brouillard
DE | FR
Suisse
Politique

Voici Pro Suisse: arme de défense massive de la neutralité et anti-UE

Stephan Rietiker, neu gewaehlter Praesident der Vereinigung "Pro Schweiz", Alt-Bundesrat Christoph Blocher, Silvia Blocher und Alt-Nationalrat Christoph Moergeli, von links, singen die Schwe ...
De gauche à droite, Stephan Rietiker, Christoph, Silvia Blocher et Christoph Mörgeli chantent l'hymne national suisse. Berne, 15 octobre 2022.Image: KEYSTONE

«J’ai voté Trump en 2016 et 2020»: le président de Pro Suisse, lobby anti-UE

Samedi à Berne, les eurosceptiques et anti-adhésion à l'Otan ont créé Pro Suisse, un nouveau lobby parrainé par Christoph Blocher et présidé par un parfait inconnu en Suisse romande, l'Américano-Suisse Stephan Rietiker. Présentations.
17.10.2022, 18:5418.10.2022, 09:27
Plus de «Suisse»

«C’est Pro Patria.» Pas tout à fait: Pro Suisse. Le conseiller national UDC fribourgeois Pierre-André Page n’est pas encore complètement familier de ce lobby souverainiste créé samedi à Berne. Il fait pourtant partie des treize personnalités qui en constituent le comité directeur. L’unique Romand. «C’est le président du groupe UDC au parlement fédéral, Thomas Aeschi, qui m’a demandé d’y adhérer», rapporte-t-il. Pierre-André Page, «à l’étranger» ce jour-là, n’a pas pu assister à la cérémonie de baptême.

Pro Suisse, 25 000 membres, résulte de la fusion de trois entités opposées à tout rapprochement de la Suisse avec l’Union européenne:

  • L'Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), dont le titre de gloire fut le «non» à l’adhésion de la Suisse à l’Espace économique européen (EEE) en 1992 sous l’impulsion de Christoph Blocher.
  • L’association patronale contre l’adhésion à l’Union européenne.
  • Le comité «Non à une adhésion rampante à l’UE».

Cette fois-ci encore, l’ex-conseiller fédéral Blocher est, sinon aux manettes, du moins à la manœuvre. Samedi à Berne, le père de l’Alleingang, 82 ans, se tenait debout à côté de celui qui préside Pro Suisse, le Zougois Stephan Rietiker, de seize ans son cadet, parfait inconnu en Suisse romande, deux participations à l’émission «10 vor 10» de la télévision alémanique, membre de l’UDC, pour ainsi dire passivement jusqu’ici. L'homme est médecin, sa fortune est faite, il a du temps et toute une vocation eurosceptique – le mot est faible – à mettre au service de son pays.

«J’ai voté Trump en 2016 et 2020»

Stephan Rietiker est une curiosité: il est double-national, Suisse et Américain. Il a passé son enfance au Canada et dans le Maine, rapporte la Neue Zürcher Zeitung. De retour en Suisse, où la famille a ses racines entre Zoug et Zurich, il ne parlait pas un mot de suisse allemand. Il deviendra colonel à l’armée et chef d’entreprise dans le secteur de la santé, un pied aux Etats-Unis, un autre dans l’eldorado zougois.

Il a voté deux fois Trump et «non» à la loi Covid. Il s’en explique à watson: «En 2016, j’ai voté Trump parce que Clinton était vraiment trop à gauche. En 2020, j’ai hésité, mais Biden m’est apparu faible à tout point de vue, j’ai donc revoté Trump, un peu par défaut.» Stephan Rietiker veut croire que:

«Si Donald Trump avait été réélu, Vladimir Poutine ne se serait probablement pas lancé dans la guerre contre l’Ukraine»
Stephan Rietiker

Quant à la loi Covid du Conseil fédéral, elle lui semblait «injuste» et «volontairement ignorante des autres options thérapeutiques», ainsi qu’il l’a réaffirmé, samedi, dans son discours installant Pro Suisse dans le paysage fédéral. Si Stephan Rietiker s'est fait vacciner, c’est seulement d’une dose. Il en a attrapé une «thrombose», dit-il.

En France, ses propos emplis de défiance envers l’Otan et Bruxelles, seraient ceux d’une Le Pen, en Italie, d’un Salvini. Samedi, il s’en est pris à la politique étrangère du Conseil fédéral, à ses choix sanitaires, énergétiques et migratoires, ainsi qu’aux wokes et au progressisme en général, déplorant les effets de la cancel culture. Les Verts sont clairement sa cible idéologique.

La droite dure-dure

Stephan Rietiker et le comité des «13» ne pardonnent pas au Conseil fédéral d’avoir «affaibli» la neutralité en reprenant à son compte les sanctions de l’UE imposées à la Russie. Pro Suisse, où l’on retrouve l’historique figure de l'UDC Hans Schlüer, l’idéologue zurichois Christoph Mörgeli, ainsi que le maître d’œuvre de l’initiative anti-burqa Walter Wobmann, plaide pour une stricte «neutralité armée», qui se tiendrait à l’écart de l’Otan, et pour une Suisse qui tournerait le dos à l’UE au profit de l’Asie, des Etats-Unis et du Royaume-Uni.

Que va faire Pro Suisse? Dans l’immédiat, participer activement au lancement, le mois prochain, de l’initiative pour une «neutralité durable, armée et intégrale», voulue par Christoph Blocher. Peut-être l'association se lancera-t-elle dans la bataille des élections fédérales de 2023, peut-être pas. Ce n'est pas décidé. Mais son intention est de construire des «ponts entre l’UDC, la droite du PLR et la droite du Centre».

Pierre-André Page, le Romand du comité des 13, qui aurait préféré que la Suisse vote son propre train de sanctions contre la Russie plutôt que d'adopter celles de l’UE et qui, par parenthèse, a voté la loi Covid en 2021, n’a toujours pas rencontré Stephan Rietiker. «Nous avons échangé par e-mails jusqu’ici, moi en français, lui en allemand, visiblement nous nous comprenons», confie-t-il, ajoutant, une pointe d'humour dans la voix:

«Vous savez, à l’UDC, il y a de la droite extrême et du modéré plus on va vers Berne et la Suisse romande»
Pierre-André Page

Prochain raout des eurosceptiques: «le 2 décembre, à l'Albisgüetli, à Zurich, pour le jubilé du "non" à l’EEE», se réjouit Stephan Rietiker. C’était il y a trente ans.

Copin comme cochon: le chauffage à 19 degrés

Video: watson
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Une mystérieuse pénurie des naissances frappe la Suisse
Le nombre de naissances est toujours à la baisse en Suisse. Plusieurs pistes se dessinent pour l'expliquer, mais le phénomène reste difficile à comprendre. Et les experts manquent de certitudes.

On fait rarement des enfants en suivant un calendrier. Ce sont plutôt les circonstances qui le décident. Dans de nombreux pays, le plus grand nombre de bébés naissent en septembre: neuf mois après Noël, lorsque beaucoup étaient en vacances et que les nuits étaient longues.

L’article