLR avaient manifesté leur opposition à un retour en arrière dans la presse alémanique dimanche. «Je ne crois pas qu’il y ait un désaccord sur le fond. L'idée derrière la proposition qui sera soumise aux délégués du PLR est de ne pas exclure de nouvelles technologies à la fois sûres et propres pour produire de l'électricité en Suisse», réagit la Fribourgeoise.

«Se prononcer maintenant en faveur de la construction de nouvelles centrales envoie un signal erroné et trompeur. Cela torpille les efforts de développement des énergies renouvelables.»
la conseillère nationale Susanne Vincenz-Stauffacher (SG), présidente des Femmes PLR.source: NZZ am Sonntag

«Les associations de protection de l'environnement, elles, torpillent généralement les projets visant à produire de l’électricité renouvelable, par exemple en s’opposant au rehaussement de barrages ou à des projets de géothermie», juge de son côté Johanna Gapany. (ats)

Dans l'actu: une journaliste se fait renverser par une voiture en plein direct

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article