Suisse
Politique

Les Verts: mobilisation pour le climat, non aux armes suisses en Ukraine

Balthasar Glaettli, president des VERT-E-S suisses, prononce son discours devant les delegues, lors de l'assemblee des delegues des Verts suisses, ce samedi 28 janvier 2023 a Geneve. (KEYSTONE/Sa ...
Balthasar Glättli, président des Verts, évoque la crise climatique en affirmant que «si tout reste tel quel, rien ne restera tel quel».Image: sda

Les Verts: mobilisation pour le climat, non aux armes suisses pour l'Ukraine

Les Verts soutiennent à l'unanimité la loi sur la protection du climat. Le parti s'est également prononcé sur les sanctions contre les fortunes russes et l'exportation d'armes en Ukraine.
28.01.2023, 11:3029.01.2023, 18:53
Plus de «Suisse»

Il n'est plus possible de tergiverser face à la dérive climatique. Tel est le message délivré samedi, à Genève, lors de l'assemblée des délégués des Vert-e-s suisses, par le président de la formation écologiste Balthasar Glättli en cette année d'élections fédérales.

«Notre maison brûle et il n'est plus temps de crier au feu. Il est temps d'éteindre l'incendie», a déclaré Balthasar Glättli. Selon lui, des solutions existent. Il faut économiser l'énergie, sortir des énergies fossiles et construire du solaire.

Renforcer le parti des Verts

Le défi, aujourd'hui, est de trouver des majorités politiques autour de ces questions. Pour y aider, le conseiller national zurichois a dit son espoir que le parti des Verts sorte renforcé des élections.

«Pour que nous puissions en finir avec les obstructions de la droite, construire des passerelles, créer des alliances climatiques, promouvoir des solutions»

Même si des compromis semblent inévitables, les Verts ne doivent pas perdre de vue leur objectif qui est de bâtir «une société juste et heureuse au sein des limites planétaires», a insisté Balthasar Glättli. A ses yeux, trop de personnes craignent de transformer la Suisse. Or l'immobilisme pourrait coûter cher.

Soutien à la loi sur la protection du climat

«La plus grande erreur de la droite, en particulier de l'UDC, c'est de croire qu'en ne faisant rien contre la crise climatique, qu'en continuant à faire comme avant, tout restera comme avant.» Un comportement que Balthasar Glättli qualifie d'erreur.

«Si tout reste tel quel, rien ne restera tel quel»

Lors de leur assemblée à Genève, les délégués des Verts soutiennent à l'unanimité à la loi sur la protection du climat. L'objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050 doit enfin être ancré dans la loi, écrit le parti sur Twitter.

Comme l'UDC a lancé un référendum contre le contre-projet indirect à l'initiative sur les glaciers, le peuple se prononcera probablement cet été. Cette votation est la plus importante pour les Verts, a déclaré le président du parti Balthasar Glättli dans son discours. Ce vote devrait servir d'élan pour les élections de 2023.

Sanctions contre les fortunes russes et exportation d'armes

Selon une source interne de watson, les Verts ont accepté à l'unanimité le durcissement des sanctions contre les fortunes russes sur le territoire suisse.

Un «non clair» a en revanche été opposé à un amendement soutenu par la Bernoise Natalie Imboden, qui entendait autoriser la réexportation de matériel militaire suisse vers l’Ukraine, selon la même source. «On reste pacifistes»: tel est le message qu'ont voulu faire passer Les Verts en rejetant cet assouplissement dans leur doctrine.

Les délégués ont par ailleurs élu une nouvelle secrétaire générale. Rahel Estermann reprend le poste de Florian Irminger, après trois ans de mandat. (sas/ats)

Copin comme cochon: les radins
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Elle n'aurait jamais dû insulter un contrôleur CFF
En octobre dernier, une femme a insulté l'employé des CFF qui l'avait contrôlée. Elle a été condamnée par ordonnance pénale.

Cette voyageuse bâloise a payé cher pour son voyage en train jusqu'à Brugg en octobre dernier. Après avoir été contrôlée par un agent de train des CFF, elle l'a insulté en descendant à Brugg en le traitant de «fils de pute», de «tas de merde» et en utilisant l'expression «va te faire foutre», comme l'indique une ordonnance pénale du ministère public argovien. Cette dernière ne précise pas si la femme voyageait sans billet valable ou encore quelle était la raison de ces insultes.

L’article