DE | FR
Image: KEYSTONE

Faut-il faire payer plus les non-vaccinés en cas d'hospitalisation?

Une proposition de Mauro Poggia fait l'effet d'une bombe. Le conseiller d'Etat genevois aimerait lancer un débat dans tout le pays.
24.08.2021, 09:3725.08.2021, 11:07

Le feu est allumé. Et si les non-vaccinés, malades du Covid et hospitalisés ou en incapacité de travail, devaient payer une partie des charges? Mauro Poggia a lancé, vendredi, sur le plateau de Léman Bleu, cette proposition qui crée la polémique.

Le ministre de la santé MCG a souhaité ouvrir le débat en Suisse. Il affirme:

«La solidarité à l’égard des non-vaccinés a ses limites»
Mauro Poggia, ministre genevois de la santé

Discussion possible cette semaine

Dans son canton, à Genève, il constatait que les hospitalisés du Covid n'étaient pas vaccinés dans le 90% des cas, note Le Temps ce mardi.

Le conseil d'Etat pourrait discuter de l'idée lancée par Mauro Poggia cette semaine, selon les informations du quotidien.

Faire payer davantage les non-vaccinés: êtes-vous d'accord avec l'idée de Mauro Poggia?

Un débat nourri

La bombe n'a pas manqué d'atteindre les réseaux sociaux. Le ministre genevois Vert Antonio Hodgers s'est positionné sur la proposition de son collègue dans un post Facebook:

«L’accès aux soins est un droit fondamental et il ne saurait être restreint pour des motifs de responsabilité individuelle»
Antonio Hodgers, conseiller d'Etat Vert, Genève

Interrogée par Le Temps, Samia Hurst, bioéthicienne et vice-présidente de la Task Force Covid de la Confédération, estime, de son côté, qu'une «logique de punition n'est pas cohérente» avec le choix, fait en Suisse, d'une vaccination facultative. Pour elle, des solutions doivent, cependant, être trouvées pour accélérer le rythme des injections. (ase)

Notre vidéo sur les raisons de ceux qui refusent le vaccin 👇

Vidéo: watson
10 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
10
Réforme de l'impôt anticipé: 13 points pour comprendre le vote du 25 septembre
Le 25 septembre prochain, la population suisse se prononcera sur la réforme de l'impôt anticipé. Le Conseil fédéral, le Parlement et la droite proposent d'accepter le texte, alors que la gauche et les syndicats sont contre.

C'est ce qu'on pourrait appeler un «impôt de garantie», un genre de caution. L'Etat ne s'intéresse pas ici à taxer le rendement d'un revenu, mais veut s'assurer que les contribuables versent bien in fine leur obole au fisc.

L’article