DE | FR
Image: Keystone

Méfiants et déçus par la politique, ils diront cinq fois NON le 13 juin prochain

A la base, ce sont de simples citoyens. Ils ne sont membres d'aucun parti politique et se disent plutôt déçus des élus et des lois mal ficelées qu'ils concoctent. Voici pourquoi ils voteront 5xNON le 13 juin prochain.
29.05.2021, 11:5530.05.2021, 10:01
Suivez-moi

Ils sont nombreux dans les cantons d'Uri, Schwytz, Obwald... Conservateurs au sens strict, ils ont pour habitude de refuser tout changement quand ils sont appelés à l'urne. Ceux que l'on appelle les «Neinsager» seraient-ils désormais aussi présents en Suisse romande? Cette bannière qui se multiplie ces derniers jours sur Facebook le laisserait croire:

Des Romands appellent à dire non lors des votations du 13 juin – qui obtiendraient pour l'instant cinq oui selon les sondages. Or, aucune des personnes jointes par watson ne s'estime conservatrice. Trois d'entre elles, représentatives d'une tendance réelle mais difficile à quantifier, ont pris le temps de nous expliquer leurs motivations.

Marre des partis

Virginie est une entrepreneuse vaudoise de 42 ans. Michel, un contremaître de chantier fribourgeois d'une soixantaine d'années. Sarah, la trentaine, une Valaisanne aux activités diverses. Tous glisseront cinq non dans l'urne le 13 juin.

Comment expliquer qu'ils s'opposent à ces objets pourtant combattus tantôt par la gauche (comme la loi anti-terroriste), tantôt par la droite (comme les deux initiatives sur les pesticides)? D'abord, ils s'accordent sur leur refus des logiques partisanes: chacun d'eux dit s'engager en tant que citoyen, mais jamais en tant que militant d'un parti.

Une critique de l'Etat

Apartisans, mais pas apolitiques. Chacun à leur façon, ces trois Romands témoignent d'une certaine méfiance à l'égard du pouvoir de l'Etat. Qu'il s'agisse du Conseil fédéral, accusé de céder à la tentation autoritaire, ou du parlement, échouant selon eux à représenter le peuple, une même déception les anime. Celle de ne plus se sentir souverains dans le pays de la démocratie directe:

«Je fais partie de ces tous ces gens à avoir été déçus par le parlement ces derniers temps»
Virginie, entrepreneuse, 41 ans

Sur la nouvelle loi anti-terroriste, par exemple, les trois s'accordent à dire qu'elle est à la fois «mal ficelée» et «dangereuse pour notre Etat de droit». Au cœur de leur critique, la définition de l'activité terroriste, considérée comme trop vague, laissant libre cours à la police de surveiller des citoyens qui tout simplement ne plaisent pas à l'Etat.

«Du côté de la population»

Sur un plan plus positif, leur refus se veut tour à tour un soutien du «peuple», de la «base», des «gens du quotidien». Michel, qui s'est toujours trouvé dans une démarche d'opposition qu'il juge saine et modérée, a concrétisé cette préoccupation en étant l'un des initiateurs de l'association Les Ami.e.s de la Constitution, dont il préside la section fribourgeoise et qui est à l'origine du référendum sur la loi Covid:

«Je me sens notamment du côté des indépendants et des artisans qui se sont vu ôter leur âme d'entrepreneurs lors de la pandémie et qui font vivre la société»

Michel voit un point commun entre la Lex Covid, la loi anti-terroriste et les initiatives «environnementales». Celui d'un Etat qui ne fait pas confiance aux gens, sur le terrain. Les paysans, par exemple, suivent la bonne direction environnementale depuis des années selon le Fribourgeois. Leur ajouter des contraintes serait contre-productif. Un discours qui rejoint celui de la Valaisanne Sarah:

«Aujourd’hui, nous vivons dans une société technocrate où les gens aiment être devant leurs écrans et sauver ainsi le monde. Cependant, la réalité est très différente. Les privés, les pharmas, les hôpitaux, les EMS avec toutes les personnes malades, les jardiniers, les Golf, les piscines…tout le monde utilise des molécules synthétiques. Mais on s’acharne sur les paysans, qui font beaucoup d'efforts.»

Virginie, Michel et Sarah l'assurent: ils ne sont pas des Neinsager dans l'âme. Ils se souviennent avoir voté «oui» à plusieurs occasions et en ont juste marre des «lois fourre-tout» et de «l'abandon de la population». Tous se réjouissent des mouvements citoyens naissant ici et là, ayant pour but de trouver des solutions intelligentes venant par le bas. Les votations, ce n'est finalement plus trop leur truc. A part pour dire non.

Les bureaux les plus improbables

1 / 20
Les bureaux les plus improbables
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un collectionneur du crypto-art nous explique son délire

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
«L'espace public n'est pas toujours accueillant envers les LGBTIQ+»
Rencontre avec la spécialiste Carolina Topini à l'occasion du 17 mai, Journée internationale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie

Le 17 mai prochain, c’est la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie. Elle commémore le retrait par l’OMS de l’homosexualité de la liste des maladies mentales, il y a de ça 32 ans.

L’article