Suisse
Politique

Réduction des primes: le Conseil fédéral rejette les initiatives

Bundesraetin Elisabeth Baume-Schneider spricht waehrend einer Medenkonferenz zu den eidgenoessischen Abstimmungen am 9. Juni 2024, am Freitag, 5. April 2024 in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Elisabeth Baume-Schneider est venue présenter les décisions du gouvernement.Keystone

C'est non: le Conseil fédéral rejette les initiatives de réduction des primes

C'est non, non et encore non: le Conseil fédéral recommande de rejeter les trois initiatives soumises au peuple le 9 juin. Il entend plutôt lutter contre la charge croissante des primes d'assurance-maladie par le biais de deux projets de loi adoptés par le Parlement.
05.04.2024, 10:0005.04.2024, 12:21
Plus de «Suisse»

Le Conseil fédéral estime que l'initiative populaire «Maximum 10% du revenu pour les primes d'assurance-maladie (initiative d'allègement des primes)» du PS doit être rejetée, notamment parce que les subsides devraient être majoritairement pris en charge par la Confédération. De plus, l'initiative ne contient aucune incitation directe à freiner les coûts de la santé.

Le Conseil fédéral préfère le contre-projet indirect du Parlement, plus avantageux, a fait savoir le gouvernement vendredi. Celui-ci lie le montant des réductions de primes qu'un canton doit payer à ses coûts de la santé.

Le frein aux coûts, un mécanisme trop rigide

Le Conseil fédéral dit non aussi à l'initiative populaire «Pour des primes plus basses. Frein aux coûts dans le système de santé (initiative pour un frein aux coûts)» du parti du Centre. Pour le Conseil fédéral et le Parlement, le mécanisme proposé est trop rigide, car il ne tient pas compte de facteurs comme le vieillissement de la population et les progrès de la médecine.

Lukas Engelberger, Regierungsvizepraesident Kanton Basel-Stadt, vorne, spricht neben Bundesraetin Elisabeth Baume-Schneider und Thomas Christen, stv. Direktor des Bundesamtes fuer Gesundheit (BAG), Le ...
Lukas Engelberger, chef de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé, s'est également exprimé. Keystone

Là encore, au lieu d'un nouvel article constitutionnel, une loi adoptée par le Parlement devrait s'appliquer. Celle-ci prévoit que le Conseil fédéral fixe tous les quatre ans une limite à la hausse des coûts de l'assurance obligatoire des soins (AOS). Si les coûts augmentaient plus que convenu sans justification, le Conseil fédéral et les cantons devraient examiner des mesures correctives.

Enfin, le Conseil fédéral dit non à l'initiative populaire «Pour la liberté et l'intégrité physique (initiative «Stop à la vaccination obligatoire»), lancée par le Mouvement de liberté suisse (MLS), sceptique en matière de vaccination.

L'objectif principal du texte, soit l'intégrité physique et mentale, est déjà ancré dans la Constitution fédérale en tant que droit fondamental, argumente le Conseil fédéral. De plus, les conséquences concrètes d'un oui à l'initiative ne sont pas claires, notamment sur le travail de la police.

(sda/ats)

Ces vaches adorent le Printemps
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
7 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7
Vibiscum: pas de remboursement, mais une entrée offerte ailleurs
Quelque 8600 personnes avaient acheté un billet pour le festival Vibiscum, annulé à la surprise générale le 16 mai dernier. Les tickets ne seront pas remboursés, mais les organisateurs ont proposé une compensation.

Le festival Vibiscum à Vevey (VD), annulé mi-mai, ne remboursera pas les billets vendus. Les personnes lésées peuvent toutefois échanger gratuitement leur billet contre une entrée au festival Stars of Sounds de Morat ou à l'Openair Fluo de Neuchâtel.

L’article