ciel couvert
DE | FR
Suisse
Police

Heurts entre jeunes et police, la nuit a été chaude à Saint-Gall: vidéo

Heurts entre jeunes et police, la nuit a été chaude à Saint-Gall

1 / 10
Chaude nuit entre police et jeunes à Saint-Gall
source: sda / michel canonica
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
Des jeunes ont attaqué vendredi des policiers dans la ville. Les autorités ont riposté notamment avec des balles en caoutchouc.
03.04.2021, 11:5804.04.2021, 17:35

«Saint-Gall ne veut pas devenir le point de rencontre de la violence des jeunes», a asséné la présidente de la ville, Maria Pappa, samedi. Vendredi soir, des jeunes ont attaqué la police dans le centre-ville de Saint-Gall. Elle a répondu par des tirs de balles en caoutchouc. La présidente souhaite que tous les auteurs de ces affrontements puissent rendre des comptes:

«Ici, c'est zéro tolérance pour ce genre d'actes»
Maria Pappa, présidente de la ville de Saint-Gall

Mais tous les jeunes ne doivent pas être mis dans le même sac; beaucoup se sont comportés de manière pacifique et ont condamné les heurts. Mais qu'est-ce qui s'est passé? On rembobine:

Dans la nuit de vendredi à samedi, les jeunes s'en sont pris aux forces de l'ordre dans le centre-ville de Saint-Gall. Vers 21 heures, ils ont jeté des objets sur les policiers, qui ont répondu par des tirs de balles en caoutchouc et procédé à des contrôles d'identité. La police s'attendait à une nuit compliquée.

Après une accalmie temporaire, la situation s'est à nouveau envenimée vers 22h30 lorsque la police a reçu des cocktails Molotov cette fois. L'intervention s'est achevée, samedi vers 1h40, a indiqué le porte-parole des forces de l'ordre de la ville de Saint-Gall Klaus-Dieter Mennel. Il y a eu des dégâts matériels, a-t-il ajouté. Des vélos ont été jetés sur la chaussée et des objets incendiés. Les vitrines semblent avoir été épargnées.

A la suite des événements, la police a placé 19 personnes en détention pour des éclaircissements. Selon un porte-parole de la police, ils ont depuis tous été relâchés.

Deux jeunes ont été blessés

Deux jeunes ont été blessés lors des affrontements avec la police. L'atmosphère était très agressive, selon Klaus-Dieter Mennel. Les jeunes violents étaient un petit groupe qui s'était détaché du groupe de 300 à 350 jeunes, a-t-il précisé.

Les jeunes venaient de toute la Suisse, rapporte l'Aargauerzeitung. Deux garçons de Berne et de Thoune ont déclaré: «Il se passe quelque chose ici. C'est pour cela qu'on est venus». Une grande partie des jeunes ne recherchaient pas la violence. D'autres c'est moins certain, ou plus mitigé. Par exemple, un garçon qui voulait briser la vitrine d'un magasin de la Multergasse avec une pierre a été retenu: «C'est stupide : tu ferais mieux de le lancer sur la police!» Pendant ce temps, un jeune de 17 ans, sur la Place Rouge, a crié:

«Nous ne serons plus enfermés!»
Un jeune à Saint-Gall

La police s'est rendue sur place avec un important contingent. Un hélicoptère a en outre survolé la ville pendant plusieurs heures. En effet, il y a une semaine, des échauffourées et des dégâts matériels ont déjà eu lieu après à une fête illégale. (ats/jah)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Conseil fédéral joue à Game of Thrones
A quelques jours de la nouvelle répartition des départements, les spéculations vont bon train. Le PS souhaite évincer le conseiller fédéral PLR Cassis du département des affaires étrangères et montre son intérêt pour les finances. Des duels au sommet se profilent.

L'épreuve de force est prévue pour le 9 décembre. Deux jours après l'élection par le Parlement des successeurs de Simonetta Sommaruga et d'Ueli Maurer, la nouvelle répartition des départements va avoir lieu. Celle-ci se fait traditionnellement dans le cadre fermé des sept membres du gouvernement. Mais une semaine plus tôt, les stratèges des partis ont commencé à faire part de leurs exigences, de leurs souhaits et de leurs offres.

L’article