Suisse
Ouïghours

Ouïghours: La Suisse n'a «plus d'excuses» et doit réagir

Ouïghours: La Suisse n'a «plus d'excuses» et doit sanctionner la Chine

La question de savoir si le Conseil fédéral doit ou non reprendre les sanctions de l'UE à l'encontre de la Chine est controversée. A gauche comme à droite, ​
02.09.2022, 15:33
Des personnes manifestent pour soutenir les Ouïghours contre l'absence d'écoute des communautés concernées (ouïghoures, tibétaines, hongkongaises et autres) par le Haut Commissariat aux droi ...
Manifestations pour soutenir les Ouïghours devant le siège européen des Nations Unies à Genève, en Suisse, vendredi 13 mai 2022.Image: KEYSTONE
Chiara Stäheli / ch media
Plus de «Suisse»

Dans un rapport, publié mercredi soir peu avant minuit, l'ONU accuse Pékin de violations massives des droits de l'homme envers la minorité musulmane des Ouïghours, qui vit dans la région du Xinjiang au nord-ouest de la Chine. Selon l'enquête, ils auraient notamment été détenus arbitrairement dans de soi-disant «établissements d'enseignement» et auraient été traités de manière «inhumaine» et «dégradante».

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, conclut dans le rapport:

«L'ampleur de la détention arbitraire et discriminatoire de membres de la communauté ouïghoure et d'autres groupes à prédominance musulmane (...) pourrait constituer des crimes internationaux, notamment des crimes contre l'humanité.»

C'est la première fois qu'un document officiel établit que les accusations déjà connues adressées à la Chine sont effectivement fondées.

«Il n'y a plus d'excuses»

Le dossier, longtemps retenu, suscite également des discussions parmi les politiciens suisses versés dans le domaine des affaires étrangères. Côté socialiste, le conseiller national Fabian Molina estime, par exemple, que «le Conseil fédéral doit enfin reprendre les sanctions de l'UE à l'encontre de la Chine». «Il n'y a plus d'excuses», dit-il.

SP Nationalrat Fabian Molina praesentiert sich der Delegiertenversammlung der SP des Kanton Zuerich fuer die Nomination der kommenden Nationalratswahlen in Zuerich am Samstag, 18. Mai 2019. (KEYSTONE/ ...
Le conseiller national Fabian Molina (PS/ZH).image: KEYSTONE

L'Union européenne a décidé de ces sanctions au printemps 2021 et les a prolongées d'un an l'hiver dernier. Concrètement, elles visent le Bureau de la sécurité publique du Xinjiang ainsi que des représentants du comité du parti de la région autonome ouïgoure du Xinjiang. Leurs avoirs dans l'UE sont depuis lors gelés par tous les Etats membres, ils ne reçoivent plus d'aides financières et ne peuvent pas se rendre dans l'UE.

«Le Conseil fédéral doit enfin reprendre les sanctions de l'UE à l'encontre de la Chine»
Fabian Molina, conseiller national (PS/ZH)

En fin de compte, le rapport implique pour tous les Etats de l'ONU «l'obligation de réagir à ces violations des droits de l'homme», selon Molina. Ainsi, la Suisse a également une responsabilité. Il déclare entre autres que «le Conseil fédéral doit interdire l'importation de produits issus du travail forcé et faire appliquer de manière conséquente la responsabilité des entreprises».

La Suisse doit exprimer son mécontentement

Le conseiller aux Etats PLR, Andrea Caroni, souhaite lui aussi «que le Conseil fédéral continue à exprimer son inquiétude et son mécontentement concernant la situation au Xinjiang dans le cadre du dialogue avec la Chine». L'Appenzellois estime, en outre, qu'il est du devoir du Conseil fédéral d'examiner dans quelle mesure la Suisse pourrait s'associer à des sanctions dites thématiques.

Andrea Caroni, FDP-AR, spricht bei der Debatte "Strafrahmenharmonisierung und Anpassung des Nebenstrafrechts an das neue Sanktionenrecht" waehrend der Fruehlingssession der Sommersession Rae ...
Le conseiller aux Etats, Andrea Caroni (PLR/AR).image: keystone

«Sur la base de cette évaluation du Conseil fédéral, nous pourrons alors juger si nous pouvons et voulons également prendre de telles sanctions à l'encontre des responsables en Chine», a déclaré l'élu du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures.

La conseillère nationale du centre Elisabeth Schneider-Schneiter, qui siège comme Molina et Caroni à la Commission de politique extérieure, est du même avis.«Nous devons profiter de chaque échange avec la Chine pour dire clairement que la Suisse n'accepte pas de telles violations des droits de l'homme». Il est «très important» que l'ONU se penche sur ces infractions et les publie sous la forme d'un rapport, a ajouté la Bâloise.

Traduit et adapté de l'allemand par sia

Un ouvrier trop curieux déclenche un incendie dans une usine chinoise
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Une voie de médecine générale testée aux urgences de Sion (VS)
Des médecins généralistes de garde prennent désormais en charge des personnes arrivées aux urgences de l'Hôpital de Sion en soirée pour une situation non urgente. Un projet pilote testé durant quatre mois et qui doit contribuer à désengorger le service.

La mise en place de cette voie de médecine générale aux urgences (VMGU) «est le fruit d'un long travail» entre les différents partenaires impliqués, a indiqué jeudi à la presse Mathias Reynard, chef du département de la santé, des affaires sociales et de la culture. Le canton a approché des médecins généralistes des cercles de garde de Sierre, Sion et Martigny pour mettre sur pied cette expérience pilote.

L’article