Suisse
Politique

Estelle Revaz, la violoncelliste qui met le cap sur Berne

Estelle Revaz (PS/GE), watson style.
La Genevoise Estelle Revaz, 34 ans, sera sur les bancs du Conseil national en décembre prochain.Keystone

«L'instinct de survie a pris le dessus»: voici la musicienne du Parlement

Elle est l'une des surprises de ces élections fédérales: la socialiste genevoise Estelle Revaz sera la seule musicienne professionnelle à occuper une place sous la Coupole. Mais la violoncelliste ne va pas lâcher son instrument et compte bien se nourrir de l'intensité que provoquera le choc des mondes de l'art et du politique.
29.10.2023, 08:0429.12.2023, 16:29
Plus de «Suisse»

Les amateurs de musique classique la connaissent déjà. Les acteurs du monde de la culture et les Genevois l'ont découverte lors du Covid, alors qu'elle se lançait dans une bataille pour faire indemniser par l'Etat les artistes au même titre que les bistrotiers. Le reste de la Suisse est sur le point d'entendre parler d'Estelle Revaz, la première musicienne-politicienne du pays.

Elue à Genève, elle est née en Valais, d'où elle est partie avec sa famille dès l'âge de dix ans pour Paris. Si ses parents reviennent à Genève alors qu'elle est ado, elle reste dans la capitale française pour se perfectionner au violoncelle, son instrument. Suivra une carrière internationale qui la mènera aux quatre coins du monde. Active entre Paris et la cité de Calvin, elle devra bientôt compter avec une autre ville: Berne, où elle siégera sous la Coupole dès décembre prochain.

Les trois elus du parti socialiste au Conseil national Laurence Fehlmann Rielle, gauche, Christian Dandres, centre, et Estelle Revaz, droite, posent au stamm du Parti socialiste, lors de la journee de ...
Les trois élus socialistes genevois à Berne: Laurence Fehlmann Rielle, Christian Dandrès et Estelle Revaz.Keystone

«Ma carrière artistique va continuer et je vais organiser mon agenda pour que mes tournées internationales soient compatibles avec les sessions fédérales», explique la nouvelle élue au bout du fil. Il faut dire que l'agenda en question n'a pas attendu son engagement politique pour être bien chargé. «C'est sûr que durant les trois semaines de session, je ne pourrai pas aller me produire au Canada ou en Asie. Mais en Europe, pourquoi pas?»

«Je pourrais parfaitement jouer à Berlin ou à Paris un ou plusieurs soirs du week-end et être prête à empoigner les affaires politiques le lundi matin»
Estelle Revaz

Deux vocations ensemble à Berne

Car le violoncelle, c'est plus que le plaisir de la musique ou le travail. C'est une nécessité essentielle. «Le violoncelle est et restera le fil rouge de ma vie. Je vais continuer à en faire plusieurs heures par jour, même pendant les sessions, que ce soit tôt le matin ou tard le soir.»

Un extrait en musique:

Pourra-t-on l'entendre jouer lors d'une pause, dans les travers du Palais fédéral, au détour d'un groupe de parlementaires ou de journalistes? «C'est bien possible, si je peux trouver une pièce pour cela.» Son organisation sera «millimétrée». Sacrifier une vocation pour une autre n'a jamais été même une option:

«La musique et la politique s'inspirent mutuellement. Je n'ai jamais aussi bien joué que ces derniers mois, durant la campagne»
Estelle Revaz

«En 30 jours, entre septembre et octobre, j'ai fait 21 concerts et j'ai tenu à les maintenir, pour garder le lien avec mon instrument», explique la Genevoise. Un genre d'entraînement pour tester ses limites, «pour me prouver que j'étais capable de garder ce rythme si j'étais élue». Chose faite. Et maintenant? «Je vais devoir me mettre tout de suite dans le bain. Je ne me fais pas d'illusions: la première session va être rude. Il y aura beaucoup de choses à apprendre. Ensuite, ça ira mieux.»

Le stress ne risque-t-il pas de prendre le pas? La jeune femme balaie cette idée: «Les moments où je suis le plus heureuse, c'est durant les grosses tournées, où je joue à un rythme particulièrement intense».

«Les émotions sont tellement fortes, je me sens incroyablement vivante. Tout ça va être décuplé par la politique»
Estelle Revaz

Du pain pour les artistes

Dans la foulée, impossible de ne pas oser la comparaison avec une autre artiste qui a foulé les marches du Palais à Berne: l'ex-conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, également socialiste et pianiste de formation. «C'est vrai, mais elle ne vivait pas comme artiste à 100% au moment de son élection», me répond Estelle Revaz. En effet, la Bernoise était devenue professeure au conservatoire de Lucerne et était alors surtout connue comme la présidente de la Fédération suisse des consommateurs.

Car pouvoir vivre à 100% comme artiste, ça compte. Si l'art est au cœur de l'action d'Estelle Revaz, la survie économique des acteurs de la culture est, par prolongement logique, un sujet qui la touche. La Genevoise fut en effet la cheffe de file d'un mouvement pour que 300 000 travailleurs du monde de la culture puissent être indemnisés via la loi Covid, votée durant la pandémie par le Parlement — au même titre que les bistrotiers ou des indépendants.

«En Suisse, le lobby artistique et culturel n'est pas très fort. C'est embêtant, car les parlementaires doivent savoir sur quoi ils votent. Il fallait faire quelque chose»
Estelle Revaz

Elle compare volontiers la situation à l'international: «Les pays qui nous entourent ont mis en place, depuis plus de 20 ans, un filet social pour les acteurs culturels. Je m'en suis rendu compte durant le Covid». Pourtant, la violoncelliste ne souhaite pas siéger à la tête ou au sein du conseil d'une structure déjà établie. «Je serai une des interlocutrices privilégiées des associations culturelles, mais je ne vais pas prendre de fonction officielle», indique-t-elle. Ce n'est pas une question d'argent, «mais d'indépendance complète dans les rangs du National».

