Suisse
Pétrole

Energie: la Suisse stocke des milliards de litres d'essence

Les importateurs d'huiles minérales sont obligés de stocker des réserves.
Les importateurs d'huiles minérales sont obligés de stocker des réserves.images: keystone

Grâce à cette femme, la Suisse stocke des milliards de litres d'essence

Guerre, sécheresse, chaos ferroviaire: les différentes crises actuelles contraignent la Suisse à puiser dans ses réserves obligatoires d'essence et de diesel. Derrière cette situation se cachent un système sophistiqué... et une femme.
31.08.2022, 06:05
Pascal Michel / ch media
Plus de «Suisse»

Andrea Studer a passé presque toute sa vie professionnelle à s'occuper d'essence, de mazout et de kérosène. Elle travaille depuis 27 ans chez Carbura, l'organisation qui, depuis l'entre-deux-guerres, veille à ce que la Suisse dispose de réserves suffisantes de produits pétroliers, notamment en cas de situation d'urgence.

Andrea Studer, Chefin der Pflichtlagerorganisation Carbura.
Andrea Studer, cheffe de l'organisation de stockage obligatoire Carbura.image: zvg

Depuis 2019, elle gère, en tant que cheffe de l'organisation des réserves obligatoires, les stocks d'essence, de diesel, de kérosène et de mazout qui permettent de pallier une pénurie d'approvisionnement en cas d'urgence. Pour cela, 55 installations de réservoirs d'une capacité totale de 6,8 milliards de litres sont à sa disposition.

Des réserves plus basses que jamais

Les importateurs puisent maintenant dans ces réserves obligatoires. Lesquelles se trouvent actuellement remplies aux deux tiers seulement. Plusieurs raisons à cela: la guerre en Ukraine, le très bas niveau du Rhin ainsi que le chaos ferroviaire en Europe.

Fin juillet, l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (OFAE) a donné son accord pour que les propriétaires de réserves obligatoires puissent réduire leurs stocks de 6,5%. La semaine dernière, l'OFAE a accepté que les entreprises pétrolières puissent se procurer 12,8% supplémentaires des réserves d'urgence jusqu'à fin septembre, afin que le flux de carburants et de combustibles ne se tarisse pas à la station-service ou chez le fournisseur de mazout.

Le fait que les réserves obligatoires soient maintenant utilisées n'est certes pas pour Studer un «événement extraordinaire et inédit», selon ses mots. Néanmoins, la décision de la Confédération de recourir aux réserves a un caractère historique. La Suisse n'a pas eu à puiser dans ses réserves lors de la crise de Suez (1956), ni lors des deux crises pétrolières (1973/1974 et 1979) et de la guerre en Irak (2003-2011). «Nous avons libéré les réserves obligatoires pour la première fois en 2010», explique Studer. A l'époque, des grèves en France avaient perturbé les livraisons de kérosène à l'aéroport de Genève.

Les goulets se multiplient

Depuis, il est arrivé à quatre reprises que les réserves obligatoires doivent prendre le relais parce qu'il n'était plus possible d'importer suffisamment d'essence, de diesel ou de mazout en Suisse.

  • En 2015, c'était l'été sec - et donc, le bas niveau du Rhin - ainsi qu'un problème technique à la raffinerie de Cressier.
  • Lors de l'été caniculaire de 2018, le Rhin avait également peu d'eau, à quoi s'est ajoutée la panne de la raffinerie allemande de Vohburg.
  • En 2019, des problèmes de logistique ferroviaire ont entravé les importations.
  • Comme cette année, sauf qu'un été caniculaire et la guerre en Europe sont venus aggraver encore la situation.

Les raisons des pénuries observées jusqu'à présent sont toutes différentes – néanmoins, il semble que les perturbations de l'approvisionnement se multiplient et que les réserves obligatoires gagnent en importance.

L'économie prend ses précautions

La responsable de Carbura ne veut toutefois pas provoquer de panique. «Les réserves obligatoires ont été créées pour de telles situations. Si différentes crises – guerre, sécheresse, problèmes logistiques, perturbations dans les raffineries – se combinent, la branche ne peut plus y faire face seule et nous devons recourir aux réserves obligatoires. Nous y sommes préparés».

Ce qu'elle appelle «la branche», ce sont les entreprises qui importent des produits pétroliers en Suisse. A partir d'une quantité d'importation prédéfinie, elles sont légalement tenues de constituer des réserves obligatoires. Dans leurs citernes, elles stockent donc, avec leurs produits commerciaux habituels, un certain nombre de litres de carburant et de combustible qu'elles ont l'obligation de conserver en stock et de ne pas toucher.

Cette prévention de crise fonctionne en Suisse selon le principe bien connu de la subsidiarité: ce n'est pas la Confédération elle-même qui stocke du carburant, mais l'économie qui assume cette tâche, surveillée et pilotée par l'association privée Carbura. Les coûts de ce stockage sont à la charge des consommateurs par le biais d'une taxe prélevée lors de l'importation.

