DE | FR
Les zones 30 km/h, un leurre?
Les zones 30 km/h, un leurre?keystone

En ville, les voitures pollueraient autant à 30 km/h qu’à 130

A quoi bon mettre des zones 30 km/h partout alors que rouler à cette vitesse ne serait pas forcément idéal pour le climat? Si c'est la conclusion d'une très sérieuse étude française, en Suisse, ce n'est pas aussi simple.
26.08.2021, 06:05

Ce n’est pas une obscure organisation climato-septique qui le dit, mais un très officiel établissement public français placé sous la tutelle du ministre de la Transition écologique et solidaire: les véhicules à moteur thermique émettraient autant de gaz à effet de serre en roulant à 130 km/h qu’à 30 km/h.

Autre constat, sans appel selon l'étude citée par le quotidien Ouest-France: les véhicules thermiques sont les moins polluants quand ils roulent à 70 km/h et la courbe se stabilise entre 50 km/h et 90 km/h. Une autre information qui intéressera les organes publics ayant décidé de généraliser les zones 30 km/h dans les villes suisses: à cette vitesse, les véhicules thermiques seraient plus polluants qu’en roulant à 50 km/h.

Courbes d’émission des gaz à effet de serre

Dans le même ordre de comparaison, les véhicules thermiques consomment une quantité similaire de carburant qu’ils roulent à 30 km/h ou à environ 120 km/h. La vitesse optimale serait de 70 km/h, ce qui rejoint logiquement les courbes d’émission de CO2.

Courbes de consommation

L’étude a également réalisé des projections pour d’autres types de véhicules, comme les utilitaires, les poids lourds ou encore les véhicules dits légers. Leurs courbes présentent des tendances similaires, tout comme celles (en orange, en vert ou en violet) qui anticipent le renouvellement du parc automobile jusqu’à 2050 et l’augmentation du nombre de voitures électriques.

«Les émissions sont importantes à très faible vitesse (jusqu’à 30km/h environ), ce qui signifie que les situations de congestion du trafic routier sont très pénalisantes du point de vue de la qualité de l’air»
Cerema

A noter que le «véhicule particulier» est sensé être représentatif du parc roulant automobile. Bien entendu, la France n’est pas vraiment similaire à la Suisse dans ce domaine. Mais quand même: est-ce que cette étude suffit à tout chambouler?

Pas si vite. En Suisse, la généralisation des zones 30 km/h n’est de loin pas qu’une affaire de CO2 ou de particules fines. Souvent, on évoque l’effet positif d’une vitesse réduite sur la sécurité routière et des piétons, ainsi que l’amélioration de la qualité de vie en ville.

Les Bouffistas n’en n’ont pas grand-chose à faire des zones 30 km/h

Vidéo: watson

Et puis, les zones 30 km/h ne font pas partie des 25 trucs énervants que les gens font dans la vie

1 / 28
25 trucs énervants que les gens font dans la vie
source: reddit
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
«iel», mot romand de l'année 2021: les raisons d'un sacre
«Variants», «précarité»: les mots romands de l'année 2021 sont tombés. Avec un vainqueur: «iel». Deux collaboratrices de l'Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), du département à l'origine de cette sélection, nous en expliquent les coulisses.

Eh non, ce n'est pas «Delta», «climat» ou «watson». Le mot romand de l'année, annoncé par l'Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) ce mardi 7 décembre, est... (🥁) «iel», suivi, toujours pour le volet francophone, par «précarité» et «variants». Ciel! Du miel pour les non-binaires, du fiel pour les défenseurs de l'usage majoritaire, ce pronom neutre est en pleine ascension dans le langage, mais encore peu utilisé, voire pas du tout par le grand public.

L’article