C'est bien la réaction du monde politique envers celui du spectacle lors de la pandémie qui l'a lancée dans l'arène. «Lors du Covid, l'Etat nous a qualifiés de non essentiels et nous a interdit de travailler sans vouloir nous indemniser. J'ai eu l'impression d'être effacée de la société. C'était très violent.»

«A ce moment-là, l'instinct de survie a pris le dessus»
Estelle Revaz

«Un instinct identitaire», articule même Estelle Revaz. Mais pas question de s'apitoyer sur son sort, l'action a pris le pas sur le reste: «Pour faire bouger les lignes, j'ai monté une coalition transpartisane».

La politique à la dure

Et là, les choses s'enchaînent. Elle découvre la politique de l'intérieur, au cœur même des institutions, mais avec un regard qui reste extérieur. «On a dû aller dans près de sept commissions entre le National et les Etats. Puis, passages en plénum, mise en ordonnance, consultation auprès des cantons avant validation finale devant le Conseil fédéral.» Entre la construction de majorités et la mise en œuvre du projet, elle apprend la politique à la dure, rapidement et, forcément, intensément. Cela attire l'attention: trois partis lui proposent de la rejoindre: le PLR, le Centre et le PS.

«Au début j'ai dit: jamais de la vie. Mais la flamme est restée allumée»
Estelle Revaz

La musicienne s'intéresse alors à d'autres thèmes sur lesquels travaille le Parlement et surtout, se rend compte que son action doit monter d'un cran. «J'avais fait bouger quelques lignes lors du Covid, mais il était devenu nécessaire de bosser de façon plus formelle, collective et surtout, pérenne.» Elle s'intéresse donc aux partis qui lui ont tendu la main.

Mauro Poggia, gauche, elu MCG - GE au Conseil national et candidat MCG - GE a l'election au Conseil aux Etats, au cote de Estelle Revaz, elue PS - GE au Conseil national, s'exprime durant l& ...
Sur le plateau de la RTS consacré aux élections avec un poids lourd de la politique genevoise: Mauro Poggia.Keystone

«Je n'avais pas de préjugés», lance directement la musicienne. «Dans cette coalition transpartisane pour la culture, il y avait des gens très bien partout. Ma famille n'était pas particulièrement politisée. J'ai fait un choix éclairé: je me suis intéressé aux votes des partis sur la culture, la protection sociale des indépendants, mais aussi sur d'autres sujets qui me tenaient à cœur: l'UE, les droits des femmes. C'est devenu limpide que ce serait le PS.»

Les prismes du Parlement

Mais ce ne sont pas les seuls thèmes auxquels s'intéresse la nouvelle élue, qui compte bien mettre son nez dans des sujets de niche: «Le développement de l'IA au service des droits humains, par exemple. Elle régit de plus en plus nos vies et la législation est lacunaire. Il faut prendre de bonnes habitudes maintenant et malheureusement, rien n'est fait pour encourager cela».

Une thématique très tech que l'on verrait plutôt sortie des tiroirs du PLR ou des Verts'libéraux, non? Estelle Revaz retourne le propos:

«Sur l'IA, les fronts partisans ne sont pas encore cristallisés. C'est le moment pour lancer une discussion éthique et presque philosophique avant de rentrer dans les dogmes. J'ai commencé à travailler à Berne de manière transpartisane et je compte bien continuer à le faire.»

«Je serai vigilante»

Il n'empêche. Sous la Coupole, la mauvaise foi fait parfois loi et certains dossiers peuvent être volontairement bloqués pour promouvoir l'agenda d'un parti, d'un lobby ou d'un groupe. «Je ne suis pas naïve. J'ai déjà pu observer cela. Mais les bonnes volontés existent dans chaque parti en fonction du dossier traité, ça aussi, j'ai pu l'observer. Tous les parlementaires ne sont pas pieds et poings liés à leurs lobbies respectifs.» Elle l'artiste, n'a-t-elle pas peur de se retrouver «brisée» sous le poids de la politique politicienne? Droite dans ses bottes, elle répond:

«C'est à moi d'être extrêmement vigilante»
Estelle Revaz

Et de compléter, après un instant de réflexion: «Il y a trois identités en moi: la personnelle, l'artistique et désormais la politique. Tant que ces trois identités se nourriront les unes les autres sans se confondre, je n'ai rien à craindre. Ce que j'ai fait jusqu'à présent avec la loi Covid et en campagne, c'était une démarche créative, mais rigoureuse. Comme si je préparais un concert important, en somme.» Et de conclure:

«J'ai toujours choisi de me concentrer sur les belles choses et je ne compte pas m'arrêter là»
Estelle Revaz
Il se bat contre un qui kangourou qui tente de noyer son chien
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Une garderie romande montre des fillettes voilées: «C'était une erreur»
La directrice de la garderie yverdonnoise ayant produit un visuel montrant deux fillettes voilées «regrette» ce choix. Autre point litigieux qui fait réagir: le changement de nom de la Fête des mères par la même garderie.

A deux reprises, l’an dernier et tout récemment, une garderie d’Yverdon-les-Bains a produit un visuel destiné aux parents à l’occasion de la Fête des mères. Pardon, de la Fête des familles. En effet, comme l’école primaire genevoise finalement rappelée à l’ordre par sa hiérarchie, la direction de la crèche yverdonnoise a jugé bon de changer le nom de la fête des mamans et des papas, «parce qu’il existe autant de familles différentes que d’enfants», relatait watson le 19 avril.

L’article