Suisse
Politique

Berne: l'UDC Thomas Aeschi en vient aux mains avec la police

Un puissant élu UDC se bat avec la police du Parlement

Le conseiller national UDC Thomas Aeschi, chef de groupe aux Chambres, en est venu aux mains avec la sécurité du Parlement, mercredi matin à Berne. «C'est un scandale absolu», tonne son collègue valaisan Michael Graber.
12.06.2024, 11:4812.06.2024, 12:34
Plus de «Suisse»

C'est une scène très inhabituelle et particulièrement frappante qui a eu lieu au beau milieu du hall du Palais fédéral, mercredi matin: Thomas Aeschi, conseiller national UDC et chef du groupe aux Chambres, en est venu aux mains avec la sécurité.

Que s'est-il passé? On a pu voir le Zougois en pleine alteraction avec un agent de la police du Palais fédéral et du Parlement dans un des escaliers qui mènent à la salle du Conseil national. Le premier intéressé a partagé sur X la vidéo de nos confrères de Nau.ch.

L'agent, la main droite sur la crosse d'un pistolet-mitrailleur, empoigne le politicien de sa main gauche et le repousse en bas des escaliers. Il est ensuite aidé par un deuxième policier qui l'épaule pour chasser l'élu dans une autre direction.

Le contexte? La présence à Berne du président du Parlement ukrainien, Rouslan Stefantchouk, invité à une visite par le président du Conseil national, Erich Nussbaumer (PS/BL), en marge du sommet du Bürgenstock. La sécurité devait escorter l'Ukrainien jusqu'en bas des escaliers, où des photos devaient être prises.

«Comme on peut le voir sur la vidéo, j'ai refusé qu'on m'arrête. Durant la session, le travail parlementaire doit avoir la priorité sur les visites d'Etat»
Thomas Aeschi, conseiller national (UDC/ZH)réseau x

Le chef de groupe UDC a d'ailleurs précisé à Nau.ch avoir ensuite discuté avec un responsable de Fedpol, notamment pour protester contre le blocage des escaliers durant la session.

«Un scandale absolu»

Son collègue parlementaire Michael Graber (UDC/VS), a aussi voulu forcer le passage dans le hall. Et il est en colère:

«Nous sommes des représentants élus du peuple. C'est un scandale absolu»
Michael Graber, conseiller national (UDC/VS)tages-anzeiger

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il est en colère. Au policier qui lui aurait indiqué qu'il ne fait que suivre les ordres, Michael Graber a répondu:

«Sous le Troisième Reich, vous auriez été le premier à suivre les ordres d'Hitler»
Michael Graber, conseiller national (UDC/VS)tages-anzeiger

La sécurité du Parlement est assurée par Fedpol. L'Office fédéral de la police dispose de sa propre police à l'intérieur du Palais fédéral. La police locale, respectivement la Police cantonale bernoise, n'a pas autorité pour intervenir dans le bâtiment et son action se limite à la Place fédérale.

(acu)

Ils ne sont pas d'accord, ils mettent le feu au parlement
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
8 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
8
Un «tueur en série psychopathe» avoue avoir tué 42 femmes au Kenya
Collins Jumaisi Khalusha, 33 ans, a avoué avoir tué 42 femmes après son arrestation lundi à Nairobi. Le chef de la Direction des enquêtes criminelles a qualifié Khalusha de «tueur en série psychopathe».

Le suspect arrêté dans le cadre d'une enquête ouverte après la découverte de corps de femmes mutilés dans une décharge de la capitale kényane Nairobi a «avoué (...) avoir tué» 42 femmes, a annoncé lundi la police.

L’article