DE | FR

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Et si la guerre éclatait en Ukraine? La Confédération s'y prépare sérieusement. Le Tagesanzeiger a demandé à l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (Ofae) quels produits et matières premières pourraient faire l'objet de pénuries. On vous résume tout ça.
08.02.2022, 18:5108.02.2022, 18:58

Une invasion russe en Ukraine est à redouter. Selon un article du Tagesanzeiger, des personnes «bien informées au sein de l'administration fédérale» auraient même une date: le 15 février, soit dans une semaine. «Mais ce que tout le monde espère est également possible», rappelle le titre alémanique: «une désescalade grâce à la diplomatie».

L'Ofae a pour tâche d'anticiper le mauvais scénario. Interrogé sur le conflit ukrainien par le Tagesanzeiger, Thomas Grünwald, porte-parole de l'Office fédéral en question, a confirmé que «des dispositions sont prises pour éviter les graves pénuries qui pourraient être déclenchées par une guerre».

Très concrètement, voici la situation décrite par le spécialiste:

  • La Suisse ne dépend pas très directement de l'Ukraine.
  • Mais indirectement, d'autres pays pourraient être touchés par des pénuries, et la Suisse aussi par ricochet. On parle là de carburants et de denrées.

Imaginons que magasins et stations-service en Suisse n'aient plus assez de marchandise: la Confédération ouvrira alors les «réserves obligatoires», détaille le Tagi. «Ces réserves sont gérées par des entreprises privées sur mandat de la Confédération. En temps de paix, la Confédération détermine quels biens vitaux doivent être stockés et en quelles quantités. (...) Les réserves obligatoires doivent suffire pour trois à quatre mois.»

Sont concernés par ce stock:

Le sucre, le riz, les huiles alimentaires et les céréales pour le pain. Mais aussi l'engrais et le fourrage pour le bétail en cas d'urgence

Thomas Grünwald de l'Ofae recommande de constituer des réserves d'urgence privées, suffisantes pour une semaine environ, rapporte le quotidien.

Si cette mesure ne suffit pas, la Confédération procédera à des rationnements. Quant au gaz russe, Thomas Grünwald «est convaincu que la Russie continuera à honorer ses contrats de livraison», quel que soit le scénario sur place.

Le dernier recours pour le marché européen consisterait à acheter du gaz à d'autres pays, notamment aux Etats-Unis, conclut le journal. (jf)

Et voici des tatouages moches, à ne pas reproduire...

1 / 31
Et voici des tatouages moches, à ne pas reproduire...
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Josh Neuman, en 2019, à Nidwald. Le youtubeur est décédé

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un syndicat étudiant incite l'Unige à renoncer à porter plainte
L'affaire fait couler beaucoup d'encre depuis la semaine passée. Ces activistes, qui ont interrompu une conférence jugée transphobe, sont poursuivis par l'établissement universitaire genevois.

La Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s (CUAE) a demandé lundi à l'Université de Genève (UNIGE) de renoncer à porter plainte contre des militants qui avaient interrompu la semaine passée une conférence qu'ils jugeaient transphobe. Dans un communiqué, le syndicat étudiant déplore «le tournant répressif que prend cette affaire».

L’article