La durée des réserves

Au total, les citernes des membres de Carbura contiennent des réserves d'essence, de diesel et de mazout pour 4,5 mois, et pour le kérosène pour 3 mois. Les quantités sont basées sur les ventes moyennes des trois dernières années. Comme la consommation d'essence, de diesel et de mazout – celle de kérosène stagne – est en baisse, la Suisse stocke de moins en moins de litres de carburants et de combustibles en chiffres absolus.

Pour répondre aux exigences du Conseil fédéral, il n'est donc plus nécessaire de disposer d'autant de citernes. Au cours des dix dernières années, la capacité a diminué de près d'un million de mètres cubes pour atteindre 6,8 millions de mètres cubes. C'est une bonne nouvelle du point de vue de la protection de l'environnement – mais moins du point de vue de la sécurité d'approvisionnement, estime Andrea Studer.

Elle est sceptique quant à la capacité de la Suisse à maîtriser des problèmes d'approvisionnement tels que ceux révélés par la guerre en Ukraine, avec sa stratégie énergétique et le développement des énergies renouvelables.

«Tant que nous ne pourrons pas stocker l'électricité renouvelable en quantité suffisante pour équilibrer la production et la consommation, nous aurons besoin des énergies fossiles, même comme réserves en cas d'urgence»

Retour à la guerre froide?

La Suisse doit-elle donc à nouveau stocker autant d'essence et de diesel qu'elle l'a fait jusqu'à la fin de la guerre froide, lorsque les réserves suffisaient pour neuf mois? Non, estime Studer. «Mais il serait peu judicieux de ne pas utiliser les possibilités existantes. Nous devrions également nous appuyer sur différentes sources d'énergie – et pas exclusivement sur les énergies renouvelables – pour nous préparer aux crises». Message reçu: la Carbura sera également nécessaire à l'avenir. Car si un jour, comme prévu, les carburants et combustibles fossiles disparaissent complètement de notre quotidien, si l'objectif de conserver des réserves pour 4,5 mois reste inchangé, les réserves obligatoires deviendront, elles aussi, éventuellement obsolètes.

Mais cela ne semble pas être le cas pour le moment. Au contraire. La guerre en Ukraine, l'inflation et les difficultés d'approvisionnement font que Studer sait que la conjoncture politique est de son côté. Cette évolution s'est profilée dès le début de la pandémie, tant pour le carburant que pour les denrées alimentaires. Ainsi, au printemps 2020, le conseiller national lucernois, Leo Müller (Centre), avait souligné dans une intervention l'importance de la sécurité alimentaire après que les consommateurs aient pris d'assaut les magasins pendant la crise. Il avait demandé au Conseil fédéral si les réserves obligatoires étaient encore suffisantes.

La décision de savoir si la Suisse doit stocker plus de litres d'essence ou de diesel revient, en fin de compte, aux politiques. Et plus concrètement au Département de l'économie sous l'égide de Guy Parmelin. «Pour contrer, dans le cadre du système actuel, une nouvelle diminution des capacités des réservoirs et des quantités absolues de réserves obligatoires, le Département de l'économie devrait augmenter la directive relative à la couverture des besoins en produits pétroliers ou prescrire des quantités minimales absolues de réserves plus élevées», constate l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays.

La gardienne du pétrole a stocké du bois de chauffage

Les entreprises pétrolières peuvent désormais puiser dans les réserves obligatoires jusqu'à fin septembre. Elles les utilisent avec gratitude: selon Studer, elles ont déjà prélevé 85% de la quantité autorisée en juillet et l'ont distribuée à leurs clients.

La Confédération s'attend à un retour à la normale sous peu. D'ici fin septembre, le niveau du Rhin devrait s'être rétabli. Si la situation ferroviaire en Allemagne se normalise également, un approvisionnement sans recours aux réserves obligatoires sera à nouveau possible et – en fonction de la demande – un réapprovisionnement des stocks sera également possible.

Andrea Studer reste prudente. Pour elle, la sécurité de l'approvisionnement est essentielle. Elle garde également des réserves d'urgence de nourriture et d'eau à titre privé et a constitué une réserve de bois de chauffage pour deux ans afin de pouvoir chauffer sa cheminée. «Si nous avons un hiver froid, les citoyens devront probablement se rationner. Nous devons nous y préparer». (aargauerzeitung.ch)

«Mayday, Mayday, Mayday!»: un vol de Swiss lance un appel de détresse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet ex-prédicateur biennois ne sera pas expulsé
L'ex-prédicateur Abu Ramadan, condamné en première instance pour escroquerie et discrimination raciale, contestait en justice son expulsion de la Suisse. Il a gagné.

L'ancien prédicateur biennois Abu Ramadan ne doit pas être expulsé de Suisse. La Cour suprême du canton de Berne a rendu ce jugement vendredi en deuxième instance.

L’article